Joyeux… Alan Cumming

Pour fêter ses 57 ans, revoici mon article sur le grand comédien britannique Alan Cumming (« Instinct », « The Good Wife », « Cabaret », « Spy Kids » …).

Alan Cumming : grande élégance et multiples talents …

Alan Cumming, né le 27 janvier 1965 à Aberfeldy (Écosse), est un acteur, producteur, réalisateur, scénariste et compositeur britannique.

Il est apparu dans un grand nombre de longs métrages, séries télévisées ainsi qu’au théâtre : il a joué très longuement (1998-2015) le « Emcee » dans la comédie musicale acclamée « Cabaret », qui lui a valu, entre autres, le Tony Award du meilleur acteur (dans une comédie musicale).

Ses rôles les plus connus au cinéma sont dans des films grand public tels que « Golden Eye » (1995), « Emma, l’entremetteuse » (1996), « Romy et Michelle, 10 ans après » (1997), « X-Men 2 » (2003) dans lequel il incarne le mutant Diablo / Kurt Wagner ou la trilogie « Spy Kids ».

En tant que réalisateur, son premier long métrage, la comédie dramatique « The Anniversary Party » (2001), est sélectionné au Festival de Cannes 2001.

Il a aussi joué dans un grand nombre de films du cinéma indépendant.

Après quelques rôles en tant qu’invité, il connait le succès à la télévision, et est plébiscité par la critique, grâce à la série à succès « The Good Wife » (2010-2016) qui lui vaut plusieurs nominations pour le Primetime Emmy Award du meilleur acteur dans un second rôle dans une série dramatique.

Dernièrement il a produit et joué le héros de la série policière « Instinct » (2018-2019), un prof d’université, ex agent de la CIA, et (fait révolutionnaire) ouvertement gay et marié à un autre homme.

C’est aussi un habitué du doublage qui a prêté sa voix pour de nombreuses séries télévisées d’animation ou longs métrages.

Alan Cumming a de plus écrit un roman « Tommy’s Tale », et une autobiographie, « Not My Father’s Son: A Memoir » (…)

… Mais … Alan Cumming est-il joyeux ?? …

Vie privée d’Alan Cumming

Alan Cumming est ouvertement bisexuel et prend régulièrement position pour les droits LGBT.

Il vit à New York avec son époux, l’artiste graphiste Grant Shaffer, et leurs chiens Honey et Leon. Le couple s’est rencontré deux ans avant de convoler en partenariat civil au Old Royal Naval College de Greenwich, le 7 janvier 2007. Cumming et Shaffer se sont à nouveau mariés, cette fois à New York, le 7 janvier 2012, au cinquième anniversaire de leur union londonienne.

Autrefois décrit comme le « sex-symbol pansexuel joyeusement festif du nouveau millénaire », Cumming relate qu’il se considère comme bisexuel, « bien que le balancier ait manifestement oscillé ».

Parmi ses liaisons précédentes, on compte huit ans de mariage avec l’actrice Hilary Lyon, deux ans de vie commune avec l’actrice Saffron Burrows, et une liaison de six ans avec le directeur de théâtre Nick Philippou. Depuis son union civile avec Shaffer, lorsqu’on lui demande s’il est monogame, il répond « je ne crois pas que la monogamie soit possible ».

En 2006, Cumming raconte qu’« il aimerait plus que tout adopter un enfant », mais que sa vie est « trop trépidante » pour s’occuper d’enfants.

(…)

Tout en conservant sa nationalité britannique, Cumming est également devenu citoyen des États-Unis d’Amérique le 7 novembre 2008 – « I bought a blue car today » est la phrase que Cumming dut écrire lors de son test pour sa naturalisation comme citoyen américain.

Militant LGBT et Chevalier de l’ordre de l’Empire britannique

En mars 2005, Cumming reçoit le Vito Russo Award aux 16e GLAAD Media Awards pour son action remarquable dans la lutte contre l’homophobie. En juillet de la même année, il a été nommé aux Awards humanitaires du HRC à San Francisco, également pour ses positions publiques LGBT.

En 2007, il est le président du jury du premier Queer Lion Award à la 64e Mostra de Venise.

