Joyeux… Clifton Webb

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur l’acteur américain Clifton Webb, né à Indianapolis le 11 novembre 1889 et décédé le 13 octobre 1966 à Beverly Hills. Interprète d’une parfaite élégance, il s’illustra souvent dans des rôle de gentleman détaché, avec une ironie et une finesse qui furent sa marque de fabrique.

Il restera dans l’histoire du cinéma pour ses rôles dans des classiques comme « Laura » (1944), « Le fil du rasoir » (1946) ou « Bonne à tout faire » (1948), trois films pour lesquels il a été nommé aux Oscars. Il est gagnant d’un Golden Globe pour « Le fil du rasoir ».

Clifton Webb … star de cinéma … gay

Jeunesse et début de carrière

De son vrai nom Webb Parmalee Hollenbeck, Clifton Webb (1889-1966) fut une star de cinéma très improbable qui commença sa carrière à 19 ans comme danseur de salon professionnel. En 1924, il jouait au théâtre à Broadway dans des revues musicales et obtint quelques rôles au cinéma dans des films muets. Dans les années 30, Webb était sous contrat avec le studio MGM qui l’utilisait peu. Il joua surtout sur les planches, notamment dans des opérettes, des comédies musicales à succès et des pièces de théâtre écrites par Noel Coward comme « Blithe Spirit » et « Present Laughter ».

Succès hollywoodien

Ce n’est qu’à l’âge de 55 ans que Webb eut l’occasion de devenir, et devint, une star de cinéma, lorsqu’il fut choisi par le grand réalisateur Otto Preminger pour le rôle du journaliste Waldo Lydecker dans le film noir « Laura » (1944), malgré les réticences du patron de 20th Century Fox. Le film eut un succès immense, et Webb fut nommé pour l’Oscar du Meilleur Second Rôle. A peine deux ans plus tard, il reçut une autre nomination aux Oscars pour sa prestation dans « Le fil du rasoir » (1946) d’après le roman de W. Somerset Maugham.

Dans la vraie vie, Webb était obsessivement propre, correct et bien élevé, tellement poli que cela en était agaçant. Il vécut avec sa mère dominatrice toute sa vie. Bien qu’elle savait qu’il était gay, elle n’abordait jamais ce sujet avec quiconque. Quant à lui, il adorait sa mère et l’emmenait partout avec lui : plateaux de cinéma, dîners et soirées mondaines, et même en vacances. Ils étaient inséparables.

Webb était si excentrique et efféminé que son homosexualité était évidente pour tout le monde dès qu’il entrait dans une pièce. Quand le réalisateur Jean Negulesco lui demanda en 1952 s’il était gay, Webb se redressa de toute sa hauteur et répondit, « [gay] fervent, mon garçon, très fervent. »

Après « Le fil du rasoir », Webb joua un babysitter grincheux et narquois, nommé Lynn Belvedere, héros en titre de la comédie « Bonne à tout faire » (« Sitting Pretty ») qui fut un autre immense succès et lui valut une troisième nomination aux Oscars, cette fois dans la catégorie « Meilleur Acteur ». Il reprit son rôle de M. Belvedere dans deux suites de « Bonne à tout faire » un personnage qui n’était pas loin de ce qu’il était en réalité.

La vie sociale de Webb était légendaire, car lui et son incontournable mère organisaient régulièrement de somptueuses soirées pour le gratin d’Hollywood. Il était constamment avec sa mère qui appela son fils « Petit Webb » toute sa vie. Il vécut avec sa mère jusqu’au décès de celle-ci à l’âge de 91 ans en 1960.

Lorsqu’elle mourut, Webb se retira dans un isolement relatif, ce qui fit dire à son bon ami [le dramaturge] Noel Coward, « cela doit être difficile de se trouver orphelin à 70 ans. » Webb ne se remit jamais de la mort de sa mère, et lorsqu’il décéda à son tour six ans plus tard, il fut enterré auprès d’elle dans le cimetière « Hollywood Forever Cemetery » de Los Angeles. Leurs tombes sont des attractions populaires pour les touristes cinéphiles visitant Hollywood.

Webb joua dans vingt films après son succès dans « Laura ». Le seul rôle qu’il joua au cinéma après la mort de sa mère fut celui du Père Bovard, un prêtre altruiste dans « Une histoire de Chine » (« Satan Never Sleeps ») de Leo McCarey (1962). Webb continua à pleurer la perte de sa mère jusqu’à sa propre mort d’une crise cardiaque en 1966.

Vie privée

Webb ne se maria jamais et n’eut aucun enfant. L’acteur Robert Wagner, qui fut sa co vedette dans « La parade de la gloire » (« Stars and Stripes Forever ») (1952) et « Titanic » (1953) et le considérait comme un mentor a écrit dans ses mémoires, « Clifton Webb était gay, bien évidemment, mais il n’a jamais tenté de me séduire, il n’aurait pas fait cela. »

Gay Influence + wikipedia – traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s