Joyeuse… Greta Garbo

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux jeunes qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur la légendaire actrice américaine d’origine suédoise Greta Garbo.

La Divine Mademoiselle Garbo

Greta Lovisa Gustafson, dite Greta Garbo, est une actrice de cinéma suédoise naturalisée américaine, née le 18 septembre 1905 à Stockholm en Suède et morte le 15 avril 1990 à New York, aux États-Unis. Garbo a été nommée trois fois pour l’Oscar de la Meilleure Actrice et fut récompensée par un Oscar d’honneur en 1954 pour ses « lumineuses et inoubliables prestations sur grand écran ». En 1999, l’American Film Institute classa Garbo cinquième dans leur liste des plus grandes stars féminines du cinéma hollywoodien classique, derrière Katharine Hepburn, Bette Davis, Audrey Hepburn, and Ingrid Bergman.

Garbo débuta sa carrière en 1924 avec un rôle important dans le film suédois « La Saga de Gösta Berling ». Sa prestation fut remarquée par Louis B. Mayer, le patron du studio Metro-Goldwyn-Mayer (MGM), et il la fit venir à Hollywood en 1925. Elle attira immédiatement l’attention du public avec son premier film hollywoodien, « Le torrent » sorti en 1926; l’année suivante son apparition dans « La chair et le diable » fait d’elle une star internationale.

Le premier film parlant de Garbo fut « Anna Christie » (1930) dont les publicitaires de la MGM firent la promotion avec la phrase « Garbo parle ! » pour attirer le public. La même année, elle fut la vedette de « Romance ». Pour ces deux films elle fut nommée à l’Oscar de la Meilleure Actrice.

Son succès continua avec des films comme « Mata Hari » (1931) et « Grand Hotel » (1932). En 1932, sa popularité lui permit d’imposer ses volontés sur son contrat et elle devint de plus en plus sélective dans le choix de ses rôles. Sa prestation de la Dame aux camélias dans « Le Roman de Marguerite Gautier » (1936) lui valut une autre nomination à l’Oscar de la meilleure Actrice et est considérée comme sa meilleure prestation par beaucoup de critiques et historiens du cinéma.

Ensuite, sa carrière déclina et elle fut une des stars étiquetée « poison pour le box office » en 1938. Mais elle rebondit l’année suivante avec la comédie « Ninotchka » (1939) qui lui valut sa troisième nomination aux Oscars. En 1941, après l’échec de « La Femme aux deux visages (« Two Faced Woman »), Garbo mit définitivement un terme à sa carrière, au faîte de sa gloire, à l’âge de 35 ans, après avoir joué dans 28 films.

A partir de là, Garbo déclina les diverses propositions de retour à l’écran. Fuyant la publicité, elle commença à vivre en recluse, et ne se maria jamais, et n’eut pas non plus d’enfant. Elle investit son argent intelligemment, principalement en actions et obligations, et lorsqu’elle mourut en 1990 à 84 ans, elle laissa une fortune de 32 042 429 $ (57 millions en dollars actuels [2013]) à sa nièce Gray Reisfield. Garbo était aussi collectionneuse d’oeuvres d’art et possédait des peintures de Pierre-Auguste Renoir, Pierre Bonnard, and Kees van Dongen, une collection valant elle aussi une fortune.

Vie privée

Garbo a gardé sa vie privée hors des projecteurs. « I want to be alone » (« Je veux être seule »), l’une de ses tirades les plus célèbres à l’écran, dans « Grand Hotel », lui a été faussement attribuée à la ville. Garbo rectifia cependant après le film, arguant qu’elle n’avait jamais dit qu’elle voulait être seule, mais qu’elle voulait qu’on la laisse tranquille (« I never said, ‘I want to be alone.’ I only said, ‘I want to be let alone.’ There is all the difference. »).

D’après les lettres privées dont la publication a été autorisée en Suède en 2005 pour marquer le centenaire de sa naissance, il semblerait que Garbo ait été refermée sur elle-même et assez dépressive.

Faisant part de la personnalité déconcertante de cette Suédoise, amoureuse passionnée à l’écran mais femme sans homme à la ville, certains journalistes, retranchés derrière le Mystère Garbo et son célèbre « I want to be alone », flirtèrent avec le sous-entendu lesbien lorsqu’ils s’exclamèrent : «Une femme qui n’a pas besoin d’amour !», ou rapportèrent les plaintes d’acteurs à propos de la «frigidité» de la star à leur contact.

En fait Greta Garbo était bisexuelle, et s’est engagée dans de notables relations amoureuses avec des hommes et des femmes. Elle aurait eu tendance à préférer les femmes, et à se désintéresser de la sexualité en mûrissant. Il semblerait que Greta Garbo soit restée célibataire par amour pour l’actrice suédoise Mimi Pollak avec qui elle entretint une relation épistolaire qui dura soixante ans. À la naissance du fils de Mimi Pollak, elle expédia à celle-ci ce télégramme : « Incredibly proud to be a father » (« Incroyablement fière d’être père »).

Sa liaison hétérosexuelle la plus célèbre fut avec l’acteur John Gilbert. Lorsqu’ils se partagèrent le premier rôle pour la première fois dans « Flesh and the Devil », leur « intensité érotique » fut perceptible à l’écran.

Il semble que Gilbert demanda Greta Garbo en mariage trois fois et qu’il ne fut pas le seul. L’éditeur suédois Lars Saxon l’aurait aussi demandée en mariage, mais il reçut une lettre qui confirmait que Garbo « resterait toute sa vie célibataire. Le mot « épouse » est tellement laid » (« I will probably remain a bachelor all my life. “Wife” is such an ugly word. »).

Elle fut également la maîtresse du chef d’orchestre Leopold Stokowski qui avait quitté pour elle son épouse Olga Samaroff. En dépit de certaines rumeurs, il ne fut pas question de mariage entre eux.

La femme de lettres Mercedes de Acosta, dont la correspondance avec Greta Garbo fut publiée en 2000, dit avoir eu une longue relation avec elle.

Elle a également été liée de façon plus ou moins platonique avec les actrices Marlene Dietrich, Claudette Colbert, Joan Crawford, Louise Brooks, Ona Munson, et avec l’auteur Salka Viertel.

sources : wikipedia, Clio.

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s