En 2009, Alan Cumming a été nommé officier de l’ordre de l’Empire britannique (OBE) sur la « Queen’s Birthday Honours List », pour services rendus au cinéma, au théâtre et aux arts, et pour son activisme au profit des droits LGBT.

wikipedia

Alan Cumming à retrouver actuellement tous les samedis à 21h00 sur M6 dans la série policière inédite « Instinct » !! …

… Et revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Joyeux… Paul Newman

Pour fêter son 97è anniversaire de naissance, revoici mon article sur le légendaire acteur américain Paul Newman.

Né Paul Leonard Newman le 26 janvier 1925 à Shaker Heights et mort le 26 septembre 2008 à Westport, il était aussi réalisateur, producteur, scénariste, philanthrope et pilote automobile.

Au cours d’une très longue carrière qui s’étendit sur presque 60 ans, il a gagné de nombreuses récompenses dont l’Oscar du Meilleur Acteur pour « La couleur de l’argent » (1986), un prix d’interprétation au Festival de Cannes 1958 pour « Les feux de l’été », un Golden Globe du meilleur réalisateur pour « Rachel, Rachel » (1969) et beaucoup d’autres prix d’excellence.

Il restera aussi dans l’histoire du cinéma pour « La chatte sur un toit brûlant » (1958), « L’arnaqueur » (1961), « Luke la main froide (1967), ainsi que « Butch Cassidy and the Sundance Kid » (1969), « L’arnaque » (1973) et « Le Verdict » (1982) et c’est lui qui a prêté sa voix à Doc Hudson dans le film d’animation Disney-Pixar « Cars » (2006).

Voici les plus intéressants détails de sa vie.

Paul Newman, géant d’Hollywood

Paul Newman était si incroyablement séduisant que les stars les plus célèbres d’Hollywood voulaient presque toutes coucher avec lui, y compris certains hommes. Et lui acceptait les propositions avec enthousiasme.

Bien que marié et père de famille, Newman aurait eu dans sa jeunesse des liaisons avec Marlon Brando, James Dean, Montgomery Clift et Anthony Perkins, entre autres multiples conquêtes masculines (…)

Pour son livre « Paul Newman: The Man Behind the Baby Blues » (« Paul Newman, l’homme derrière les yeux bleus ») paru en 2009, l’écrivain et journaliste Darwin Porter a interviewé Marlon Brando qui lui a déclaré : « Paul Newman a eu, sur les tournages de ses films, autant de liaisons que le reste d’entre nous, et il était autant bisexuel que moi je l’étais. Mais alors que moi je me faisais toujours attraper pantalon baissé, lui est arrivé à le faire en secret. »

La plupart des gens pensent à Paul Newman comme étant cet acteur talentueux fidèlement marié pendant 50 ans à [la comédienne] Joanne Woodward, un homme bon, vertueux et généreux, philanthrope passionné distribuant des millions de dollars en nourriture à des enfants affamés et sans abri et supportant plein d’autres actions caritatives.

Mais en réalité avant les trois enfants qu’il a eus de Joanne Woodward, il avait déjà eu trois autres enfants avec une épouse précédente, qu’il ignorait et laissait seule à la maison à élever leurs bébés tandis que lui passait toute la nuit dehors s’adonnant à diverses prouesses sexuelles; et il y avait plus d’activité homosexuelle qu’hétérosexuelle dans les jeunes années de Paul Newman, bien que parfois il se détestait d’être attiré par son propre sexe.

Il passa le restant de sa vie à essayer de faire disparaitre ses désirs homosexuels, sachant les dommages que ces tendances pourraient causer à sa prestigieuse carrière d’acteur. Cependant il continua à avoir des relations homosexuelles jusqu’à tard dans les années 1970 (…)

(…) Pour ne pas que sa carrière en pâtisse, Paul Newman garda toujours secrètes son attirance pour les hommes et ses aventures masculines, mais il eut le courage de prendre position pour la défense des droits des homosexuels, notamment le mariage gay. Il a déclaré en 1968 : « Je soutiens les droits des gays. Et je les soutiens ouvertement. Depuis tout petit, je n’ai jamais pu comprendre les attaques envers la communauté gay. Les êtres humains ont tant de qualités. Quand j’ai fini de faire le tour de tout ce que j’admire vraiment chez une personne, ce qu’elle peut faire avec ses parties intimes arrive tellement bas dans la liste que cela en devient insignifiant. »

