Joyeux Charles Laughton ?

En écrivant ce blog, je me rends compte qu’il y a des dizaines et des dizaines de célébrités que j’adore, mais dont je ne sais rien de la vie privée. Sont-elles gays, ou non ?? …

… J’ai décidé de mener l’enquête afin de montrer aux jeunes qui ont été brimés à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Mon enquête d’aujourd’hui porte sur Charles Laughton (1899 – 1962), fantastique comédien, mais aussi metteur en scène, producteur et scénariste, anglais. En tant qu’acteur, Charles Laughton était un véritable caméléon, pouvant se glisser dans la peau de personnages très divers, à la fois dans le répertoire classique et moderne, au théâtre et au cinéma, dans des drames, comédies, films historiques, d’aventures etc… endossant avec brio les peaux de monstres aussi bien que celles de rois ou de valets.

Il a ainsi tenu des rôles dans de nombreux grands films notamment « L’extravant M. Ruggles », « Les révoltés du Bounty », « Quasimodo », « Spartacus », « Témoin à charge », « L’auberge de la Jamaïque », « La vie privée d’Henry VIII » pour lequel il a gagné l’Oscar du Meilleur Acteur… En tant que réalisateur, on lui doit un unique film, « La nuit du chasseur », qui fut un flop commercial et critique à l’époque mais est aujourd’hui considéré comme le plus beau film des années 1950 par les historiens du cinéma.

Mais… Charles Laughton était-il gay ?? …

… Et bien…

… voici la réponse :

Gay Influence – 14 juin 2014 – Charles Laughton – Comédien de cinéma et théâtre dans le placard

Charles Laughton (1899 – 1962) était un grand artiste de cinéma et de théâtre anglais, naturalisé américain en 1950. Né dans une riche famille de propriétaires d’hôtel du comté d’York en Angleterre, il fut élevé très strictement dans la foi catholique, ce qui le conduisit quand il devint adulte, à être tourmenté et lutter contre son homosexualité. A la mort de son père, il quitta le monde de l’hôtellerie et se mit à étudier la comédie qui était sa passion première.

Il devint vite célèbre et poursuivit des carrières à la fois en Angleterre, à New York et à Hollywood et se construisit une carrière de grand acteur principalement de second rôle, car son embonpoint et son visage franchement peu avenant lui permettaient rarement d’obtenir des premiers rôles.

Si le mal-être omniprésent de Charles Laughton a certainement contribué à sa réussite professionnelle spectaculaire, il a eu des répercussions négatives sur sa vie personnelle. Tourmenté pendant toute sa carrière par une homosexualité refoulée et un mépris de soi, Charles Laughton décéda en 1962, toujours profondément honteux de son désir homosexuel. Il n’avait jamais parlé de son homosexualité à personne, sauf à sa femme, Elsa Lanchester, une actrice qu’il avait épousée en 1929.

Pour « La vie privée d’Henry VIII » (1933) où il jouait le Roi Henry aux côtés de sa femme qui jouait Anne de Clèves, il gagna l’Oscar du Meilleur Acteur et le film l’Oscar du Meilleur Film.

Ensuite, il endossa le rôle de l’excentrique Capitaine Bligh dans « Les révoltés du Bounty » (1935) et d’autres grands rôles suivirent, notamment le rôle-titre dans « Quasimodo » (« The Hunchback of Notre Dame ») (1939). Laughton hésita avant d’accepter ce film, peut-être car il détestait son propre physique et qu’il trouvait ce rôle trop proche de sa propre personne. Finalement, il décida d’accepter et « Quasimodo » devint son personnage de cinéma le plus célèbre à ce jour.

En plus de jouer la comédie et mettre en scène, Charles Laughton enrichit son CV en devenant un fameux orateur et conteur, donnant des centaines de one-man-show qui attiraient des foules considérables.

Selon un article écrit par le professeur d’université Richard C. Bartone, pour apaiser sa solitude, Charles Laughton recherchait la compagnie de beaux jeunes hommes, dont beaucoup commençaient à travailler pour lui en tant que masseurs ou assistants personnels. Avec certains, il entretint des longues relations romantiques et il était heureux et productif tant qu’elles duraient, mais quand ces garçons s’en allaient, la solitude revenait et il interrompait un temps sa carrière.

La plupart des acteurs et actrices avec qui Laughton a travaillé savaient qu’il était gay, et c’était rarement un sujet de controverse sur les plateaux de cinéma ou les scènes de théâtre. Mais Charles avait le sentiment que son homosexualité le rendait vulnérable aux attaques. Sur le plateau des « révoltés du Bounty » l’homophobie de Clark Gable créa tant de tension que le producteur Irving Thalberg dut intervenir.

Bien que Laughton craignait le scandale, il faisait souvent venir ses amants sur les tournages pour l’aider à se relaxer. Sa pire crainte devint réalité lorsqu’il dirigea Henry Fonda dans la pièce « The Caine Mutiny Court Martial » (1954). Fonda, insatisfait de la tournure que prenait la pièce, s’en prit à Laughton en ricanant : « Que savez-vous des hommes, espèce de gros pédé ? »

La propre homophobie de Laughton s’atténua quelque peu en 1960, après que lui et sa femme aient acheté une maison à Santa Monica voisine de celle de l’écrivain gay Christopher Isherwood et son compagnon Don Bachardy (artiste peintre). Les deux couples devinrent amis et le fait que Isherwood et Bachardy étaient fiers et militants de la cause gay aidèrent Charles Laughton à avoir un peu moins honte.

Après la mort de Charles Laughton en 1962, Elsa Lanchester écrivit un livre où elle racontait qu’ils n’avaient jamais eu d’enfants car il était gay. Elle y affirmait qu’ils n’avaient jamais eu de relations sexuelles et qu’elle ne savait pas que Charles Laughton était gay lorsqu’ils se sont mariés. « Mais souvenez-vous, déclara-t-elle un jour, c’était un IMMENSE acteur. »

Robert Mitchum, que Charles Laughton avait dirigé dans « La nuit du chasseur », déclara que c’était le meilleur réalisateur pour lequel il ait travaillé. Charles Laughton fut terriblement déçu de l’échec commercial de ce film magnifique, et ne réalisa plus jamais aucun film. « La nuit du chasseur » est considéré aujourd’hui par les critiques comme l’un des meilleurs films des années 1950 et a été sélectionné par le « United States National Film Registry » pour conservation dans la Bibiothèque du Congrès des Etats-Unis.

Bien que Charles Laughton était gay, lui et Elsa Lanchester restèrent ensemble, formant l’un des couples les plus attachants de Hollywood, malgré la personnalité torturée de Charles Laughton et le fait qu’Elsa Lanchester avait elle aussi des tendances homosexuelles.

Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, Ciné/TV royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Joyeux Charles Laughton ?

  1. Sylvie dit :

    Pauvre Charles Laughton ;( Mais tout de même, tout le monde n’a pas eu la chance de trouver comme lui sa « Elsa Lanchester » 😉

  2. roijoyeux dit :

    un couple bien mignon malgré tout … Bienvenue Sylvie 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s