Joyeux Cary Grant ?

En écrivant ce blog, je me rends compte qu’il y a des dizaines et des dizaines de célébrités que j’adore, mais dont je ne sais rien de la vie privée. Sont-elles gays, ou non ?? …

… J’ai décidé de mener l’enquête afin de montrer aux jeunes qui ont été brimés à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Mon enquête d’aujourd’hui porte sur Cary Grant (1904 – 1986), un des plus grands acteurs des années d’or d’Hollywood, héros d’innombrables classiques, notamment les thrillers « La main au collet », « Les enchaînés », « Soupçons » et « La mort aux trousses » d’Alfred Hitchcock, et des comédies comme « Arsenic et vieilles dentelles » de Frank Capra ou « Chérie je me sens rajeunir » de Howard Hawks… Il a été nommé deux fois pour l’Oscar du Meilleur Acteur, pour « Rien qu’un coeur solitaire » de Clifford Odets et « Penny Serenade » de George Stevens.

En plus d’être un acteur talentueux, Cary Grant était très beau et très suave, et les hommes très beaux et très suaves sont souvent un peu gay… Etait-ce le cas de Cary Grant ?? …

… Eh bien …

… Voici la réponse, vue dans le documentaire « Gay Hollywood – The last taboo (2009) » merci youtube !! … :

La double vie de Cary Grant, l’essence même du premier rôle masculin hollywoodien –

Cary Grant était un acteur né en Angleterre en 1904, qui rejoignit à 14 ans une troupe de théâtre et cirque ambulant avec laquelle il quitta l’Angleterre deux ans plus tard pour les Etats-Unis. A New York, il eut une liaison homosexuelle. Il s’installa à Los Angeles à l’âge de 28 ans et y tomba amoureux de l’acteur Randolph Scott. Le lien qu’il y avait entre les deux hommes était si flagrant que même les journalistes en parlaient constamment. Ils étaient amants et malgré leur compte bancaire bien fourni de star de cinéma, ils vivaient ensemble dans la même maison, soi disant pour réduire les frais.

A l’époque, être gay était jugé scandaleux et les vedettes masculines homosexuelles se devaient de cacher leur vie intime au public sous peine de voir sombrer leur carrière… Il est clair que les patrons de Cary Grant exigèrent de lui qu’il se sépare de Randolph Scott et qu’il se marie. Il s’exécuta mais fit presque dans la foulée une dépression nerveuse.

La femme que Cary Grant avait épousé était la pure et virginale actrice Virginia Cherrill, qui fut la première de ses cinq épouses, et apparemment ce mariage fut tout aussi malheureux que les quatre qui le suivirent. Il essaya de se suicider par deux fois et devint alcoolique buvant comme un trou.

Après son divorce de Virginia Cherrill, Cary Grant retourna vivre avec son amant Randolph Scott. Ils apparurent même ensemble dans une comédie classique intitulée… « Mon épouse favorite » [!!] …

Cary Grant allait se marier à quatre nouvelles reprises et aura abandonné tant de choses, au cours de sa vie, pour devenir quelqu’un d’autre, qu’au final il a vraiment réussi à devenir Cary Grant, Cary Grant, le symbole même encore aujourd’hui de l’homme à la fois viril et suave, élégant, distingué, en un mot, parfait…

Il n’est donc pas étonnant que lorsque l'[humoriste] Chevy Chase le qualifia en 1980 dans une émission TV d’ « homo, une vraie folle », Cary Grant lui intenta un procès pour diffamation. Chevy Chase voulait simplement dire que l’image traditionnelle que donnait Cary Grant au public n’était pas la réalité, qu’il y avait une facette complètement différente, alors bien sûr, lorsque vous avez passé toute une vie à créer cette image et que quelqu’un arrive et essaie de la détruire [vous le poursuivez en justice]… et Chevy Chase fut obligé de retirer ses paroles…

… Revenez pour de prochaines enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, Ciné/TV royal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux Cary Grant ?

  1. From the avenue... dit :

    Merci pour cet article qui permet de voir l’envers du décor 😉 si ce n’est déjà fait, tu devrais te régaler avec « Hollywood babylone » de Kenneth Anger où l’on en apprend de belles…

  2. Sylvie dit :

    Ben ça alors… 😉
    Je fais semblant d’être étonnée, parce que par exemple, depuis que je suis petite -j’avais dû entendre je ne sais quoi-, je croyais que tous les acteurs de western étaient homo 😉 😉
    Ce qui est triste en revanche, c’est comment toutes ces situations les ont fait souffrir ;(

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s