Joyeux… Karl Lagerfeld

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le génial grand couturier Karl Lagerfeld qui nous a quittés hier.

Karl Lagerfeld, l’Empereur de la haute couture

Karl Lagerfeld, pseudonyme de Karl Otto Lagerfeldt, né le 10 septembre 1933 à Hambourg (Allemagne) et mort le 19 février 2019 à Neuilly-sur-Seine (France), est un grand couturier, mais également photographe, illustrateur, réalisateur et éditeur allemand.

Très jeune, il se découvre une affinité avec la mode. En 1954, il remporte le prix du Secrétariat international de la laine ex-aequo avec Yves Saint Laurent. Il fait ses classes chez Balmain et Patou puis comme indépendant.

Il devient directeur artistique de la maison italienne Fendi à Rome en 1965, de la maison de haute couture Chanel en 1983, et de sa propre ligne peu après. En parallèle, dans les années 1970, il travaille également pour [la maison de mode] Chloé.

Prolifique créateur, il supervise, durant ses dernières années d’activité, une vingtaine de collections par an, toutes marques confondues. Postmoderniste, il mélange les éléments du passé et de l’histoire des maisons qu’il dirige avec des références modernes.

Distinctions :

Karl Lagerfled est Officier de l’ordre du Mérite de la République fédérale d’Allemagne (1985) et Commandeur de la Légion d’honneur‎ (2010) et a gagné les récompenses suivantes :

  • 1986 : Dé d’or pour la maison Chanel
  • 1991 : Prix international, décerné par le Conseil des créateurs de mode américains
  • 1996 : Prix culturel de la Société allemande de photographie
  • 2002 : Prix Geoffrey Beene, décerné par le Conseil des créateurs de mode américains

… Mais… Karl Lagerfeld était-il joyeux ?? …

… Voici la réponse :

Karl Lagerfeld – Homosexualité, l’homme de sa vie, la mort… il se confie

citegay.fr – 28 février 2015

Karl Lagerfeld a de nombreuses fois évoqué sa relation avec Elisabeth, sa maman qu’il a toujours définie comme une femme distante, stricte et parfois même méchante. Une figure maternelle fascinante pour le jeune garçon qu’il était et surtout une mère en avance sur son temps.

Une mère intransigeante mais ouverte d’esprit

Dans l’Allemagne d’après-guerre dans laquelle évolue Karl Lagerfeld, cette femme qui ne tolérait aucun écart a très tôt évoqué l’homosexualité avec son garçon.

« Elle a dit que c’était comme une couleur de cheveux, qu’il y avait des blonds et des bruns et que ce n’était pas un sujet. »

Un sujet qui le concernait peu à l’époque et pas tellement plus aujourd’hui :

« Ça n’a jamais été un sujet dans ma vie parce que j’ai toujours vécu dans un milieu où ce n’était pas un sujet. Si vous êtes fils de fermiers dans la Creuse, cela peut être un problème. Je n’ai jamais compris pourquoi on peut en faire autant d’histoires. »

L’amour de sa vie mort trop tôt

Son premier grand amour justement, Karl Lagerfeld a accepté d’en parler à Marc-Olivier Fogiel.

En 1971, il rencontre Jacques de Bascher, entre eux naît une relation très particulière que le génie de la couture résume ainsi :

« Dans Proust, il y a Swann qui vit avec Odette et lui tombe amoureux de quelqu’un qui n’est pas de son genre, voilà mon histoire. Cela n’empêchait pas une affection réelle, profonde et définitive avec Jacques. »

Découvrant des images d’archives qu’il n’avait jamais vues, Karl Lagerfeld, pour une fois ébranlable, revient sur la mort de son ami/amoureux qui a succombé au sida en 1989. Un homme qu’il a veillé tous les soirs jusqu’à la fin.

Mourir dans la solitude

Tout au long de l’interview, Karl Lagerfeld aborde la mort avec une légèreté déconcertante.

Lorsque Marc-Olivier Fogiel rappelle que sa mère n’a pas daigné le prévenir de l’enterrement de son père, le créateur et photographe (Karl Lagerfeld a exposé à Versailles) confirme sans aucune rancune :

« Non, elle m’a dit : ‘Tu n’aimes pas les enterrements.’ (…) Je ne suis pas certain que j’aurais dû y aller. Si un jour je meurs, je ne veux pas d’enterrement non plus. Je trouve cela horrible. Je veux juste disparaître comme les animaux de la forêt vierge. C’est horrible d’encombrer les gens avec ses restes. »

Quant à l’enterrement de sa mère, Karl Lagerfeld n’y est pas allé non plus car elle n’en a pas voulu, tout simplement.