Gay Influence + wikipedia – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

Publié dans Carnet royal, Ciné/TV royal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Bonbon du mercredi

Aujourd’hui mercredi, le week end est encore un peu loin; pour vous donner force et courage jusqu’à vendredi, voici… le bonbon du mercredi :

… Et en ce mercredi, c’est Tom Ford qui vous envoie sa force et son courage pour bien terminer la semaine !! …

Publié dans Carnet royal | Laisser un commentaire

Joyeux… Somerset Maugham

Pour fêter son 148è anniversaire de naissance, revoici mon article sur le légendaire écrivain britannique Somerset Maugham

William Somerset Maugham (né à Paris le 25 janvier 1874 et mort à Saint-Jean-Cap-Ferrat le 16 décembre 1965) est un romancier, nouvelliste et dramaturge britannique.

Il a laissé une oeuvre considérable par le nombre de pièces de théâtre, romans, nouvelles, essais critiques, récits divers. Son succès ne fut pas moins colossal, à partir des années 30. Non seulement il amassa, grâce à ses écrits, une fortune plus que coquette, mais plusieurs de ses romans et nouvelles inspirèrent des dizaines de réalisateurs de cinéma, depuis George Cukor (« Haute Société », 1933) jusqu’à John Curran (« Le Voile des illusions », 2006), en passant par Albert Lewin (« The Moon and Sixpence », 1942) et Edmund Golding (« Le Fil du rasoir », 1946).

Voici les points les plus intéressants de sa vie.

Somerset Maugham, le premier écrivain superstar

Après que tous les exemplaires d’un de ses premiers livres se soient écoulés en quelques semaines en 1897, Somerset Maugham abandonna ses études de médecine à l’âge de 23 ans pour devenir écrivain à plein temps. Son succès devint si grand que lorsqu’arrivèrent les années 30, il était l’écrivain le mieux payé du monde anglophone, et sa carrière s’étendit sur 68 ans jusqu’à sa mort à l’âge de 91 ans.

Né à Paris à l’ambassade britannique de parents britanniques vivant en France, le première langue qu’il parla fut le français, et ses camarades de collège à Canterbury, où il resta de 1885 à 1889 (de ses 11 ans à ses 15 ans), allaient se moquer de son mauvais anglais ce qui déclencha chez le jeune Somerset un bégaiement qui lui resta toute sa vie.

Il détestait tellement son collège anglais qu’il le quitta à l’âge de 16 ans pour l’Allemagne où il étudia à l’Université d’Heidelberg, de 1890 à 1892. En Allemagne, il eut une liaison homosexuelle avec John Ellington Brooks, un anglais de 10 ans son aîné. Ensuite, il retourna en Angleterre (à Londres) pour y étudier la médecine.

En devenant écrivain, il rencontra un succès fulgurant dès ses débuts en 1897. Dix ans plus tard en 1907, Somerset Maugham, que ses amis appelaient « Willie », avait 33 ans et quatre de ses pièces de théâtre se jouaient simultanément à Londres; lorsqu’il atteignit son 40è anniversaire, il était devenu célébrissime, avec déjà 10 pièces de théâtre et 10 romans à son actif.

Il fut si prolifique et obtint tant de succès pendant toute sa carrière qu’il devint extraordinairement riche. Charmant, suave et distingué, Willie voyageait dans une limousine avec chauffeur et était toujours très élégant, vêtu de beaux habits faits par les meilleurs artisans.

Il participa à la Grande Guerre (1914 – 1918) en tant qu’ambulancier pour la Croix Rouge, avant d’être recruté comme agent secret par les services secrets britanniques. Alors qu’il conduisait une ambulance dans les Flandres en 1914, il rencontra Gerald Haxton (1892-1944), jeune américain natif de San Francisco, alors âgé de 22 ans. Haxton resta son amant et compagnon jusqu’à sa mort trente ans plus tard. Pendant et après la Guerre, les deux hommes firent des voyages en Inde et en Asie du Sud-Est, des expériences dont l’écrivain allait se servir dans ses oeuvres ultérieures. Pendant un temps, Willie vécut sur l’île de Capri, où beaucoup d’homosexuels encensés poursuivaient leurs carrières, et se poursuivaient les uns les autres.

