Joyeux… Robert Reed

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Robert Reed (1932 – 1992) acteur américain inconnu en France mais qui a eu une très longue carrière aux Etats-Unis où il est une légende pour son rôle de Mike Brady, le patriarche du « Brady Bunch » une série TV comique immensément populaire qui fut diffusé de 1969 à 1974 sur ABC, puis multi-rediffusée et dont fut tirée de nombreuses émissions spéciales.

Entre autres réussites professionnelles, Robert Reed a été nommé trois fois aux Emmy Awards, pour sa participation aux séries « Medical Center » et « Rich Man Poor Man » en 1976 et « Racines » en 1977.

Robert Reed, papa du « Brady Bunch » et secrètement gay

Robert Reed, le patriarche du « Brady Bunch » était le chef de la famille la plus saine de l’histoire de la télévision américaine, mais il menait en secret une vie de débauche remplie d’aventures homosexuelles d’un soir et de partenaires sexuels qu’il payait et il mourut suite à des problèmes de santé liés à sa séropositivité.

Selon ses amis proches, Robert Reed mena une vie tourmentée et se détestait d’être homosexuel. Il voyait sa préférence sexuelle comme une maladie et une tare et essayait de la réprimer.

Susan Olsen, qui jouait Cindy, la plus jeune fille de la famille Brady, a exprimé son ressenti bouleversant sur le décès de son père de télévision : « Je suis sûre qu’être gay l’a tué. »

« C’était si mal vu à l’époque qu’il n’était jamais en paix avec lui-même. Il ne s’est jamais permis une relation amoureuse authentique avec un autre homme. Il a constamment été honteux et se méprisait lui-même pour les penchants naturels avec lesquels il était né. »

« C’était un homme fait pour fonder et diriger une famille. Si la loi l’avait autorisé à avoir une relation avec un autre homme, il aurait été le meilleur des maris et serait probablement toujours vivant. »

Malgré son homosexualité (ou pour la cacher) Robert Reed se maria en 1954 à l’âge de 22 ans avec une camarade étudiante nommée Marilyn Rosenberger. Le mariage ne dura que 5 ans où ils eurent une fille prénommée Karen puis ils divorcèrent en 1959.

Karen, la fille de Robert Reed, et son petit-fils étaient à son chevet lorsqu’il mourut le 12 mai 1992 à 59 ans mais selon une enquête du « National Enquirer » :

Robert Reed fréquentait assidument les bars gay de Los Angeles et sa banlieue et était un client régulier d’un hôtel en bord de mer, le « Surf and Sand » où il amenait des amants qu’il avait chopés sur la plage « Laguna Beach » à proximité de l’hôtel.

Il avait une préférence pour les jeunes blonds et draguait aussi dans un parc proche de sa maison de Pasadena y cherchant des partenaires sexuels et les payant jusqu’à 200 $ pour qu’ils couchent avec lui.

Il tint son homosexualité secrète toute sa vie car il craignait qu’elle détruise son image de père sans tâche du « Brady Bunch » que l’Amérique adorait (…)

Robert Reed est aussi célèbre pour avoir joué un avocat aux côtés d’E.G. Marshall dans « The Defenders » une série des années 60 encensée par les critiques, et un policier dans la célèbre série « Mannix ». Mais on se souviendra surtout de lui pour son rôle de Mike Brady, le papa préféré des téléspectateurs, dans le sitcom « The Brady Bunch » (…)

Même après l’arrêt du « Brady Bunch » Robert Reed continua à tenir secrètes ses aventures homosexuelles. Il avait le sentiment que l’Amérique n’accepterait jamais le fait que « Mike Brady » soit gay et que sa carrière d’acteur en souffrirait.

Robert Reed garda si bien son secret que même Barry Williams, qui jouait son fils dans « The Brady Bunch » ignora tout de son homosexualité jusqu’au jour de sa mort, où sa famille reconnut qu’il était séropositif et gay.

« C’est la première fois que j’en entends parler » déclara alors Barry Williams à un journaliste. « Je n’en avais pas la moindre idée. Je ne savais pas du tout qu’il était gay. Et encore moins qu’il était séropositif ! »

On ne sait pas quand et comment Robert Reed est devenu séropositif car il avait tenu son état de santé et sa vie privée secrets jusqu’au bout, sauf pour sa famille et quelques amis très proches.

Mais trois jours avant de décéder, lorsque sa condition l’exigea, il fut hospitalisé au « Huntington Memorial Hospital » de Pasadena où sa fille Karen Baldwin et William, son petit-fils de 17 mois, accoururent à son chevet.

Anne Haney, une actrice et amie de longue date de Robert Reed a reporté que « Karen et William lui rendaient des visites qui duraient des heures et des heures. Robert les adorait (…)

« Robert Reed savait probablement qu’il ne lui restait plus que quelques heures à vivre lorsque, à son troisième jour d’hôpital, il essaya de serrer son petit-fils dans ses bras. Mais son corps était alors si faible qu’il n’en eut même pas la force. »

« Alors que des larmes coulaient sur les joues de Robert Reed, l’enfant plaça ses mains sur le bras de son grand-père et lui fit un sourire. Robert Reed lui sourit en retour et s’endormit. »

« Et quand la fin arriva, sa fille et son petit-fils étaient à ses côtés. »

Peu avant de mourir, Robert Reed avait déclaré à son amie Anne Haney : « Ma vie a été très belle. Je suis fier de ce que j’ai accompli, en particulier de [ma fille] Karen et du petit William. Je remercie Dieu d’avoir vécu assez longtemps pour le connaître. »

The Richest Personnages historiques dont vous ignoriez l’homosexualité + Daily Mail + Brady Residence – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Joyeux… Robert Reed

  1. Osyth dit :

    I grew up with The Brady Bunch and, of course I loved Robert Reed. I found this article particularly interesting. Thank you

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s