Joyeux… Cristóbal Balenciaga

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le plus grand des grands couturiers, Cristóbal Balenciaga.

Cristóbal Balenciaga, le Roi des grands couturiers, était … gay

Cristóbal Balenciaga Eizaguirre, né le 21 janvier 1895 à Getaria (Pays basque espagnol) et mort le 23 mars 1972 à Xàbia (Espagne) est un couturier et modiste espagnol.

Il est l’un des plus grands couturiers, unanimement reconnu par ses pairs et surnommé « le maître » ou encore « le couturier des couturiers »…

Si Balenciaga débute bien avant la Seconde Guerre mondiale, c’est durant les années 1950 qu’il transforme totalement la silhouette féminine, la faisant évoluer pour atteindre finalement son apogée au début des années 1960. Son style classique et épuré lui vaut de compter parmi ses clientes fidèles les Reines d’Espagne et de Belgique, la Princesse Grace de Monaco et la Duchesse de Windsor ainsi que Jacqueline « Jackie » Kennedy Onassis…

… Le fait que Jackie Kennedy achetait les créations hors de prix de Balenciaga contrariait son mari le Président John F. Kennedy car il craignait que le public américain pense que ses dépenses étaient trop somptuaires. Dans les années 50 et 60, Dior habillait les riches, et Balenciaga, les richissimes. On disait à cette époque qu’une femme « montait » de Dior à Balenciaga.

Jeunesse

Balenciaga, qui avait quitté les bancs de l’école pour travailler pour un tailleur local à l’âge de 13 ans, ouvrit sa première boutique à San Sebastian (Espagne) à 19 ans. A 24 ans, il possédait déjà sa propre maison de couture, maison dont il ouvrit ensuite des succursales à Madrid et Barcelone, où travaillaient plus de 350 employés (…)

La famille royale espagnole portait ses créations, mais la Guerre Civile espagnole l’obligea à fermer ses magasins en 1931 et à s’exiler d’abord à Londres puis en 1936 à Paris, où il ouvrit une maison de couture sur l’Avenue George V en 1937. Le succès de sa maison parisienne fut immédiat. Des clients risquèrent même leur vie en se rendant à Paris en pleine 2nde Guerre Mondiale pour admirer les créations de Balenciaga.

Homosexualité

A Paris, Balenciaga vivait ouvertement son homosexualité. C’est en 1936 dans la capitale française qu’il rencontra l’amour de sa vie, Wladzio Zawrorowski d’Attainville, un aristocrate franco-polonais qui exerçait alors le métier de chapelier. C’est Wladzio qui l’aida à trouver les fonds pour ouvrir sa maison de couture parisienne. Ensuite il devint son associé…

Contrairement à Balenciaga, qui avait l’élégance et la classe d’un aristocrate mais était fils d’un simple pêcheur et d’une couturière, Wladzio était un véritable aristocrate, dont l’intelligence et la sagesse impressionnaient Balenciaga. Les deux hommes s’installèrent ensemble dans le même appartement, où vivait aussi la mère de Balenciaga…

… Une de leurs employées, Elisa Erquiaga, a expliqué dans une interview : « Wladzio était extrêmement beau et bien éduqué et nous savions tous [qu’ils étaient en couple], mais personne n’en parlait jamais dans la maison. »

Le franco-polonais était la seule personne qui arrivait à calmer les angoisses du Maître, son manque de confiance en soi et sa recherche obsessionnelle de la perfection sur par exemple une épaule, un tissu, ou comment cacher élégamment les hanches trop larges de [l’écrivain] Colette, une de ses clientes célèbres.

Lorsque Wladzio mourut en 1948, Balenciaga fut si dévasté qu’il pensa un temps fermer son entreprise. Il ne se remit jamais de la mort de l’amour de sa vie et bien qu’il eut des aventures homosexuelles après le décès de Wladzio, il ne chercha jamais à trouver un nouvel amour et devint très secret et se retira presque du monde.

Ce fut en 1968 que le couturier prit finalement sa retraite (à 73 ans).

Décès et postérité

Lorsque Balenciaga mourut en 1972, le magazine Women’s Wear Daily écrivit “The King is Dead” (« Le Roi est mort »). Il mourut très riche, propriétaire de plusieurs maisons et appartements à Paris, à La Reynerie près d’Orléans, ainsi qu’à Madrid, Barcelone et Iguelda, dans son pays basque natal.

Selon l’Encyclopédie Gay et Lesbienne, les plus grands couturiers gays du XXe siècle sont Balenciaga et Dior, suivis d’Yves Saint Laurent et Jean Paul Gaultier et en Italie Giorgio Armani et Giani Versace.

Le travail Balenciaga a influencé de nombreux couturiers, tels que Oscar de la Renta, André Courrèges qui travailla dans son atelier, Emanuel Ungaro et Hubert de Givenchy qu’il aida. La marque Balenciaga, appartenant de nos jours à la holding française Kering, est actuellement sous la direction de Demna Gvasalia, après le départ d’Alexander Wang en 2015, qui succéda en décembre 2012 à Nicolas Ghesquière.

wikipedia + Gay Influence – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Joyeux… Cristóbal Balenciaga

  1. da-AL dit :

    a sweet & sad love story…

  2. Osyth dit :

    Such a touching tale of true true love 💕

  3. Isa Poitou dit :

    C’était tellement beau ce qu’il faisait :).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s