Joyeux… Tennesssee Williams

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Tennessee Williams (1911 – 1983) un des plus grands dramaturges et écrivains américains, deux fois gagnant du Prix Pulitzer, pour les pièces « Un tramway nommé Désir » (1947) et « La Chatte sur un toit brûlant » (1955).

Tennessee Williams, le plus grand dramaturge américain était gay

Tennessee Williams (1911-1983) était un très grand écrivain américain, auteur de formidables pièces de théâtre et romans comme « La ménagerie de verre », « Un tramway nommé Désir », « La Chatte sur un toit brûlant », « Soudain l’été dernier » ou « Le printemps romain de Mrs Stone » dont beaucoup furent adaptées au cinéma.

Parce que dans sa jeunesse, le futur génie était davantage intéressé par la lecture et l’écriture que par le sport, son père alcoolique se moquait de lui en le surnommant « Miss Nancy ». La soeur de Tennessee, Rose, était schizophrène et ses parents lui firent subir une lobotomie qui la laissa handicapée, un fait que Tennessee ne leur pardonna jamais.

Mais c’est cette histoire familiale difficile qui lui inspira des idées et personnages forts pour ses pièces. Amanda Wingfield de « La ménagerie de verre » est basée sur la mère de Tennessee, et son père lui a inspiré le personnage du « Big Daddy » (« Père Chéri ») de « La Chatte sur un toit brûlant ».

Malgré ses origines modestes, Tennessee eut l’opportunité de faire deux ans d’études supérieures grâce à ses grands-parents maternels qui lui payèrent les droits d’inscription, mais ensuite il dût quitter l’Université à cause de problèmes financiers dans sa famille et car il avait de mauvaises notes. Il devint vendeur de chaussures mais détestait ce travail et fit une dépression nerveuse.

A l’âge de 28 ans, Tennessee s’installa à la Nouvelle Orléans, une ville qui allait inspirer son oeuvre à venir, notamment « Un tramway nommé Désir ». En 1945, « La ménagerie de verre » une pièce sur laquelle il avait travaillé plusieurs années, fut créée à Broadway avec grand succès; le Cercle des Critiques Dramatiques de New York la déclarèrent « meilleure pièce de l’année ».

Deux ans plus tard, la première de « Un tramway nommé désir » eut lieu et changea sa vie à jamais. Grâce à cette pièce, il remporta son premier Prix Pulitzer et un autre Drama Critics’ Award, devenant ainsi l’un des plus grands dramaturges américains. Ces oeuvres introduisirent de plus un type de personnage qui allait devenir récurrent dans ses pièces, celui de la Belle du Sud vieillissante.

Peu après la première de « Un tramway nommé Désir », Tennessee mit les voiles pour l’Europe pour récupérer de l’énorme fatigue physique et émotionnelle qui avait résulté de l’écriture de la pièce, fatigue qui l’avait conduit à penser qu’il n’écrirait plus jamais. Une longue période improductive s’ensuivit, au cours de laquelle l’écrivain prit l’habitude de boire en excès, de consommer des quantités énormes de médicaments et d’avoir multiples relations homosexuelles sans lendemain.

Après avoir manqué d’assister à une soirée en son honneur pour la première londonnienne de « La ménagerie de verre », Tennessee envoya un télégramme à sa mère l’informant qu’il s’était évanoui après avoir absorbé des calmants. Cet incident lui servit d’avertissement et il retourna aux Etats-Unis peu de temps après.

Avant de partir pour l’Europe, Tennessee Williams avait eu une relation sexuelle sans lendemain à Provincetown (Massachusetts) avec le jeune homme qui allait par la suite devenir l’amour de sa vie. Peu après son retour à New York en 1948, alors qu’il mangeait dans un restaurant de Lexington Avenue, il reconnut ce camionneur avec qui il avait eu une aventure l’année d’avant, qui s’appelait Frank Merlo et était âgé de 27 ans.

Quelques semaines plus tard, Frank Merlo emménagea chez Williams et ils tombèrent éperdument amoureux l’un de l’autre. Frank lui nettoyait l’appartement, lui faisait la cuisine, lui servait de chauffeur et s’occupait de son courrier. Et surtout, Frank Merlo sevra peu à peu Tennessee Williams de sa dépendance à l’alcool, au sexe sans lendemain et aux médicaments. Cette nouvelle vie stable permit à Tennessee de se concentrer à nouveau sur l’écriture. Frank, qui était d’origine sicilienne, inspira le personnage principal de la nouvelle oeuvre de l’écrivain, une pièce intitulée « La rose tatouée », qui remporta le Tony Award de la Meilleure Pièce en 1951.

Ensuite alors que Williams écrivait « La Chatte sur un toit brûlant », il fut envahi par l’angoisse et le doute, craignant de ne pas pouvoir égaler l’excellence de « Un tramway nommé Désir ». Frank l’encouragea et le dorlota à travers ce processus difficile au cours de l’année 1954. Et lorsque la pièce ouvrit, elle fut couverte d’éloges et fit gagner à Tennessee Williams son troisième « Drama Critics’ Award » et un second Prix Pulitzer.

