Joyeux… Shakespeare

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le légendaire William Shakespeare (1564 – 1616) considéré comme l’un des plus grands poètes, dramaturges et écrivains de langue anglaise de tous les temps.

William Shakespeare, grand poète bisexuel

Oh Bill ! Maître en langue anglaise et plus grand dramaturge de toute l’histoire, William Shakespeare était un homme qui aimait les hommes… Et nous ne disons pas cela juste car des hommes jouaient les rôle des femmes dans toutes ses pièces de théâtre… Il est fort probable que Shakespeare était bisexuel, bien que les historiens soient divisés à ce sujet; il avait une épouse dont il eut trois enfants et était fervent chrétien, mais ses écrits jettent une lumière ambigüe sur son sexualité : dans chacune de toutes ses pièces de théâtre, on trouve au moins un personnage gay, les exemples les plus célèbres sont Horatio le meilleur ami de « Hamlet » et Mercutio dans « Roméo et Juliette ».

Mais c’est la collection de sonnets de Shakespeare surtout, qui reste la principale raison suggérant la bisexualité du poète. Ces poèmes furent publiés pour la première fois en 1609, peut-être sans son assentiment. 126 d’entre eux sont des poèmes d’amour à l’intention d’un jeune homme (connu comme le « fair lord » — le prince éclatant), et seulement 26 d’entre eux sont dédiés à une femme mariée (connue comme « the dark lady » — la dame sombre).

La tonalité amoureuse de ceux adressés au jeune homme, qui se concentre sur sa beauté, a été interprétée comme preuve que Shakespeare était gay. Ce contenu homosexuel semble avoir dérangé au moins un éditeur du XVIIe siècle, John Benson . En 1640, celui-ci publia une autre édition en transposant tous les pronoms du masculin au féminin, pour faire croire aux lecteurs que tous les poèmes étaient adressés à la « dark lady ». Cette édition fut produite en masse et devint bientôt le texte de référence. Il fallut attendre 1780 pour qu’Edmund Malone ne republiât les sonnets dans leur forme originale.

Dans cette forme, de nombreux passages des sonnets permettent une interprétation d’un émetteur homo ou bisexuel. Dans le sonnet 13, le poète s’adresse au jeune homme en lui disant « mon cher amour » et annonce, dans le sonnet 15, qu’il mène « une guerre contre le Temps par amour pour toi ». Dans le sonnet 18, il s’enquiert : « Dois-je te comparer à nos journées d’été ? Tu dépasses leur charme et ta chaleur est douce », suivi du Sonnet 20 où il s’adresse à lui en tant que « maître – maîtresse »

La controverse commença véritablement en 1780 avec George Steevens, qui s’attarda sur le sonnet 20 pour remarquer : « Il est impossible de lire ce panégyrique dégoulinant de flatteries, adressé à un jeune homme, sans un mélange de dégoût et d’indignation. »

D’autres critiques anglais, effrayés à l’idée que leur héros national soit un vulgaire sodomite, soutinrent le commentaire de Samuel Taylor Coleridge qui, autour de 1800, proclamait que l’amour de Shakespeare était « pur » et que ses sonnets ne pouvaient faire « en aucun cas allusion au plus méprisable des vices ». Les critiques du continent s’engouffrèrent dans la polémique. En 1834, un commentateur français remarqua : « Il plutôt qu’elle ?… Est-ce possible ? Est-ce que les sonnets pourraient être adressés à un homme ? Shakespeare ! Toi, le grand Shakespeare ? »

Les opposants à la bisexualité de Shakespeare expliquent généralement que ces passages ne témoignent que d’une intense amitié virile, plutôt qu’un amour motivé par le stupre (…) Malgré tout, cet argument ne convainc pas tous les spécialistes. C. S. Lewis estime que les sonnets sont trop « amoureusement connotés pour définir une amitié virile ordinaire ».

Shakespeare parle souvent d’un amour qui le retient éveillé, tenaillé par une jalouse angoisse. De plus, le poète s’attarde avec insistance sur la beauté physique du jeune homme (…) Dans le sonnet 20, il permet à l’adolescent de coucher avec des femmes, mais de n’aimer que lui : « Mon bijou sera ton amour [pour moi], et tes bijoux seront leur butin ». Beaucoup interprètent ces lignes comme une profession de chasteté homosexuelle du grand poète, tout en confessant son excitation pour le garçon, qui était possiblement Henry Wriothesley, Comte de Southampton.

wikipedia + The Richest Personnages historiques dont vous ignoriez l’homosexualité

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Joyeux… Shakespeare

  1. aramiciaking dit :

    En vérité, il semble impossible que le plus grand poète de tous les temps ait pu réduire l’amour à un seul sexe… et c’est tant mieux !

  2. rp1989 dit :

    Shakeaspeare est un artiste mystérieux et complexe :).

  3. Osyth dit :

    Shakespeare understood love better than most ever will. He describes his wife (Ann Hathaway) in Sonnet 130 ‘my mistress eyes are nothing like the sun …’ and it is clear that she is dear to him, his helpmeet, his companion, and indeed the mother of his children. But if you read further into the sonnets and into his plays there is always a single man whom he heaps praises upon – they tend to be Mercurial, beautiful, witty men. Surely he was smitten with at least the idea. Of course being a Christian at the time meant that such feelings must be wrapped up and locked away in a box and the cloak of convention worn at all times – particularly with Queen Elizabeth 1st as your watcher. Though some would argue that Elizabeth herself was Gay … ton article est vachement superbe 😊

  4. roijoyeux dit :

    Hello Ladies 🙂

    For the article, I just changed a few words to the wikipedia and « Richest » articles to make my article easier to read.

    Shakespeare probably liked both men and women, but he preferred men, something many people don’t know, but it’s crystal clear if you read further into his sonnets and his plays.

    Encore un grand artiste gay / bisexuel à explorer !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s