Joyeux… Brad Davis

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur l’acteur américain Brad Davis, qui restera dans l’histoire du cinéma pour avoir été le héros de « Midnight Express » d’Alan Parker (1978) et « Querelle » de Rainer Werner Fassbinder (1982).

Brad Davis, talenteux acteur… bisexuel

Robert Creel Davis (6 novembre 1949 – 8 septembre 1991), connu sous le nom professionnel de Brad Davis, était un acteur américain.

Jeunesse

Né à Tallahassee (Floride) d’un père dentiste alcoolique et d’une mère dépressive, le jeune garçon connait une enfance difficile, ponctuée de violence de la part de ses deux parents, allant jusqu’aux abus sexuels. Il s’intéresse très tôt au théâtre, à la danse et au chant. A 16 ans, il gagne un concours de talents musicaux et rejoint l’équipe du « Theatre Atlanta » en Georgie. Il déménage ensuite à New York et où il peaufine son talent d’acteur en étudiant la comédie à l’American Academy of Dramatic Arts et à l’American Place Theater tout en jouant dans des pièces de théâtre off Broadway, qui vont entrainer dès 1970 des offres de rôles à la télévision puis au cinéma.

Carrière

Malgré une brève carrière interrompue par son décès prématuré en 1991 à l’âge de 41 ans, Brad Davis jouera dans près d’une quarantaine de films, téléfilms et séries TV diverses ainsi que des pièces de théâtre.

Après des rôles dans les soap operas « The Young Rebels » (1970) et « How to Survive a Marriage » (1974), il continue à jouer dans des pièces Off-Broadway.

En 1976, il obtient un rôle dans la série TV « Racines » et un autre dans le téléfilm « Sybil » au côté de Sally Field. En 1981, il joue le sprinter champion olympique Jackson Scholz dans « Les chariots de feu » qui remportera l’Oscar du Meilleur Film.

Son rôle le plus mémorable est celui de Billy Hayes, le héros de « Midnight Express » (1978) pour lequel il remporte en 1979 les Golden Globes de la « Nouvelle Star de l’année » et celui de la « Meilleur première prestation cinéma », ainsi qu’une nomination pour le British Academy Award du Meilleur Acteur.

On retiendra aussi le film « Querelle » du génial cinéaste allemand R.W. Fassbinder (1982) adaptation d’un roman de Jean Genet, où Brad Davis joue un marin gay qui se fait sodomiser dans les bars fassbinderiens.

En 1985, il incarne Robert Kennedy dans la série TV « Robert Kennedy and His Times » et il tient le rôle principal dans la pièce de théâtre de Larry Kramer sur l’arrivée du sida dans la communauté homosexuelle, « The Normal Heart ».

Décès

Diagnostiqué séropositif en 1985, Brad Davis, afin de pouvoir continuer sa carrière et nourrir sa famille, garda le secret sur son état de santé jusqu’à peu avant sa mort à l’âge de 41 ans le 8 septembre 1991 à Los Angeles. Il est enterré au
« Forest Lawn Memorial Park » (Hollywood Hills)

Homosexualité

A sa mort, Brad Davis fut décrit à tort par certains journaux américains comme le « premier acteur hétérosexuel à mourir du sida » ; en fait il était bisexuel, comme le sous-entend son épouse dans son livre  » After Midnight: The Life and Death of Brad Davis » (« Après minuit : la vie et la mort de Brad Davis »). Lorsqu’on lui demandait s’il se considérait bisexuel, il répondait : « Quelqu’un n’a-t-il pas dit que nous sommes tous bisexuels au fond ? »

Brad Davis était marié depuis 1976 avec Susan Bluestein, directrice de casting. De leur union est née, en 1984, une fille dénommée Alexandra, transsexuel devenu aujourd’hui Alex Davis, musicien et chanteur…

Selon d’autres sources, Brad Davis était gay (et non bisexuel)… Il figure dans le livre « Les Gays d’Hollywood », une collection d’interviews de célébrités gays menées par Boze Hadleigh, écrivain et journaliste spécialiste du cinéma classique.

Dans les pages de ce livre, on en apprend davantage sur l’homosexualité de l’acteur, comme l’explique le journaliste américain Drew Rowsome :

Dans le métier, tout le monde avait compris que Brad Davis était gay, mais il était marié et sa femme écrivit même un livre sur la vie de son mari assurant qu’il était devenu séropositif car il se droguait avec des seringues.

Davis vécut ses dernières années dans un double placard (cachant sa sexualité et son état médical) et il est bouleversant que son homosexualité qu’il assuma en l’exposant au cinéma et au théâtre ait été aseptisée, carrément transformée en « hétérosexualité » dans la vie réelle.

Quand on lit l’interview de Brad Davis par le journaliste Boze Hadleigh, on sent que l’acteur essaie subtilement de le séduire et cela devient flagrant en fin d’interview : ainsi, Brad Davis est très bien informé des enjeux homosexuels et il défend leurs droits avec une vigueur étonnante pour l’époque, mais il s’empresse de nier être gay lui-même, tout en essayant d’entraîner Boze Hadleigh dans les toilettes car il a envie de se le faire vite fait. La lecture de l’interview peut ainsi s’avérer énervante, comme lorsque Brad Davis déclare :

« Cela me met mal à l’aise lorsque dans les actualités, il parlent de « style de vie gay » ou disent que les gays veulent que leur « style de vie » soit mieux accepté… Mais ce n’est pas un choix. Ils ne parlent jamais du style de vie hétéro, qui est mon style de vie à moi. »

Dans l’interview Brad Davis apparait malheureusement quelquefois lourd, obsédé par le cinéaste R.W. Fassbinder, sur lequel il fait des insinuations vulgaires (…) bien qu’il ait auparavant déclaré très justement, au sujet de son rôle dans « Querelle » :

« [J’ai accepté ce rôle car] j’ai réalisé que si je laissais la peur d’être persécuté par l’industrie me stopper de faire quelque chose que j’estime bien, alors ma vie entière serait un mensonge. »

Tragiquement, sa vie entière fut un mensonge : ironiquement, même la bisexualité (mais pas l’homo érotisme) de son personnage dans « Midnight Express » fut effacée par les producteurs du film aussi soigneusement que ce que Brad Davis essaya de faire pour lui-même dans la vraie vie… Malgré cela, il fut un brillant acteur livrant des prestations merveilleuses – je défie quiconque de ne pas tomber amoureux de son personnage dans « Sybil » ou de ne pas désirer le marin de « Querelle » – et sa beauté physique saute aux yeux et elle est irrésistible.

wikipedia + Drew Rowsome – traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s