Solution de la robe rouge

Mon énigme est…

… l’amant de Vivien Leigh dans…

… « The Roman spring of Mrs Stone » – « Le visage du plaisir »…

… C’est…

Warren Beatty !!

Bravo Nina, manU et Marlabis !!!

Publié dans Ciné/TV royal, Enigmes royales | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Enigme de la Reine blanche

… Quels acteurs, dans quel film ?? …

Publié dans Carnet royal | 4 commentaires

Joyeux… Farley Granger

En écrivant ce blog, je me rends compte qu’il y a des dizaines et des dizaines de célébrités que j’adore, mais dont je ne sais rien de la vie privée. Sont-elles gays, ou non ?? …

… J’ai décidé de mener l’enquête, et d’afficher les résultats dans le blog, afin de montrer aux personnes qui me lisent que les gays ne sont pas tous des travestis, des efféminés ou des pervers, puisque bon nombre d’artistes, sportifs et autres célébrités admirables, sont gays…

Mon enquête d’aujourd’hui porte sur Farley Granger, acteur américain célèbre pour avoir joué dans « Les amants de la nuit » film-culte de Nicholas Ray, « La corde » et « L’inconnu du Nord-Express », deux classiques d’Alfred Hitchcock, et « Senso », chef-d’oeuvre de Luchino Visconti. Farley Granger était très beau et les hommes très beaux sont souvent un peu gays… Alors… Farley Granger était-il gay???

… Voici la réponse, tirée de Frontiers LA :

Farley Granger, gay et star de cinéma – 13.07.2013 – Par Mike McCrann

Farley Granger est l’un des plus beaux hommes à être apparu sur un écran de cinéma. Du temps de sa splendeur, il était presque trop mignon, et à cause de sa beauté et de sa sexualité, il lui était difficile d’obtenir des bons rôles, surtout qu’il n’avait pas un grand studio pour le soutenir, puisqu’il était sous contrat chez Sam Goldwyn (MGM), qui ne produisait qu’un ou deux films par an. En fait, il a tourné tous ses grands films détaché de la MGM, notamment les classiques de Hitchcock pour lesquels on se souvient toujours de lui.

M. Granger, décédé en 2011 à l’âge de 85 ans, avait été découvert adolescent à Los Angeles par un chercheur de talents de la MGM. Il fut choisi pour jouer dans « L’étoile du Nord », célèbre film pro-russe où il joue un ado russe fuyant les nazis. A la suite de ce film, il fut engagé par Sam Goldwyn pour un contrat de longue durée à la MGM. Mais les trois meilleurs films de Farley Granger furent tournés en dehors de ce studio.

Dans « Les amants de la nuit », le classique de Nicholas Ray, Farley Granger et Cathy O’Donnell, jouent Bowie et Keechie, deux amants en fuite. Ce film préfigurant « Bonnie and Clyde » est un véritable classique du film noir, où Farley Granger est impressionnant et sexy en jeune hors-la-loi poursuivi par la police et la tragédie.

Ensuite, Farley Granger fut choisi par Alfred Hitchcock pour « La corde », un film de 1948, racontant l’histoire de deux jeunes qui commettent un meurtre pour s’amuser, basé sur le véridique crime de Leopold et Loeb commis au début du XXe siècle. A l’ironie de cette histoire de deux hommes gays qui tuent un homme pour le plaisir de tuer, s’ajoutait le fait que les deux vedettes du film, Farley Granger et John Dall, étaient gays dans la vraie vie, et que le scénario était d’Arthur Laurents, qui était gay et l’amant de Farley Granger (Arthur Laurents et Farley Granger commencèrent leur liaison pendant le tournage de ce film).

A cette période (années 1940 – 1950) la plus homophobe de toute l’histoire de l’Amérique, Arthur et Farley accomplirent l’exploit de former un couple gay sans vraiment se cacher – mais ce n’est que dans les années 2000 qu’ils révélèrent pleinement leur homosexualité dans leurs autobiographies respectives (Arthur Laurents est aussi célèbre pour avoir écrit les paroles des comédies musicales « West Side Story » et « Gypsy »).

