Joyeux… Gavin Lambert

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Gavin Lambert (1924 – 2005), talentueux écrivain spécialiste du monde du cinéma américain et scénariste nommé deux fois aux Oscars.

Gavin Lambert, romancier et scénariste de cinéma acclamé … gay

Gavin Lambert, écrivain spécialiste d’Hollywood, est décédé

– New York Times – 19 juillet 2005

– Par Sharon Waxman –

Gavin Lambert, fin observateur de la vie hollywoodienne à travers ses scénarios, ses romans, ses biographies de célébrités et chroniques sur le cinéma est mort dimanche (17 juillet 2005) dans un hôpital de Los Angeles à l’âge de 80 ans des suites d’une fibrose pulmonaire, selon Mart Crowley, son exécuteur testamentaire.

Les oeuvres fictionnelles et non fictionnelles de M. Lambert parlent avec un intelligence mordante des réalités du vedettariat hollywoodien et des effets potentiellement destructeurs de l’exigeante industrie du cinéma sur la santé des stars et la qualité artistique. Sa connaissance aigüe et souvent drôle du milieu du cinéma est particulièrement évidente dans son recueil de nouvelles sur Hollywood « The Slide Area : Scenes of Hollywood Life » paru pour la première fois en 1959; dans son roman « Inside Daisy Clover » (1963) qui fut adapté au cinéma en un long métrage dont il écrivit le scénario avec son amie Natalie Wood dans le rôle-titre; et dans la biographie « Natalie Wood : une vie » paru en 2004.

M. Lambert faisait partie d’un cercle d’amis très soudés composé de stars hollywoodiennes et célébrités du monde littéraire et artistique. En plus de Natalie Wood, il avait pour amis le cinéaste George Cukor, l’actrice Leslie Caron, Tennessee Williams et le peintre David Hockney. L’écrivain et compositeur Paul Bowles devint un de ses amis à Tanger (Maroc) où Gavin Lambert passa la moitié de l’année de 1973 à 1990.

Jeunesse

Né le 23 juillet 1924 dans le comté du Sussex (Angleterre), Gavin Lambert fut élève à l’école « St. George’s School » avant d’étudier la littérature anglaise à l’Université d’Oxford. Mais il quitta Oxford après un an lorsqu’il apprit qu’il fallait étudier l’anglais médiéval pour obtenir son diplôme.

Le premier emploi de M. Lambert fut d’écrire les scénarios de films publicitaires projetés dans les cinémas britanniques; en début de carrière, il écrivait aussi des critiques de films et des nouvelles. En 1948, il collabora avec le [futur réalisateur de cinéma] Lindsay Anderson, un de ses amis d’université, à la création d’un journal cinéma influent, « Sequence ». Ceci entraîna une offre du prestigieux magazine cinéma « Sight and Sound » auquel il collabora de 1950 à 1956.

Hollywood

Gavin Lambert s’installa à Hollywood en 1957 comme scénariste et assistant personnel du grand cinéaste Nicholas Ray. Il signa le scénario de « Amère victoire » (1957) réalisé par Ray et travailla aussi, sans être crédité, aux scénarios de « Jesse James le brigand bien aimé » (1957) et « Derrière le miroir » (1957) également réalisés par Nicholas Ray. M. Lambert devint citoyen américain en 1964.

L’adaptation par M. Lambert (avec T.E.B. Clarke) du roman de D.H. Lawrence « Sons and Lovers » (1960) fut nommé pour un Oscar. L’année suivante, Tennessee Williams lui demanda d’adapter au cinéma sa nouvelle « The Roman Spring of Mrs Stone » (« Le visage du plaisir »), la relation entre une actrice américaine vieillissante (Vivien Leigh) et un jeune gigolo italien (Warren Beatty); le film traitait aussi, de manière presque imperceptible, de prostitution masculine homosexuelle.

En 1965, Lambert adapta son propre roman « Inside Daisy Clover » révélant ainsi sur grand écran sa connaissance intime de l’industrie du cinéma : le film a pour vedettes Natalie Wood et Robert Redford et raconte le récit édifiant d’une star de cinéma adolescente embringuée dans le système des studios hollywoodiens des années 1930 et son mariage malheureux avec une vedette masculine secrètement gay; cependant dans la version cinéma, les spectateurs ne peuvent pas saisir clairement que le mari est gay, car à la demande de Redford, son personnage fut modifié pour paraître bisexuel et non homosexuel…

C’est à l’occasion du tournage de « Daisy Clover » que Natalie Wood et Gavin Lambert devinrent amis de toute une vie.

Son adaptation avec Lewis John Carlino, du roman de Joanne Greenberg « I never promised you a rose garden » (1977) qui décrit sobrement la bataille d’une adolescente contre la schizophrénie, fut aussi nommée aux Oscars.

Parmi ses autres scénarios, il y a « Second Serve » (1986) téléfilm sur la joueuse de tennis transsexuelle Renée Richards et « Liberace: Behind the Music » (1988) téléfilm sur le musicien gay Liberace.

En 1990, M. Lambert revint de Tanger à Los Angeles pour y vivre à plein temps et se tourna vers l’écriture de biographies d’artistes du monde du cinéma et du théâtre (…)

Homosexualité

M. Lambert était ouvertement gay et épanoui et connut toute une série de liaisons homosexuelles heureuses mais il était « non militant » comme il le disait lui-même. Il a écrit sans détour sur son homosexualité dans son livre « Mainly about Lindsay Anderson » (2000) une biographie du réalisateur de cinéma et metteur en scène de théâtre britannique avec qui il était ami depuis l’université.

Dans ce livre on apprend notamment que, contrairement à Gavin Lambert, Lindsay Anderson fut toute sa vie tourmenté par son homosexualité (il tombait toujours amoureux de jeunes hommes hétérosexuels heureux en ménage).

Gavin Lambert et Lindsay Anderson partageaient la même chambre à l’université mais ne furent pas amants. Par contre Gavin Lambert fut l’amant de Nicholas Ray alors qu’il travaillait comme scénariste pour le cinéaste dans les années 1950.

En tant que biographe, Gavin Lambert a consacré beaucoup de temps à écrire sur les vies de grands noms gay ou lesbiens d’Hollywood, notamment la vedette du cinéma muet Alla Nazimova et le réalisateur George Cukor.

Dans sa biographie de Natalie Wood, il écrit, ce qui provoqua des controverses, que l’actrice aimait sortir avec des hommes gay ou bisexuels, notamment le réalisateur Nicholas Ray, qui lui fit perdre sa virginité, et les acteurs James Dean, Nick Adams, Raymond Burr, Tab Hunter, and Scott Marlowe, et qu’elle a supporté le dramaturge homosexuel Mart Crowley (un des amants de longue durée de Gavin Lambert) de sorte qu’il lui fut possible d’écrire sa pièce de théâtre « The Boys in the Band » (1968).

Les détracteurs de Gavin Lambert épelaient son prénom « Gayvin ».

New York Times – 19 juillet 2005 + wikipedia – traduit de l’anglais et complété par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Joyeux… Gavin Lambert

  1. Je ne le connaissais pas 😇 on en apprend tous les jours

  2. Carole dit :

    Je découvre, merci !
    Bises.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s