Joyeux… Arthur Laurents

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose une enquête sur Arthur Laurents, dramaturge, scénariste et metteur en scène américain, connu notamment pour avoir écrit le livret de la comédie musicale « West Side Story » (1957), et le scénario des films « La corde » d’Alfred Hitchcock (1948) et « Nos plus belles années » de Sydney Pollack (1973).

En 1983, il a mis en scène une version musicale de « La Cage aux Folles » basée sur la pièce de théâtre de Jean Poiret qui lui valut le Tony Award du Meilleur Metteur en scène de « musical ».

Arthur Laurents l’auteur de « West Side story » était… gay

Arthur Laurents (de son vrai nom Arthur Levine) est né le 14 juillet 1917 à Brooklyn et mort le 5 mai 2011 à Manhattan.

Il est le fils aîné d’un avocat et d’une institutrice qui quitta son travail pour élever ses deux enfants (il avait une sœur cadette prénommée Edith).

Les grands-parents paternels d’Arthur Laurents étaient Juifs orthodoxes. Du côté maternel, ils étaient Juifs athées, et sa mère n’observait les rites que pour plaire à son mari, sans imposer aux enfants la stricte observance de la religion. Arthur ne reniait pas ses origines juives, mais n’adopta aucune religion et changea son patronyme, pour Laurents, à la seule fin de dénicher sans problème un emploi.

Débuts radiophoniques

Au sortir de l’université Cornell, il suivit un cours du soir de l’Université de New York sur l’écriture radiophonique. Son professeur, un cadre de CBS radio, soumit un script d’Arthur Laurents à CBS, qui le produisit. Ce texte fantaisiste, « Now Playing Tomorrow », qui portait sur la clairvoyance, a lancé sa carrière, entraînant des commandes variées pour des émissions radiophoniques, notamment le « Lux Radio Theater ».

Vie militaire

Au milieu de la Seconde Guerre mondiale, l’Armée américaine le réclame. Il ne fut pas envoyé au front, mais affecté à une section cinématographique locale (ville de New York) où il dut écrire le scénario de films documentaires destinés à encourager l’enrôlement. Il eut l’occasion d’y rencontrer notamment le réalisateur George Cukor, qui dirigea son premier scénario, et l’acteur William Holden. Il fut ensuite assigné à l’écriture d’articles radiophoniques, visant à faire connaître au grand public les contributions particulières des différentes divisions de l’armée à la Guerre.

Ces travaux réalisés par Laurents pendant la Guerre constituèrent un excellent apprentissage pour l’auteur de pièces de théâtre (et le scénariste de cinéma) qu’il allait devenir…

Théâtre

… Arthur Laurents avait de plus la chance d’être basé à New York. La première pièce de théâtre qu’il écrivit, « Home of the Brave », un drame sur l’antisémitisme dans l’armée, fut monté sur scène à Broadway le 27 décembre 1945 et se joua 49 fois. La vente de la pièce à un studio de cinéma [l’adaptation cinéma fut réalisé par Mark Robson en 1948] donna à Arthur Laurents l’impulsion dont il avait besoin pour devenir un scénariste à Hollywood. Parmi les scénarios les plus importants du début de sa carrière, il y a « La corde » (1948) qu’il écrivit pour Alfred Hitchcock.

Côté théâtre, après « Home of the Brave » Arthur Laurents écrivit d’autres pièces, qui connurent des succès mitigés. Il retrouva un franc succès avec la comédie musicale à succès « Gipsy » (1959). Il obtint ses plus grands succès à Broadway avec les comédies musicales « I Can Get It for You Wholesale » (1962) dont il assura la mise en scène et qui lança la carrière de Barbra Streisand alors âgée de 19 ans, « Hallelujah, Baby! » (1967) qu’il dirigea et dont il écrivit le livret, livret pour lequel il remporta le Tony Award de la Meilleure Comédie Musicale, et « La Cage aux Folles » (1983) qui lui fit gagner le Tony Award de la Meilleure mise en scène.

