Grimace du lundi

Jude Law

Publié dans Carnet royal | Laisser un commentaire

Joyeux… Thornton Wilder

Thorton Wilder est le héros du 321è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Thornton Wilder, génie de la littérature américaine

Thornton Niven Wilder, né le 17 avril 1897 à Madison dans le Wisconsin, et mort le 7 décembre 1975 à Hamden dans le Connecticut, est un dramaturge et romancier américain. Son chef-d’œuvre en tant que dramaturge est « Our Town » (« Notre petite ville »).

Thornton Wilder est le seul écrivain à avoir gagné le Prix Pulitzer à la fois dans les catégories littérature (pour son roman « Le Pont du roi Saint-Louis « ) et théâtre (deux fois, pour ses pièces « Our Town » et « The Skin of Our Teeth »). Il remporta de plus un National Book Award pour son roman « The Eighth Day »…

Et il restera dans l’histoire du… cinéma… pour avoir écrit le scénario de « L’Ombre d’un doute » un des plus beaux thrillers d’Alfred Hitchcock…

… Les deux génies s’admiraient l’un l’autre et Hitchcock lui demanda d’écrire le scénario de « L’Ombre d’un doute » car il aimait la pièce « Our Town »…

… La pièce « Our Town » fut adaptée pour le cinéma sous le titre « Une petite ville sans histoires » (1940) avec à la mise en scène Sam Wood (« Autant en emporte le vent ») sur un scénario de Thornton Wilder lui-même.

Autres talents

Thorton Wilder parlait couramment plusieurs langues (dont le français et l’allemand).

Agé de 18 ans en 1915 pendant la Première Guerre mondiale, il servit trois mois dans le Corps d’artillerie de l’armée des Etats-Unis au Fort Adams de Rhode Island, où il obtint le grade de caporal. Pendant la Seconde Guerre mondiale (1941-45 pour les USA), Thornton Wilder fut lieutenant-colonel de l’armée de l’Air américaine, d’abord en Afrique, puis en Italie jusqu’à la fin du conflit et fut décoré à plusieurs reprises pour ses services à la nation.

Vie privée et homosexualité

Bien que Thornton Wilder n’a jamais parlé de son homosexualité en public ou dans ses oeuvres, il est généralement admis par les historiens que [l’écrivain] Samuel Steward fut un de ses amants. Steward lui avait été présenté par la romancière Gertrude Stein, qui était amie avec chacun des deux hommes.

Les oeuvres littéraires les plus célèbres de Wilder sont des monuments de la littérature américaine, mais très peu révélatrices de son homosexualité. Il était très secret sur sa vie privée et garda toujours ses tendances sexuelles très loin de la lumière des projecteurs.

Selon ses amis les plus proches, Wilder était une sorte de Henry James, semi-reclus et très cérébral, puritain et peu porté sur le sexe. La relation entre lui et Samuel Steward a très probablement commencé comme une amourette sexuelle à Zurich (Suisse) en 1937 alors que Steward était un jeune homme de 28 ans. Steward, qui était écrivain, mais aussi pornographe, artiste créateur de tatouages et un temps professeur d’université, était l’exact opposé de Wilder : ouvert, sans pudeur et avec l’âme d’un aventurier; il écrivit même des romans érotiques gay sous le pseudonyme Phil Andros dans les années 70.

Wilder s’éloigna sexuellement de Steward après plusieurs rencontres (toutes aussi insatisfaisantes que celle de Zurich) à Paris et Chicago. Leur attirance intime laissa place à une entente intellectuelle.

Comme beaucoup d’hommes gay de son époque, Wilder préféra jouer toute sa vie le rôle du respectable « éternel célibataire ». Il n’avoua jamais publiquement être homosexuel, mais il est probable que plus tard dans sa vie, il a discrètement eu des liaisons avec des hommes plus jeunes.

