Joyeux… George Maharis

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur ma dernière découverte du Hollywood des années d’or, George Maharis, la nouvelle idole du Royaume Joyeux, superbe acteur américain né le 1er septembre 1928 à New York. George Maharis est inconnu en France mais c’était un acteur charismatique au physique magnifique, au regard magnétique et à la voix de velours, qui fut une grande vedette dans les années 1960 aux Etats-Unis.

George est réputé comme l’un des comédiens les plus sexy de l’histoire de la TV américaine, grâce à son rôle de Buz Murdock dans les trois premières saisons d’une série immensément populaire, « Route 66 » (1960 – 1963), qui lui valut une nomination aux Emmy Awards en 1962. Il a aussi enregistré de nombreux albums de musique pop à cette époque où il était au sommet de sa gloire.

George Maharis rebelle gay des années 1960

Le grand, brun et très beau George Maharis, rebelle charismatique du Hollywood des années 1960, est né le 01 septembre 1928 à New York, dans l’arrondissement du Queens et a grandi dans une famille de 7 enfants. Son père immigrant d’origine grecque, était restaurateur. A l’adolescence, George se prit de passion pour le chant et commença sa carrière comme chanteur, mais après avoir obtenu des rôles au théâtre, il réalisa qu’il aimait davantage jouer que chanter, et il se tourna vers la comédie.

Formé à l’Actor’s Studio de Lee Strasberg, George commença à obtenir des rôles à la télévision dès 1953, notamment des épisodes de la série TV policière « The Naked City ». A la fin des années 1950, il se fit un nom au théâtre en jouant dans des pièces off Broadway, notamment « Haute surveillance » (« Deathwatch ») de Jean Genet. Un des épisodes de « The Naked City » se révéla être l’épisode-test et point de départ de la série qui allait lui apporter la gloire, « Route 66 ».

Route 66

« Route 66 » est une série qui raconte les aventures de deux jeunes hommes qui voyagent à travers les Etats-Unis dans une corvette décapotable. Grâce à cette série, George devint immensément populaire, notamment auprès du public féminin, grâce à son physique ravageur à la Marlon Brando. Cette célébrité lui permit de signer un contrat avec la maison de disques Epic Records et d’enregistrer 6 albums, et faire un tube de « Teach Me Tonight » qui fut classé dans le Top 50 américain en 1962.

Malgré le succès de « Route 66 », George quitta la série avant la fin de la 3ème saison, prétextant des problèmes de santé, notamment une hépatite. Dans une interview, il a déclaré être parti en raison de sa santé, mise en danger par les longues heures et pénibles conditions de tournage en extérieur, expliquant « Je dois protéger mon avenir. Ce serait stupide de continuer à ce rythme. Même si on a 4 millions $ en banque, on ne peut pas s’acheter un autre foie. »

Les producteurs de la série pensaient quant à eux que George avait rompu son contrat pour percer dans le cinéma. Après le départ de George Maharis, la popularité de la série déclina. L’acteur Glen Corbett le remplaça mais « Route 66 » s’arrêta l’année suivant le départ de George.

Suite de carrière et homosexualité

George Maharis tourna ensuite toute une série de films pour le cinéma, notamment « Quick, Before It Melts » (1964), « The Satan Bug » et « Sylvia » (tous deux en 1965), « A Covenant With Death » et « The Happening » (tous deux en 1967), « The Desperados » (1969).

En 1970 il retourna à la télévision, avec le rôle du criminologue Jonathan Croft, héros de la série « The Most Deadly Game ». Mais la série ne dura que 12 épisodes, prenant fin en janvier 1971.

En juillet 1973, George fut l’une des premières célébrités à poser entièrement nu pour le magazine « Playgirl ».

L’année suivante (1974), il fut arrêté par la police pour avoir eu une relation sexuelle avec un coiffeur dans les toilettes d’une station service de Los Angeles. Il fut libéré contre une caution de 500 $ … Il avait déjà été arrêté en 1967 par un policier de la brigade des moeurs pour avoir fait des avances à celui-ci dans les toilettes d’un restaurant d’Hollywood… De plus, après le décès d’un de ses amants, un magazine people publia un article sensationnel sur leur liaison homosexuelle.

Malgré ces épisodes scandaleux, George Maharis fut, à travers les années 1970 et 80, l’invité vedette de nombreuses grandes séries TV, notamment « Mission: Impossible », « Fantasy Island », « Kojak », « McMillan & Wife », « Barnaby Jones », « Police Story », « Switch », « Cannon », « Night Gallery », « The Bionic Woman », ainsi que « Murder, She Wrote » (« Arabesque ») en 1990.

Dans les années 1980, il apparaissait régulièrement en tant que chanteur dans des boîtes de nuit de Las Vegas et sur les planches à New York. Le dernier film dans lequel George Maharis tourna est « Le double maléfique » thriller fantastique de 1993 réalisé par Avi Nesher avec Drew Barrymore, nommé pour le Grand Prix du Festival du film Fantastique d’Avoriaz.

Après ce film, George a pris sa retraite et continué une carrière en tant que peintre impressionniste. Aujourd’hui (23 juillet 2017) âgé de 88 ans, il partage son temps entre sa ville natale de New York et Beverly Hills où il possède des maisons.

imdb, wikipedia, soyons-suave – recherche additionnelle et traduction par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux… George Maharis

  1. Tom Peeping dit :

    Tiens, voilà un acteur dont je n’avais jamais entendu parler ! Je trouve qu’il a le visage un peu épais, il lui manque quelque chose pour le faire accéder au statut supérieur (à la John Gavin, c’est le même genre de type). En 1967 et 1974, se faire chopper avec un policier et un coiffeur dans des WC à L.A., ça n’a pas du pardonner…

    • roijoyeux dit :

      Après cela il a quand même beaucoup tourné, sans devenir une grande star internationale… Mais il est mieux que John Gavin car il chante et il est … joyeux 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s