Joyeux… Dirk Bogarde

Un nombre important de prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux jeunes qui ont été brimés à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose l’histoire de Dirk Bogarde (1921 – 1999) grand acteur britannique qui joua dans 63 films entre 1939 et 1991, longue carrière pour laquelle il fut beaucoup récompensé, notamment par deux BAFTA (Oscars du cinéma britannique) du Meilleur Acteur en 1963 et 1965, la médaille de « Commandeur de l’Ordre des Arts et des Lettres » du gouvernement français en 1990 et anobli par la Reine Elizabeth II en 1992. A-t-il aussi bien réussi sa vie privée ?

Voilà ce que j’ai trouvé sur Gay Influence :

Laurence Harbottle, avocat du bel acteur de cinéma britannique Dirk Bogarde, a déclaré, « Je partage l’opinion de tous les amis de Dirk que j’ai rencontrés : la nature de Dirk était entièrement homosexuelle. »

Voilà qui est dit.

Dirk Bogarde (1921-1999), qui incarna de nombreux hommes gays ou bisexuels au cinéma, a passé sa carrière entière à sublimer sa véritable orientation sexuelle à l’écran et à la nier en dehors. Il désirait plus que tout être considéré comme un premier rôle hétéro. On le surnommait « le Rock Hudson britannique » pour sa beauté et sa personnalité attachante à l’écran, mais les deux acteurs avaient plus que la beauté et le style de jeu en commun.

L’acteur anglais John Fraser a écrit dans son autobiographie « Close Up » (2004) :

« (Dirk) n’arrivait pas à accepter, il n’arrivait pas à réaliser, et n’arrivait pas à voir, quand il regardait ses propres films, qu’il était efféminé. »

(…)

En plus de son talent de comédien, Dirk Bogarde était un peintre et restaurateur d’oeuvres d’art doué, un brillant décorateur d’intérieur et un écrivain à succès, auteur de six romans et de multiples volumes d’autobiographie dans lesquels pas un mot n’est dit sur sa véritable orientation sexuelle.

Il y appelle Anthony Forwood, son amant de longue date avec lequel il a vécu 50 ans, « Forwood », pour faire croire que leur relation était celle d’un employeur avec son employé (les intimes d’Anthony Forwood l’appelaient en fait « Tony »). Forwood avait quitté sa femme Glynis Johns, une actrice, et leur fils pour s’installer chez Dirk Bogarde et devenir son « manager ».

Le talent d’écrivain de Bogarde fut souvent utilisé pour embellir les dialogues de ses films, notamment « La victime », un film où Dirk, gay dans la vraie vie, incarne un personnage gay, avocat qui travaille sur une affaire de chantage à l’homosexualité. « La victime » est le premier film de l’histoire du cinéma où le mot « homosexuel » est prononcé à l’écran, et c’est Bogarde qui a écrit la scène révolutionnaire où un homme dit « Je t’aime » à un autre homme. Malheureusement ce film mit pratiquement fin à la carrière de premier rôle masculin classique de Dirk Bogarde. Mais il lui ouvrit les portes pour d’ultérieures brillantes prestations dans des rôles complexes.

L’impact de « La victime » est inestimable. A l’époque où les réalisateurs américains luttaient pour rendre les sujets homosexuels acceptables par le Code Hays et l’Eglise Catholique des Etats Unis (pour passer la censure, un personnage gay devait généralement être méprisé, ridiculisé et mourir à la fin du film), surgit « La victime », un film britannique dans lequel un personnage explicitement gay se bat contre un système qui opprime les homosexuels. Dirk Bogarde fut ainsi le premier héros gay de l’histoire du cinéma.

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Joyeux… Dirk Bogarde

  1. Cristina dit :

    Je dois me tromper mais est ce que c’est lui qui jouait dans la série américaine « Supercopter » ? ^^

  2. roijoyeux dit :

    Non tu confonds avec … […] … Ernest Borgnine
    🙂

    • Cristina dit :

      Mais oui bien sur !
      Avoues qu’ils ont un petit air de ressemble quand même?
      Tu me l’accordes hein ?

      😉

      Et Ernest Borgine … Joyeux ou pas ? 😉

  3. j.etienne dit :

    beaucoup de charme et surtout un excellent acteur

  4. roijoyeux dit :

    Cristina, excellente question 😉

    Etienne, excellent acteur dommage qu’il avait si honte d’être joyeux 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s