« La corde » se révéla être l’un des rares flops de la carrière d’Alfred Hitchcock, pourtant il engagea Farley Granger à nouveau pour « L’inconnu du Nord-Express ». Ce très grand Hitchcock est l’un des meilleurs films que le Maestro ait jamais réalisés et c’est aussi le meilleur rôle de Farley Granger. Aux côtés du talentueux Robert Walker dans le rôle d’un homme dérangé qui lui propose un échange de meurtres (l’horrible femme de Farley Granger contre le riche père de Robert Walker), ce film permit à Farley de montrer ses dons de sportif (tennis) et d’acteur dans l’un des meilleurs films des années 1950. De plus, le film contenait un sous-contexte gay puisqu’il est assez évident que le personnage joué par Robert Walker est gay.

Par la suite, Farley Granger obtint peu de rôles notables, hormis lorsque le grand réalisateur gay italien Luchino Visconti fit appel à lui pour jouer dans le somptueux « Senso » aux côtés d’Alida Valli, une autre vedette de Hitchcock. Farley Granger passa le reste de sa carrière au théâtre et à la télévision.

Farley Granger n’était pas un acteur extraordinaire, mais avec les bon rôles et bien dirigé, il pouvait être fascinant. Il était d’une réelle beauté, et l’une des premières vedettes masculines de cinéma à vivre sans se cacher sa vie d’homme gay. Bien qu’ayant eu des relations avec des femmes (Ava Gardner et Shelley Winters), il a vécu une grande partie de sa vie (1963 – 2008) avec le même compagnon, le producteur et réalisateur TV Robert Calhoun; plus jeune, outre sa liaison avec Arthur Laurents, il eut une liaison avec Leonard Berstein, le compositeur de la musique de « West Side Story ».

Dans sa fascinante autobiographie, Farley Granger raconte comment il s’est senti après avoir perdu sa virginité deux fois au cours de la même soirée – d’abord avec une femme, ensuite avec un homme : « J’en ai conclu que tout ce que j’avais fait dans la soirée était aussi bon et naturel que cela en avait l’air… Je n’ai jamais eu honte ou le besoin de m’expliquer ou m’excuser pour mes relations à quiconque. J’aime les hommes et j’aime les femmes. »

Farley Granger était beau, talentueux, et une véritable icône gay qui a vécu sa vie ouvertement et honnêtement.

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Joyeux… Mitch Hewer

Mitch Hewer, célèbre pour avoir joué Maxxie Oliver, le jeune danseur beau et sensible, et homosexuel, de la célèbre série britannique « Skins », est le héros du 324è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité (ou la bisexualité) n’a pas empêché la réussite…

Mitch Hewer acteur et danseur prodige

Mitchell Scott « Mitch » Hewer est un acteur /danseur anglais né le 1er juillet 1989 à Bristol (dans le Sud-Ouest de l’Angleterre).

Il a étudié l’art dramatique, la danse, le théâtre et la musique à la South West Academy of Dramatic Arts dans le but de passer le Diplôme national de théâtre musical et en sort avec succès en 2006.

Il devient célèbre dès 2007 (à 18 ans) en incarnant le rôle du très beau, et très … joyeux, Maxxie Oliver dans la série « Skins ». racontant la vie d’un groupe de copains qui fréquentent tous un lycée de Bristol, dans le Sud-Ouest de l’Angleterre.

La série « Skins » et le personnage de Maxxie Oliver rencontrent un vif succès auprès du public outre-manche, ce qui permet à Mitch Hewer de faire la couverture du magazine « Attitude ».

A la même époque, il est choisi pour être le visage d’une campagne de prévention du cancer des testicules.

Malgré cela, son personnage est supprimé à la fin de la saison 2, le casting de « Skins » étant intégralement modifié toutes les deux saisons.