Homosexualité

Pour autant, Somerset Maugham prenait bien soin d’éviter les sujets et les personnages homosexuels dans ses oeuvres. Les écrivains de sa génération avaient en mémoire le terrible procès d’Oscar Wilde qui avait eu lieu en 1895 lorsque Somerset Maugham avait 21 ans.

Avant sa liaison avec Gerald Haxton, Somerset Maugham était tombé profondément amoureux de Harry Philips, un étudiant en théologie d’Oxford rencontré à Capri. Les deux hommes craignaient tellement que leur liaison ne soit révélée au grand jour en Angleterre qu’ils n’y retournèrent pas, choisissant plutôt de vivre en couple à Paris… Gerald Haxton avait quant à lui été déporté d’Angleterre en 1919 après avoir été pris en flagrant délit d’acte homosexuel autre que sodomie; ainsi, Somerset Maugham ne pouvait vivre avec Haxton qu’en dehors de l’Angleterre, ils vécurent donc en France et furent de très grands voyageurs.

Ce ne fut qu’après être devenu célèbre que Somerset Maugham commença à fréquenter des femmes. Il avait été élevé avec la notion que l’homosexualité était une « anomalie », mais sa véritable raison pour sortir avec des femmes était qu’une réputation d’homme gay aurait détruit ses chances de succès durable. En 1915, il eut une fille, Liza, avec sa « maîtresse » Syrie Wellcome dont le mari demanda le divorce pour adultère. Gentleman, Maugham épousa Syrie en 1917 peu après son divorce, et elle devint une décoratrice d’intérieur renommée dans la haute société. Malheureusement, le couple n’avait rien en commun, ni en goût, ni en tempérament, ni en sexe. Bien qu’elle adorait être « Madame Somerset Maugham » elle accepta finalement de divorcer en 1929, trouvant la relation de son mari avec Gerald Haxton trop difficile à supporter (…)

Lors de ses nombreux voyages, Maugham était invariablement accompagné de Gerald Haxton, qu’il considérait indispensable à son succès en tant qu’écrivain. Maugham était terriblement timide et devait gérer son bégaiement, et donc c’était l’extraverti Haxton qui affrontait le monde pour ramener des sujets que l’écrivain convertissait en fiction. Haxton possédait ce dont Maugham était dépourvu : il était flamboyant, attachant et populaire, ce qui compensait la timidité, la réserve et la froideur de Somerset Maugham (…) Mais Gerald buvait comme un trou et, bien que plus jeune de 18 ans que son amant, lui donnait des ordres lui demandant de lui amener des verres d’alcool et de régler ses dettes de jeu; malgré ces défauts, les amis de Somerset finirent par réaliser que Gerald Haxton était exactement ce dont l’écrivain avait besoin : Willie s’illuminait littéralement de l’intérieur à chaque fois que Haxton entrait dans une pièce.

En 1926, 3 ans avant son divorce d’avec sa femme, Somerset acheta la Villa Mauresque, magnifique propriété sur un immense terrain de 9 acres à Saint-Jean-Cap-Ferrat sur la Côte d’Azur entre Nice et Monaco, qui allait devenir sa maison pour la plus grande partie du reste de sa vie. En 2005, la propriété fut convertie en hôtel de luxe comportant onze chambres et suites.

Cette villa allait devenir le lieu d’un des salons littéraires majeurs des années 1920 et 30, mais accueillit aussi des orgies homosexuelles où l’alcool coulait à flot et où les jeunes de la région se baignaient entièrement nus, se séduisant les uns les autres et se droguant. Les invités de Somerset étaient tous estomaqués par le niveau de débauche.

Somerset passa la plus grande partie de la 2nde Guerre Mondiale aux états-Unis, d’abord à Los Angeles, où il travailla sur de nombreux scénarios, devenant l’un des premiers auteurs à gagner beaucoup d’argent en adaptant ses propres oeuvres au cinéma. Il vécut aussi en Caroline du Sud, où son éditeur Nelson Doubleday avait une immense propriété, où l’écrivain comptait attendre que la guerre en Europe se termine. Doubleday fit construire un cottage pour l’usage exclusif de Somerset Maugham, équipé d’un cuisinier, d’une femme de chambre et d’un jardinier; situé à 3 km de la maison principale, ce cottage privé était une cachette parfaite pour y écrire tranquillement à l’abri des obligations et des dérangements de la vie citadine.

