John Gavin 84

Pour fêter l’anniversaire du formidable John Gavin, revoici un article que je lui avais consacré il y a deux ans, à relire ou à découvrir :

roijoyeux.wordpress.com 3 mars 2013 – (…) Avant d’être ambassadeur des Etats-Unis au Mexique, ce brun énigmatique a été un comédien hollywoodien qui a travaillé sous la direction de cinéastes aussi prestigieux que…


… Alfred Hitchcock sur « Psychose »…


… Stanley Kubrick sur « Spartacus »…


… et Douglas Sirk sur « Mirage de la vie »…


« Mirage de la vie » où il avait pour partenaire la célèbre Lana Turner

… Malgré sa grande beauté, l’acteur était réputé pour son extrême pudeur… Il s’agit de…


John Gavin

… Homme très prude, collet serré et conservateur, Monsieur John Gavin restera pourtant dans l’histoire du cinéma pour avoir tourné pour Alfred Hitchcock un suspense érotique s’ouvrant sur une scène torride… Comment la torridité a-t-elle été obtenue d’un jeune homme si froid ?? … La réponse est ci-dessous…

[extrait du livre « Alfred Hitchcock and the making of Psycho » de Stephen Rebello]

… « Ce sont les esprits qui se sont échauffés lors du tournage de la scène d’amour entre Marion (Janet Leigh) et son amant Sam (John Gavin) dans une chambre d’hôtel pendant la pause déjeuner. Malgré l’endroit et le dialogue osés, la pulpeuse Janet Leigh vêtue uniquement d’un soutien-gorge et d’un jupon, et le vigoureux torse nu du magnifique John Gavin, l’actrice et l’équipe de tournage racontent qu’il y avait un manque d’érotisme entre les deux vedettes qui provoqua la rage du cinéaste…

… Hitchcock n’avait pas l’intention de faire de pornographie sur cette scène. Cependant, lui et le scénariste Joseph Stefano avaient conçu la scène avec grand soin pour faire de « Psychose » un film moderne, et pour introduire le thème du voyeurisme présent tout le long du film…

… « J’ai voulu faire la scène ainsi car le public change », expliqua le cinéaste à François Truffaut. « Il me semblait qu’un baiser classique aurait été méprisé par les jeunes; ils ne l’auraient pas trouvé crédible. Je sais qu’ils se comportent comme John Gavin et Janet Leigh le font. »

… Et de fait, les précédentes grandes scènes d’amour hitchcockiennes (le plus long baiser de l’histoire du cinéma des « Enchaînés », le badinage sexy de « Fenêtre sur cour » et de « La main au collet ») allaient paraître bien pâles en comparaison de l’ouverture de « Psychose »…

… La costumière Rita Riggs raconte, « cela semblait si abrupt pour les deux comédiens de se serrer la main et de sauter dans le lit juste après ! Mais M. Hitchcock aimait la perversité de cela et il voulait voir le résultat que cette spontanéité allait déclencher chez les deux acteurs. » …

… Selon Marshal Schlom, le superviseur du script : « [Hitchcock] était un petit lutin. Il était assis dans sa chaise avec le visage sérieux, mais il savait que cette scène allait être explosive, et marquer les esprits… Il avait le sentiment que la scène de l’hôtel et celle de la douche devaient être parfaites. Et comme les censeurs le cassaient tellement, il s’est assuré qu’elles étaient réalisées sans faute de goût. » …

… Jamais auparavant dans un film grand public, des acteurs n’avaient joué un duo érotique à l’horizontale, et encore moins à moitié nus. « J’étais si concentrée sur mon personnage, et sur la mise en scène de Hitchcock », se souvient l’actrice Janet Leigh, « que je n’ai pas réalisé que notre tenue était si révolutionnaire. Le plateau était fermé, mais le plus drôle était de voir tous les techniciens en haut des échafaudages, qui nous regardaient comme si ce qu’ils voyaient était incroyable. »

« John Gavin était superbe à l’écran; mais autrement, il était terriblement froid et coincé », raconte un des membres de l’équipe de tournage sur l’acteur, très chaudement recommandé par le chercheur de talents Henry Willson, qui avait déjà lancé des somptueux comédiens comme Rock Hudson, Guy Madison, Rory Calhoun ou Tab Hunter…

… Mais Hitchcock était visiblement de plus en plus agacé par John Gavin, car prise après prise, rien n’arrivait à dégeler le glacial comédien. Finalement, le cinéaste cria « Coupez ! » et entraîna Janet Leigh sur le côté pour une conversation en privé…

… « La scène ne se déroulait pas aussi bien que Hitch le désirait », raconte Janet Leigh en choisissant ses mots avec prudence. « Elle devait établir notre passion l’un pour l’autre dès le départ, pour que l’énorme sacrifice de Marion, et l’acte dangereux qu’elle entreprend, soient crédibles. » …

… Dans des termes pudiques mais descriptifs, Hitchcock exigea de Janet Leigh qu’elle prenne les choses en main. Janet rougit, acquiesça, et Hitchcock obtint enfin une réaction acceptable de l’acteur… Mais l’agacement du cinéaste envers John Gavin resta. En privé, Hitchcock l’appelait « Le Prude » (…)

Avec le recul John Gavin était un bon acteur au jeu d’une sobriété exemplaire pris à tort pour un manque de talent.


JOHN GAVIN
8 avril 1931

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Ciné/TV royal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s