Mitch est ensuite choisi pour la série musicale de ITV, « Britannia High » où il interprète le rôle de Danny (2009).

Puis il part tenter sa chance aux États-Unis où il passe notamment une audition pour un rôle dans la série à succès « Glee », mais ne sera finalement pas retenu.

Pour le cinéma, il tourne en vedette aux côtés de Selena Gomez, dans la comédie romantique « Mauvaises Fréquentations » (« Behaving Badly ») (2014), et il est aussi une des vedettes du film à suspense « Nightlight » (2015).

Plus récemment on l’a vu dans la série médicale de BBC « Casualty ».

Mais … Mich Hewer est-il joyeux ?? …

… ?? …

Homosexualité ?

Mitch Hewer a aujourd’hui (1er juillet 2020) fêté ses 31 ans mais il n’a jamais été marié, n’a pas d’enfant et on ne lui connait pas de liaison intime féminine.

Sur les photos de son compte instagram, il est souvent seul, ou en compagnie de sa mère, ou de sa soeur.

wikipedia – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Joyeux… Charles Laughton

En écrivant ce blog, je me rends compte qu’il y a des dizaines et des dizaines de célébrités que j’adore, mais dont je ne sais rien de la vie privée. Sont-elles gays, ou non ?? …

… J’ai décidé de mener l’enquête afin de montrer aux jeunes qui ont été brimés à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Mon enquête d’aujourd’hui porte, à l’occasion de son anniversaire de naissance, sur Charles Laughton (1899 – 1962), fantastique comédien, mais aussi metteur en scène, producteur et scénariste, anglais. En tant qu’acteur, Charles Laughton était un véritable caméléon, pouvant se glisser dans la peau de personnages très divers, à la fois dans le répertoire classique et moderne, au théâtre et au cinéma, dans des drames, comédies, films historiques, d’aventures etc… endossant avec brio les peaux de monstres aussi bien que celles de rois ou de valets.

Il a ainsi tenu des rôles dans de nombreux grands films notamment « L’extravant M. Ruggles », « Les révoltés du Bounty », « Quasimodo », « Spartacus », « Témoin à charge », « L’auberge de la Jamaïque », « La vie privée d’Henry VIII » pour lequel il a gagné l’Oscar du Meilleur Acteur… En tant que réalisateur, on lui doit un unique film, « La nuit du chasseur », qui fut un flop commercial et critique à l’époque mais est aujourd’hui considéré comme le plus beau film des années 1950 par les historiens du cinéma.

Mais… Charles Laughton était-il gay ?? …

… Et bien…

… voici la réponse :

Gay Influence – 14 juin 2014 – Charles Laughton – Grand comédien de cinéma et théâtre … dans le placard

Charles Laughton (1899 – 1962) était un grand artiste de cinéma et de théâtre anglais, naturalisé américain en 1950. Né dans une riche famille de propriétaires d’hôtel du comté d’York en Angleterre, il fut élevé très strictement dans la foi catholique, ce qui le conduisit quand il devint adulte, à être tourmenté et lutter contre son homosexualité. A la mort de son père, il quitta le monde de l’hôtellerie et se mit à étudier la comédie qui était sa passion première.

Il devint vite célèbre et poursuivit des carrières à la fois en Angleterre, à New York et à Hollywood et se construisit une carrière de grand acteur principalement de second rôle, car son embonpoint et son visage franchement peu avenant lui permettaient rarement d’obtenir des premiers rôles.

Si le mal-être omniprésent de Charles Laughton a certainement contribué à sa réussite professionnelle spectaculaire, il a eu des répercussions négatives sur sa vie personnelle. Tourmenté pendant toute sa carrière par une homosexualité refoulée et un mépris de soi, Charles Laughton décéda en 1962, toujours profondément honteux de son désir homosexuel. Il n’avait jamais parlé de son homosexualité à personne, sauf à sa femme, Elsa Lanchester, une actrice qu’il avait épousée en 1929.