Queers in history + wikipedia – résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , | Laisser un commentaire

Solution des coussins

Mon énigme est …

Stephen Fry / Jude Law !!… dans …

« Oscar Wilde » (« Wilde »), magnifique biopic réalisé par Brian Gilbert sorti en 1997, avec Stephen Fry dans le rôle-titre. Le scénario écrit par Julian Mitchell est tiré du prix Pulitzer 1989, biographie d’Oscar Wilde écrite par Richard Ellmann.

Synopsis

À l’époque Victorienne, le grand écrivain irlandais Oscar Wilde s’installe à Londres à son retour des États-Unis et se marie avec Constance Lloyd, jeune anglaise de la haute société, très belle et intelligente, mais timide et réservée. Deux enfants naissent de cette union, Cyril et Vyvyan.

Wilde s’enrichit grâce à ses brillantes pièces de théâtre qui ont beaucoup de succès ; il découvre son homosexualité dans les bras du jeune Robbie Ross et se met à s’entourer de garçons dont il préfère la compagnie à celle de Constance. Quand il rencontre le très beau et très pervers Lord Alfred « Bosie » Douglas, il en tombe amoureux…

Bien vu Nic, Laurence et manU

Publié dans Ciné/TV royal, Enigmes royales | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Bonne fête papa

Publié dans Carnet royal | Laisser un commentaire

Gâteau du dimanche (108)

Pour mon cher ami Tauche et son mari, je réalise presque chaque semaine des gâteaux à la fois sains et gourmands et j’ai décidé de vous faire profiter, joyeux visiteurs, de mes plus belles réussites…

Cette semaine, malgré la fraicheur de ce début juin, j’ai décidé d’essayer une recette estivale du magazine « Gourmand », le cake aux pêches caramélisées, où j’ai remplacé le sucre, le beurre et la farine par des ingrédients plus sains pour mes amis. J’ai obtenu un joyeux :

Cake aux pêches caramélisées

Ingrédients : (pour un moule à cake de 24 cm * 8 cm)

  • 4 pêches (j’ai pris des pêches au sirop pour aller plus vite)
  • 20 g d’huile d’olive (au lieu de 35 g de beurre demi-sel)
  • 100 g de rapadura (au lieu de 150 g de sucre blond)

Pour la pâte :

  • 4 brins d’origan
  • 3 oeufs
  • 125 g de yaourt nature (1 pot) (j’ai mis du yaourt de chèvre plus facile à digérer)
  • 125 g farine de riz + 35 g farine de sarrasin + 90 g de poudre d’amande (au lieu de 250 g farine)
  • 150 g rapadura (au lieu de 225 g sucre de canne blond)
  • 7 cl d’huile d’olive
  • Fleur de sel

Préparation :

  1. Préchauffez le four à 180° C.
  2. Coupez les pêches en quartiers. Faites chauffer l’huile dans une poêle. Ajoutez les quartiers de pêches dans l’huile chaude et parsemez-les de 35 g de rapadura. Lorsqu’ils sont dorés, retirez-les et ajoutez le reste du sucre dans la poêle. Faites caraméliser ce jus de pêche sur feu doux.
  3. Préparez la pâte dans un grand saladier : fouettez le yaourt, les oeufs et le rapadura. Ajoutez les farines + poudre d’amande et une pincée de fleur de sel. Versez l’huile d’olive. Fouettez bien. Ciselez l’origan et ajoutez-le à la pâte.
  4. Versez le caramel dans le fond d’un moule à cake. Disposez la moitié des pêches dessus, puis couvrez de pâte, puis disposez le reste des pêches sur la pâte. Enfournez pour 50 minutes.
  5. Laissez tiédir le cake 5 minutes, puis démoulez-le et laissez-le refroidir sur une grille avant de déguster.

Verdict de Tauche et le Grand : …

… une super friandise très gourmande, fruitée à souhait … un gâteau d’une précision exquise on en redemande, bravo Chef !! …

Revenez pour des nouveaux gâteaux joyeux prochainement sur Roijoyeux !!

Publié dans Carnet royal | Tagué , | 9 commentaires