Malheureusement c’est aux états-Unis que Gerald Haxton attrapa une pneumonie; lorsqu’il mourut d’un oedème pulmonaire à l’âge de 52 ans en 1944, un Somerset dévasté revint en Angleterre puis à sa villa en France où il termina sa vie sans jamais se remettre complètement de la mort de Gerald (…)

Pourtant, il vécut jusqu’au vénérable âge de 91 ans : en décembre 1965, après avoir fait une chute et attrapé une pneumonie dans la foulée, il fut hospitalisé à Nice, où il resta dans un semi coma une semaine, avant de mourir paisiblement dans les premières heures du 16 décembre, cinq semaines avant son 92ème anniversaire.

linternaute + Gay Influence – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , | Laisser un commentaire

Joyeux… Ryan Russell

Pour fêter ses 30 ans, revoici mon article sur le champion de football américain Ryan Russell.

Ryan Russell, champion et écrivain …

Ryan Kamey Russell (né le 17 janvier 1992 à Carrollton au Texas) est un joueur de football américain qui, après un parcours réussi en championnat universitaire avec Purdue University, est passé en NFL (« 1è division ») jouant pour les équipes professionnelles des « Dallas Cowboys » (2015), des « Tampa Bay Buccaneers » (2016–2017) et des Buffalo Bills (2018) …

(…) Mais après le décès de Joseph Gilliam, un de ses amis proches et équipier, Ryan a fait une grave dépression. Il est parti s’installer à Los Angeles et a commencé à écrire des livres. Fin août 2019, il a fait son coming-out :

Football américain : le célèbre champion Ryan Russell fait son coming-out !

Ryan Russell, célèbre joueur de football américain, vient de faire son coming-out. Il a présenté son chéri sur Instagram !

mcetv – 31/08/2019

Ryan Russell, champion de football américain de la NFL (National Football League) vient juste de faire son coming-out dans une interview pour ESPN. Le jeune homme a aussi présenté son petit ami sur son compte Instagram !

Depuis plusieurs années maintenant, les mentalités évoluent, surtout dans le sport de haut niveau. En effet, cela fait quelques temps déjà qu’il n’est pas rare de voir des coming-out chez les grands athlètes dans différents sports. Ils ont été assez nombreux ces dernières années avec notamment le nageur Carlos Peralta, le skieur acrobatique Gus Kenworthy, le catcheur Matt Cage. Ou encore le joueur de baseball David Denson ou le patineur sur glace Adam Rippon.

Le dernier en date à l’avoir fait n’est autre qu’un joueur de football américain. Évoluant dans un milieu très masculin, le joueur a mis un peu de temps avant de franchir le cap. Il s’agit de Ryan Russell. Le jeune homme a 27 ans et est passé par l’équipe des « Dallas Cowboy ». Et même si aujourd’hui il est sans contrat, il est malgré tout le plus heureux des hommes.

En effet, le joueur de football américain vient de faire son coming-out. Dans une tribune libre accordée au site internet ESPN, il se confie.

Ryan Russell, star du football américain explique donc : « Ma vérité est la suivante : je suis un talentueux joueur de foot, un très bon écrivain, un fils aimant, un frère protecteur, un ami loyal et un homme bisexuel. »

Avant d’ajouter : « Au-delà de la question de l’amour, de l’admiration et du respect, je veux que la prochaine équipe qui me signe m’évalue pour ce que je suis en sachant qui je suis vraiment. Je veux vivre mon rêve de joueur pro comme je l’ai toujours rêvé et je veux être sincère sur la personne que j’ai toujours été. »

Il s’est ensuite confié : « Je suis triste en voyant qu’il n’y a aucun joueur ouvertement gay dans la NFL, la NBA, le baseball majeur ou la LNH. Je veux changer ça. Pour moi, pour d’autres athlètes qui ont les mêmes objectifs que moi. Et pour les générations de sportifs LGBTQ à venir ».

Suite à cette longue tribune, Ryan Russell a même décidé de présenter son chéri Corey O’Brien sur Instagram !

mcetv + ESPN – résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire