Joyeux… Vincent Price

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose une enquête sur l’acteur américain Vincent Price (1911 – 1993) connu pour sa voix envoûtante et ses inoubliables prestations dans des films d’horreur. Mais Vincent avait un registre très étendu et apparut aussi dans des films noirs, des drames, des thrillers et des comédies, une filmographie riche de plus de cent films, notamment les classiques films noirs « Laura » et « Péché mortel » avec Gene Tierney, « Le chant de Bernadette » biopic sur Sainte Bernadette où il joue le procureur qui enquête sur les apparitions de la Vierge, ou « Les trois mousquetaires » d’après Alexandre Dumas où il joue Richelieu …

La carrière de Vincent Price s’étendit sur 60 ans où il joua aussi au théâtre, la télévision et la radio. Il a deux étoiles sur le « Hollywood Walk of Fame » une en hommage à l’acteur de cinéma et l’autre de télévision. Né et élevé à Saint Louis (Missouri) il a aussi une étoile sur le St. Louis Walk of Fame.

De plus Vincent Price était collectionneur d’oeuvres d’art, diplômé en histoire de l’art (il commença à travailler à 22 ans comme professeur d’histoire de l’art pendant un an avant d’attraper le virus de la comédie). Il était aussi expert en littérature, poésie et en cuisine gastronomique, c’était un fin cordon bleu qui écrivit plusieurs livres de cuisine.

Vincent Price … comédien aux multiples talents … bisexuel

Jeunesse

Vincent Leonard Price Jr. est né le 27 mai 1911 à Saint-Louis dans le Missouri. Son père, Vincent Leonard Price Sr., était le président de « The National Candy Company » et son grand-père le docteur Vincent Clarence Price, inventeur de la poudre à lever « Dr. Price’s Baking Powder, » la première poudre à lever à base de crème de tartre, qui fit la fortune de la famille Price.

Vincnt Price est scolarisé à la St. Louis Country Day School, puis étudie l’histoire et l’art à Yale. Il devient membre de l’Institut Courtauld en Angleterre. Il s’intéresse au théâtre à partir des années 1930 et monte sur scène en tant que professionnel pour la première fois en 1935 dans la pièce « Victoria Regina » au Broadhurst Theater de Broadway. Il jouera au total dans une douzaine de pièces entre 1935 et 1978.

Star de cinéma

Il restera dans l’histoire du cinéma pour son physique de dandy inquiétant, à la voix caressante dans des chefs d’oeuvre hollywoodiens comme « Laura » d’Otto Preminger (1944), avant de devenir dans les années 50 et 60 un acteur emblématique de films d’horreur, sous la direction récurrente de Roger Corman (« La Chute de la Maison Usher », « Le Corbeau », « L’Empire de la Terreur », …), mais également d’André De Toth dans « L’Homme au masque de cire » (« House of wax », 1953), qui fut le premier film en 3D. Il apparaît sous les traits du Cardinal de Richelieu aux côtés de Gene Kelly dans l’adaptation en 1948 des « Trois Mousquetaires » par George Sidney.

Acteur indissociable du cinéma d’épouvante, il incarne « L’Abominable Docteur Phibes » de Robert Fuest (1971) et quelques films d’horreur britanniques comme « Théâtre de sang » de Douglas Hickox (1973), à la lisière de l’auto parodie. Il prête sa voix au court-métrage hommage, « Vincent », que lui consacre Tim Burton qui lui donnera par ailleurs l’un de ses derniers rôles dans « Edward aux mains d’argent » en 1990.

Autres talents

En 1975, il prête sa voix à l’album « Welcome to My Nightmare » de son ami Alice Cooper pour le monologue d’introduction de la chanson « The Black Widow » et apparaît régulièrement sur scène lors de ses concerts : il s’agira de la première association de l’univers du cinéma d’horreur à celui du rock.

Dans les années 80, il prête sa voix à « Thriller » chanson à succès de Michael Jackson (…) Dans les années 90, il prêtera sa voix pour la scénographie de la célèbre attraction « Phantom Manor » de Disneyland Paris.

Grand collectionneur d’art contemporain et fin cordon bleu, il a consacré plusieurs ouvrages à ces passions.

Décès

Très gros fumeur, Vincent Price est mort d’un cancer du poumon à Los Angeles, le 25 octobre 1993. Selon Tim Burton, qui s’était lié d’amitié avec lui, il s’est laissé mourir de tristesse à la suite du décès de sa femme, Coral Browne, deux ans auparavant.

Vie privée et homosexualité

Vincent Price a eu trois épouses. Il a eu un fils, Vincent Barrett Price (né en 1940), de son premier mariage avec l’actrice Edith Barrett (1938-1948). De son second mariage avec Mary Grant (1949–1973), créatrice de costumes, il eut une fille Victoria née en 1962. Son troisième mariage (1974-1991) fut avec l’actrice australienne Coral Browne qui décéda d’un cancer 2 ans avant lui.

Victoria, la fille de Vincent Price, a déclaré en 2015 qu’elle est « presque certaine que (son père) avait des relations physiques intimes avec d’autres hommes » …

… un fait confirmé par Scotty Bowers, célèbre pourvoyeur de partenaires sexuels pour des clients gays, hétéros et bisexuels dans le monde hollywoodien des années 1940 et 1950 ayant lui-même eu des relations sexuelles payantes avec plusieurs personnalités du cinéma; Scotty, qui était un ami intime de Vincent Price et appelait l’acteur « Vinny », a écrit dans son autobiographie :

« A l’époque où je l’ai rencontré, Vinny avait 38 ans et venait d’épouser sa 2nde femme, Mary Grant (…) Elle lui donna une fille mais il était décidément gay et le mariage ne marcha pas. Malgré son homosexualité il se remaria en 1974 avec l’actrice Coral Browne. Bien qu’elle était (bisexuelle) (…) le couple était très lié. Leur vie sexuelle était quasi inexistante mais ils s’adoraient.

J’ai été l’amant de Vinny pendant des années. Le sexe avec lui était agréable, doux, sans précipitation. Il y avait une sorte de raffinement dans les rapports sexuels avec lui. C’était érotique, captivant, épanouissant, satisfaisant, gratifiant. La grande classe de bout en bout. Que dire de plus ? (…)

wikipedia + « Full Service – my adventures in Hollywood and the secret sex lives of the stars » de Scotty Bowers – traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, Ciné/TV royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Joyeux… Vincent Price

  1. Carole dit :

    Bonne soirée, bises.

  2. Osyth dit :

    That was truly fascinating … thank you 😊

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s