Pour « La vie privée d’Henry VIII » (1933) où il jouait le Roi Henry aux côtés de sa femme qui jouait Anne de Clèves, il gagna l’Oscar du Meilleur Acteur et le film l’Oscar du Meilleur Film.

Ensuite, il endossa le rôle de l’excentrique Capitaine Bligh dans « Les révoltés du Bounty » (1935) et d’autres grands rôles suivirent, notamment le rôle-titre dans « Quasimodo » (« The Hunchback of Notre Dame ») (1939). Laughton hésita avant d’accepter ce film, peut-être car il détestait son propre physique et qu’il trouvait ce rôle trop proche de sa propre personne. Finalement, il décida d’accepter et « Quasimodo » devint son personnage de cinéma le plus célèbre à ce jour.

En plus de jouer la comédie et mettre en scène, Charles Laughton enrichit son CV en devenant un fameux orateur et conteur, donnant des centaines de one-man-show qui attiraient des foules considérables.

Selon un article écrit par le professeur d’université Richard C. Bartone, pour apaiser sa solitude, Charles Laughton recherchait la compagnie de beaux jeunes hommes, dont beaucoup commençaient à travailler pour lui en tant que masseurs ou assistants personnels. Avec certains, il entretint des longues relations romantiques et il était heureux et productif tant qu’elles duraient, mais quand ces garçons s’en allaient, la solitude revenait et il interrompait un temps sa carrière.

La plupart des acteurs et actrices avec qui Laughton a travaillé savaient qu’il était gay, et c’était rarement un sujet de controverse sur les plateaux de cinéma ou les scènes de théâtre. Mais Charles avait le sentiment que son homosexualité le rendait vulnérable aux attaques. Sur le plateau des « révoltés du Bounty » l’homophobie de Clark Gable créa tant de tension que le producteur Irving Thalberg dut intervenir.

Bien que Laughton craignait le scandale, il faisait souvent venir ses amants sur les tournages pour l’aider à se relaxer. Sa pire crainte devint réalité lorsqu’il dirigea Henry Fonda dans la pièce « The Caine Mutiny Court Martial » (1954). Fonda, insatisfait de la tournure que prenait la pièce, s’en prit à Laughton en ricanant : « Que savez-vous des hommes, espèce de gros pédé ? »

La propre homophobie de Laughton s’atténua quelque peu en 1960, après que lui et sa femme aient acheté une maison à Santa Monica voisine de celle de l’écrivain gay Christopher Isherwood et son compagnon Don Bachardy (artiste peintre). Les deux couples devinrent amis et le fait que Isherwood et Bachardy étaient fiers et militants de la cause gay aidèrent Charles Laughton à avoir un peu moins honte.

Après la mort de Charles Laughton en 1962, Elsa Lanchester écrivit un livre où elle racontait qu’ils n’avaient jamais eu d’enfants car il était gay. Elle y affirmait qu’ils n’avaient jamais eu de relations sexuelles et qu’elle ne savait pas que Charles Laughton était gay lorsqu’ils se sont mariés. « Mais souvenez-vous, déclara-t-elle un jour, c’était un IMMENSE acteur. »

Robert Mitchum, que Charles Laughton avait dirigé dans « La nuit du chasseur », déclara que c’était le meilleur réalisateur pour lequel il ait travaillé. Charles Laughton fut terriblement déçu de l’échec commercial de ce film magnifique, et ne réalisa plus jamais aucun film. « La nuit du chasseur » est considéré aujourd’hui par les critiques comme l’un des meilleurs films des années 1950 et a été sélectionné par le « United States National Film Registry » pour conservation dans la Bibiothèque du Congrès des Etats-Unis.

Bien que Charles Laughton était gay, lui et Elsa Lanchester restèrent ensemble, formant l’un des couples les plus attachants de Hollywood, malgré la personnalité torturée de Charles Laughton et le fait qu’Elsa Lanchester avait elle aussi des tendances homosexuelles.

Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!

Publié dans Carnet royal, Ciné/TV royal | Tagué , , , | Laisser un commentaire