Joyeux… Clive Davis

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Clive Davis, un des géants de l’industrie du disque.

Clive Davis, légendaire producteur de musique … bisexuel

Clive Davis est un producteur de musique américain, né le 4 avril 1932 à New York (86 ans).

Il a gagné 5 Grammy Awards et a été introduit au Rock and Roll Hall of Fame en 2000, devenant ainsi le premier dirigeant de l’industrie du disque à avoir cet honneur – jusqu’alors les membres du Rock and Roll Hall of Fame étaient des chanteurs ou des musiciens. Depuis 1997, une étoile du Walk of Fame d’Hollywood lui est dédiée…
De 1967 à 1973, il a été président de la maison de disques « Columbia Records », et il fonda ensuite « Arista Records » puis « J Records ». De 2002 à 2008 il dirigea RCA. Actuellement il est un des grands patrons de Sony Music et à ce titre il s’occupe des carrières de grands noms tels que Aretha Franklin, Rod Stewart, Alicia Keys, Barry Manilow, Christina Aguilera, Carlos Santana, Kelly Clarkson, Leona Lewis et Jennifer Hudson. Dans le passé il a lancé et les carrières d’artistes légendaires comme Janis Joplin, Billy Joel, Bruce Springsteen et Whitney Houston.

Jeunesse

Clive Davis est né dans une famille juive dans le quartier Brooklyn de New York. Il étudia au lycée « Erasmus Hall High School » et fut admis au sein de la « Arista honor society », le « club des meilleurs élèves » du secondaire. Une bourse d’étude lui fut octroyée et il intègra l’université de New York. Durant sa seconde année d’études supérieures, sa mère mourut à l’âge de 47 ans, suivie par son père un an plus tard. Clive Davis s’installa alors chez sa sœur aînée, Seena, qui résidait dans l’arrondissement du Queens. En 1956, il sortit à 24 ans diplômé magna cum laude (avec grande louange) de la faculté de droit de Harvard. La même année, il épousa Helen Cohen et fut engagé par un cabinet d’avocats new-yorkais. En 1958 il fut recruté par le cabinet Rosenman Colin, qui comptait parmi ses clients le label discographique CBS Records.

Carrière dans l’industrie du disque

Clive Davis estime qu’il doit sa carrière dans le monde de la musique à un coup du sort. En 1960, Harvey Schein, directeur juridique de Columbia Records, filiale de CBS, est à la recherche d’un assistant. Davis saisit l’opportunité de rejoindre le label en tant qu’avocat conseil, il a alors 28 ans et va connaître une ascension rapide. Nommé vice-président administratif en 1965 par Goddard Lieberson, il lui succède au poste de président Columbia Records l’année suivante.

Davis fait entrer Columbia Records dans l’histoire de la musique rock en engageant des artistes comme Janis Joplin, Laura Nyro, Santana, Bruce Springsteen, Billy Joel, Blood Sweat & Tears et plein d’autres, faisant augmenter les profit de la maison de disques de 600 % alors que le cours de l’action CBS double entre 1967 et 1973.

Des artistes tels Pink Floyd, Aerosmith, et Earth, Wind and Fire rejoignent le label et la part de marché de Columbia atteint les 25 %, ce qui correspond à la part combinée de ses deux principaux concurrents. Davis reçoit des offres de Elektra et Warner mais reste chez Columbia après avoir bénéficié d’une augmentation de salaire.

Renvoyé par Columbia Records lorsqu’il fut découvert qu’il avait utilisé des fonds de la maison pour financer la bar mitzvah (communion) de son fils, Clive Davis rebondit aussitôt en fondant « Arista Records » qui porte le nom du club des anciens meilleurs élèves du secondaire [lycées de New York] dont il fait partie. A partir de là, il connut un succès fulgurant qui n’a été égalé par aucun autre producteur, notamment grâce à Whitney Houston et ses 170 millions de disques vendus. Clive Davis est considéré comme une légende vivante de l’industrie du disque.

Homosexualité

Dans son autobiographie intitulée « The Soundtrack of My Life » parue en 2013, il déclare être bisexuel. Il est actuellement en couple avec un autre homme qui ne fait pas partie de l’industrie du spectacle. Malgré son homosexualité, Clive Davis reste proche de sa famille, notamment ses trois fils, sa fille et ses six petits-enfants.

Le producteur, qui a été marié à deux femmes par le passé, dit que sa famille a toujours été au courant de sa bisexualité. Pendant des années des rumeurs ont couru dans la profession selon lesquelles il avait des relations sexuelles avec des hommes, ce que confirme ce livre autobiographique.

« Après l’échec de mon 2nd mariage en 1985, j’ai rencontré un homme comme moi ancré dans la musique. Je n’avais alors eu que des relations amoureuses et intimes avec des femmes, mais je me suis imaginé pouvoir faire de même avec un homme, et je l’ai fait, mais je n’ai jamais cessé d’être attiré par les femmes. La bisexualité est mal comprise; selon l’adage, vous êtes ou bien hétéro ou bien gay, sinon vous mentez, mais ce n’est pas mon expérience à moi. Me décrire comme étant autre chose que bisexuel serait inexact. »

Parmi les révélations très crues qu’on peut lire dans son livre, il admet avoir vécu les 25 dernières années avec deux partenaires de sexe masculin : un médecin pendant treize ans et un autre homme qu’il ne nomme pas sur les douze dernières années.

wikipedia + Gay Influence – compilé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, Musique royale, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Joyeux… Clive Davis

  1. Mél@nie dit :

    ami gay et vraiment joyeux, super cultivé, smart, etc, a tenu à me préciser que la bisexualité n’existe pas: on est hétéro ou homosexuel, en rajoutant que tous ses amis gays étaient sur la même longueur d’ondes et la même fréquence que lui… 🙂 je ne l’ai pas contredit, c’est grave Dr Juju?!… 😉 😀

    • roijoyeux dit :

      😀 les humains sont plus complexes que cela moi j’ai été amoureux de filles mais à 15 ans j’ai … basculé 🙂

      • Mél@nie dit :

        oui, complexes et parfois incompréhensibles… 🙂 ah, je crois à ce qu’on appelle « amitiés amoureuses » qui sont plutôt amitiés affectueuses.
        * * *
        au fait, ya une énorme différence entre tomber(être) amoureux/amoureuse et passer à l’acte!!! 😉

        • roijoyeux dit :

          c’est sûr … 🙂 selon moi il y a un curseur : certains hommes sont « straight as an arrow » 100% hétéro, juste l’idée de coucher avec un autre homme les dégoûte, d’autres 0 % hétéro (aucune attirance pour les femmes) et entre ces deux extrêmes le curseur peut varier sur n’importe quelle valeur selon les individus…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s