Joyeux… Marcel Proust

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Marcel Proust, un des monuments de la littérature française.

Marcel Proust, mythe littéraire … gay

Marcel Proust, né à Paris le 10 juillet 1871 et mort à Paris le 18 novembre 1922, est un écrivain français, dont l’œuvre principale est une suite romanesque intitulée « À la recherche du temps perdu », publiée de 1913 à 1927.

Issu d’une famille aisée et cultivée (son père est professeur de médecine à Paris), Marcel Proust est un enfant de santé fragile et toute sa vie il a des difficultés respiratoires graves causées par l’asthme. Très jeune, il fréquente des salons aristocratiques où il rencontre artistes et écrivains, ce qui lui vaut une réputation de dilettante mondain.

Profitant de sa fortune, il n’a pas d’emploi et il entreprend en 1895 un roman qui restera à l’état de fragments (publiés en 1952, à titre posthume, sous le titre « Jean Santeuil »). En 1900, il abandonne ce projet et voyage à Venise et à Padoue pour découvrir les œuvres d’art (…)

C’est en 1907 que Marcel Proust commence l’écriture de son grand œuvre « À la recherche du temps perdu » énorme roman dont les sept tomes sont publiés entre 1913 (« Du côté de chez Swann ») et 1927, c’est-à-dire en partie après sa mort ; le deuxième volume, « À l’ombre des jeunes filles en fleurs », obtient le prix Goncourt en 1919.

Marcel Proust meurt épuisé, le 18 novembre 1922, d’une bronchite mal soignée : il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, accompagné par une assistance nombreuse qui salue un écrivain d’importance que les générations suivantes placeront au plus haut en faisant de lui un véritable mythe littéraire.

Homosexualité

A la lecture de la bibliographie qui lui est consacrée, Proust a probablement été le romancier qui a fait couler le plus d’encre depuis sa disparition. Son œuvre a été décortiquée par plusieurs générations d’intellectuels et si son nom est lié immanquablement à une des plus grandes figures homosexuelles du début du 20ème siècle, son orientation sexuelle n’a pas été sans lui poser des problèmes.

Tourmenté par son homosexualité, très mal acceptée par le milieu aristocratique dont il est issu, sa hantise a toujours été que sa mère découvre ses penchants. Ce n’est qu’après la mort de ses parents que Marcel Proust s’affichera plus ouvertement avec ses amants.


Reynaldo Hahn, amant de Marcel Proust

Dans son œuvre, l’homosexualité est omniprésente, mais jamais évoquée à la première personne du singulier. Proust se nourrira de ses rencontres pour construire ses personnages. Robert de Montesquiou, plus âgé, partagera avec Proust son savoir et sa culture et l’inspirera pour son personnage du Baron de Charlus, inverti.

Pour Proust, le mot inverti est d’ailleurs plus adapté que le mot homosexuel, car il considère, comme beaucoup de ses contemporains, qu’un homme n’est attiré par d’autres hommes que s’il est en fait « une femme ».

(…) En tout cas, l’œuvre de Proust va servir de base de travail pour de nombreuses recherches sur la sexualité à travers le monde, des universités américaines à l’agrégation en France. La vie sexuelle de Proust sera pourtant plutôt pauvre et perturbée, à l’inverse de ses passions sentimentales qui seront très intenses et empreintes de jalousie (…)
Souvent attiré par des hétérosexuels ou des bisexuels, il aura néanmoins quelques histoires amoureuses durables, notamment avec Reynaldo Hahn, jeune compositeur, qui sera longtemps son amant et restera son ami après leur rupture.

Sa relation avec le fils d’Alphonse Daudet, Lucien Daudet, sera plus brève et celle avec Bertrand de Fénélon se terminera par la mort de ce dernier au front en 1914. Durant la dernière décennie de sa vie, Marcel Proust, très attiré par la beauté masculine, fréquentera, parfois de manière platonique, des jeunes gens simples en dehors de son milieu : chauffeurs, secrétaires, serveurs, valets de chambre, sans que cela ne simplifie les relations qui seront aussi intenses et conflictuelles à cause de la jalousie de Proust.


Lucien Daudet

Quoi qu’il en soit, Marcel Proust restera un monument de la littérature française.

articles entiers à lire sur Hexagone Gay et wikipedia

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Joyeux… Marcel Proust

  1. La encore je ne le savais pas ^^

  2. Isa Poitou dit :

    Son oeuvre est très dure à lire mais un auteur important c’est sûr :).

  3. Tu sais pas mais j’habite à 10 km de la maison de tante Léonie, maison où le petit Marcel dégustait ses madeleines.

Répondre à roijoyeux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s