Tennessee fut si reconnaissant à Frank pour son soutien pendant l’écriture de la pièce qu’il lui reversa 10 % des bénéfices. Alors qu’il écrivait « The Night of the Iguana » l’oeuvre qui allait devenir son prochain succès majeur, l’histoire se répéta : Frank Merlo adoucit la crise de confiance que Tennessee traversa pendant la période précédant la première de la pièce en 1961. Tennessee Williams fit la couverture du prestigieux magazine « Time » et l’article l’adouba « plus grand dramaturge américain ».

Le public ne savait rien de l’orientation sexuelle de Tennessee, ni de sa relation avec Frank Merlo, non que Tennessee niait être gay, mais parce qu’on ne discutait pas de telles choses à cette époque… Malheureusement, des fissures commencèrent à apparaitre dans leur couple. Frank Merlo insistait pour que Tennessee lui soit sexuellement fidèle, ce qui était quasi impossible à l’écrivain.

De plus Frank n’avait pas de carrière en dehors de fournir soutien domestique et professionnel à Tennessee. Alors que les deux hommes étaient en Californie à l’occasion du tournage de « La ménagerie de verre », Tennessee oublia de présenter Frank à Jack Warner, le président du studio Warner Bros. Jack Warner alla alors vers Frank et lui demanda, « Que faites-vous donc dans la vie, jeune homme ? » Frank lui répondit, « Mon travail est de coucher avec M. Williams. » Encore pire, Williams avait recommencé à boire et à se droguer en douce, en plus des relations sexuelles hors couple. Lorsque Frank le découvrit, il se sentit trahi.

Encore plus malheureusement, Frank Merlo était un très gros fumeur et lorsqu’arriva le début des années 60, une toux irritante et persistante s’était installée en lui. En 1962, on lui diagnostiqua un cancer du poumon inopérable et il décéda l’année suivante, à l’âge de 41 ans. Dévasté, Williams retomba dans une dépression de sept ans, les multiples aventures sexuelles, l’alcool et la drogue. Aucune de ses oeuvres n’égala par la suite la qualité de ses oeuvres antérieures et beaucoup reçurent des critiques négatives. La spirale infernale devint si alarmante qu’en 1969, le frère de Tennessee lui fit suivre une cure de désintoxication; au cours des deux premiers jours de cure, il fut victime de deux crises cardiaques et trois attaques cérébrales.

Une éclaircie survint en 1979 lorsque Tennessee reçut un prix du « Kennedy Center Honors ». L’année suivante, Jimmy Carter, le Président des Etats Unis, lui remit la « Medal of Freedom ». Mais Tennessee Williams n’arriva jamais à chasser ses démons.

Entouré de bouteilles de vin et de médicaments, il fut retrouvé mort à New York dans la suite qu’il occupait à l’Elysée Hotel le 25 février 1983. Le médecin légiste conclut à une mort par étouffement, le bouchon d’un spray nasal ayant été retrouvé dans le larynx de l’écrivain. Certaines enquêtes sont en désaccord avec cette cause de la mort et suggèrent plutôt une overdose de drogue et alcool.

En tous cas, c’est cette suite du neuvième étage d’un hôtel de Manhattan qui lui avait servi de maison les quinze dernières années de sa vie. Tennessee Williams avait 71 ans et l’avis de décès du Los Angeles Times indiqua, « Son partenaire pendant 15 ans, Frank Merlo, est mort d’un cancer en 1963 et l’écrivain a lui-même avoué qu’après cela, ‘Tout s’est comme effondré.’  »

Gay Influence + wikipedia – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! …

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Joyeux… Tennesssee Williams

  1. manU dit :

    J’ai lu la plupart de ses pièces parmi les plus connues et j’aime beaucoup leurs atmosphères troubles le plus souvent…
    Et puis tous ces beaux personnages de femmes !

  2. Carole dit :

    Quelle vie !
    J’aime beaucoup comme tu racontes la vie de ces personnes publiques.
    Bon dimanche, bises.

  3. mpdeco dit :

    Très beau récit
    Bravo

  4. Je rejoins les précédents commentaires : tu as très su bien mettre en mots la vie tumultueuse de T. Williams. Biz

  5. lyon6e.com dit :

    La lecture de cet article me rappelle qu’on n’a plus de bonnes émissions de cinéma comme Etoiles et Toiles et ça manque. Super travail !

  6. roijoyeux dit :

    Merci chers Mesdames et Messieurs cela m’encourage à continuer. Biz 🙂 ❤️

  7. From the avenue... dit :

    nous sommes de grands fans sur l’Avenue. Ses nouvelles sont délicieuses, ses pièces précieuses et tellement profondes. Quelle vie a-t-il eu !!! cela me donne envie de lire une biographie de lui. Une suggestion peut-être ??

  8. da-AL dit :

    I always lump him together with Truman Capote – geniuses eclipsed by alcoholism …

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s