Cinéma

Le premier travail d’Arthur Laurents pour le cinéma fut sa participation à l’écriture du scénario de « La fosse aux serpents » d’Anatole Litvak (1948) qui raconte le séjour d’une jeune femme (Olivia de Havilland) dans un asile psychiatrique.

C’est après avoir entendu des gros bonnets du studio 20th Century Fox dire du bien du travail d’Arthur Laurents sur « La fosse aux serpents » qu’Alfred Hitchcock l’engagea pour son prochain film « La corde » avec James Stewart en vedette.

Hitchcock voulait qu’Arthur Laurents américanise pour le grand écran la pièce de théâtre qui avait été écrite en 1929 par Patrick Hamilton, sur deux étudiants qui en assassinent un autre pour s’amuser, et invitent ensuite à dîner ses parents et sa fiancée, ainsi que leur ancien prof de philosophie, alors que son cadavre est encore dans leur salon…

Farley Granger, son amant d’alors, ayant aussi été engagé (pour jouer l’un des assassins), Arthur Laurents accepta ce travail avec joie. La difficulté était de faire comprendre au public que les trois personnages principaux étaient gay sans le dire explicitement. A cause de la censure, le scénario final fut si discret qu’Arthur Laurents ne sut jamais exactement si James Stewart lui-même avait bien réalisé que son personnage était homosexuel (il était censé avoir eu une liaison avec Farley Granger)…

Des années plus tard, Hitchcock demanda à Arthur Laurents d’écrire les scénarios du « Rideau déchiré » (1966) et « Topaz » (1969), mais celui-ci déclina ces offres, peu enthousiasmé par ces histoires d’espionnage.

Dans les années 50, Arthur Laurents fut l’une des victimes du maccarthysme, inscrit sur la liste noire du cinéma à cause de ses idées libérales et écrivit donc peu pour le grand écran.

Il écrivit cependant les scénarios d' »Anastasia » réalisé par Anatole Litvak avec Ingrid Bergman (1956), « Bonjour Tristesse » d’Otto Preminger avec Deborah Kerr (1958) (d’après le roman de Françoise Sagan), puis « Nos plus belles années » réalisé par Sydney Pollak (1973) où Arthur Laurents retrouva Barbra Steisand qu’il avait dirigée sur les planches.

Arthur Laurents a aussi écrit le script du « Tournant de la vie » (1977), inspiré par sa liaison romantique platonique avec la danseuse de ballet Nora Kaye, film qui fut réalisé par Herbert Ross avec Anne Bancroft et Shirley MacLaine. Et le dessin animé « Anastasia » (1997) est basé en partie sur le scénario qu’il avait écrit pour le film du même nom avec Ingrid Bergman (1956).

Vie privée

Arthur Laurents était homosexuel.

Dans sa biographie publiée en 2000, il relate sa longue carrière ainsi que ses nombreuses relations homosexuelles et ses liaisons sentimentales de longue durée, notamment celles avec l’acteur Farley Granger et Tom Hatcher (1929 – 2006) qu’il rencontra pour la première fois en 1954…

… En 1954, Tom Hatcher était un superbe jeune homme de 25 ans qui dirigeait un magasin de vêtements pour hommes à Beverly Hills et qui voulait devenir acteur lorsque Arthur Laurents le rencontra sur la suggestion de l’écrivain Gore Vidal. Le coup de foudre fut immédiat et le couple resta ensemble pendant 52 ans jusqu’au décès de Tom Hatcher en 2006.

Arthur Laurents mourut le 5 mai 2011, à Manhattan, à l’âge de 93 ans, des suites d’une pneumonie. Pour respecter la tradition, les lumières de théâtre de Broadway furent diminuées pendant une minute le 6 mai 2011 à 20h pour lui rendre hommage. Ses cendres sont enterrées aux côtés de celles de Tom Hatcher à Long Island (ville de New York).

wikipedia – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s