« C’est très bien comme ça, on garde le souvenir des vivants. Voir quelqu’un dans une boîte en bois que vous avez connu vivant, c’est très dur« , lâche-t-il.

Les confidences de Karl Lagerfeld ont attiré de nombreux téléspectateurs puisqu’ils étaient 657 000 à suivre « Le Divan », ce qui représente 7,2% de part de marché à cette heure là, un bon score.

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , | Laisser un commentaire

Bonbon du mercredi

Aujourd’hui mercredi, le week end est encore un peu loin; pour vous donner force et courage jusqu’à vendredi, voici… le bonbon du mercredi :

… Et en ce mercredi, c’est Keegan Moyer qui vous envoie sa force et son courage pour bien terminer la semaine !!

Publié dans Carnet royal | Laisser un commentaire

Joyeux… Steven Webb

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le talentueux acteur anglais Steven Webb.

Steven Webb, enfant acteur prodige

Steven Michael Webb est un acteur anglais de théâtre, télévision et cinéma, né le 8 novembre 1984 à Wirral, un bourg proche de Liverpool (Angleterre).

Jeunesse et débuts

Steven commença à jouer la comédie professionnellement dès l’âge de 8 ans. Après avoir endossé en 1994, à l’âge de 10 ans, le rôle-titre de la comédie musicale « Oliver! » (adaptation du roman de Charles Dickens) au London Palladium, le plus grand music hall de la capitale anglaise, il s’inscrivit à la « Sylvia Young Theatre School » pour perfectionner et diversifier ses dons pour le chant, la comédie et la danse.

En 1996, il apparut aux côtés de Michael Jackson en tant que danseur lors de la cérémonie des Brit Awards, mais malheureusement tomba de scène et se cassa une côte à l’arrivée de l’artiste suivant, Jarvis Cocker [du groupe Pulp]; depuis lors, Steven n’a plus participé comme simple danseur à un spectacle.

Vie professionnelle

Steven Webb est principalement connu en tant qu’acteur de théâtre : on se souvient en particulier de lui dans la pièce « The History Boys » d’Alan Bennett (2005-2007) ou les comédies musicales « The Book of Mormon » (2016) et « Quasimodo » (2013).

A la télévision, on l’a vu dans des séries comme « The Magician’s House » (2000) ou « Bad Girls » (2001 puis 2006), « Wives and Daughters » (1999) ou encore « Julia Jekyll and Harriet Hyde » (1998).

On a entendu sa voix au cinéma dans la série TV pour enfants « The Adventures of Paddington Bear » (1997) et au cinéma dans « La Princesse au Petit Pois » (2002).

Récompenses

Steven Webb, ou les spectacles auxquels il a participé, ont gagné ou été nommés pour les prix suivants :

  • 2011 – nommé pour le Broadway World West End Award du meilleur acteur dans une comédie musicale pour « Betwixt! »
  • 2003 – nommé pour le Evening Standard Theatre Award du meilleur espoir pour « The Trestle at Pope Lick Creek »
  • 2000 – BAFTA Children’s Awards for Best Drama: Nominated, « Magician’s House » (Cast Member)
  • 2000 – Children and Young People International Emmy Award: winner, « Magician’s House » (Cast Member)

Vie personnelle

Steven Webb est ouvertement gay. Alors qu’il avait 26 ans en 2010, il connut une brève liaison homosexuelle avec l’acteur/scénariste Stephen Fry, avec qui il jouait dans « Magician’s House » série pour la jeunesse de la BBC. Fry (alors âgé de 53 ans) quitta Daniel Cohen, son partenaire depuis 14 ans (qui était représentant de commerce en vitamines et maquillage) pour Steven, mais leur histoire ne dura pas.

wikipedia + Elisa LGBT reviews and ramblings – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , | Laisser un commentaire

Grimace du lundi

Nicole Kidman

Publié dans Ciné/TV royal | Tagué , , | 4 commentaires

George Perris… malade

Publié dans Musique royale, Tubes du grenier | 1 commentaire