Joyeux… R.W. Fassbinder

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le génial metteur en scène et enfant terrible du cinéma allemand, Rainer Werner Fassbinder.

R.W. Fassbinder, génie du cinéma … bisexuel

Rainer Werner Fassbinder est un réalisateur allemand, né le 31 mai 1945 à Bad Wörishofen (Bavière) et mort le 10 juin 1982 à Munich d’une overdose de cocaïne (à 37 ans). Il est l’un des représentants du nouveau cinéma allemand des années 1970-1980. Il a été également acteur, auteur et metteur en scène de théâtre.

Avant tout, Rainer Werner Fassbinder fut un rebelle dont la vie et l’art fut marqué par d’énormes contradictions. Ouvertement homosexuel, il se maria par deux fois; une de ses femmes joua dans ses films et l’autre lui servit de monteuse. Accusé par ses détracteurs d’être anti-communiste, misogyne, et même anti-sémite et anti- homosexuel, il réalisa 44 films en l’espace d’à peine 16 ans (1966 – 1982), dont la plupart peuvent être décrits comme des mélodrames sociaux hautement intelligents et à forte charge émotionnelle. Sa prodigieuse puissance de travail allait de pair avec un libertinage extrême et auto-destructeur qui lui valut la réputation d’enfant terrible du Nouveau Cinéma Allemand.

Connu pour sa sempiternelle veste de cuir et son apparence négligée, Fassbinder draguait dans les bars gays la nuit, à la recherche de sexe et de drogue, mais le jour son éthique de travail était irréprochable. Certaines comédiennes et comédiens qu’il a dirigés ont reporté des anecdotes dérangeantes sur sa brutalité envers eux, pourtant ses films montrent sa profonde affection pour les mésadaptés sociaux et son dégoût de la violence institutionnalisée.

Certains critiques trouvent son cinéma inutilement provocateur et avant-garde, d’autres l’accusent d’avoir cédé à la manière de faire d’Hollywood. Le moins que l’on puisse dire est qu’il généra des réactions émotionnelles très fortes de la part de tous ceux qu’il rencontra, à la fois dans ses vies professionnelle et privée, et cette nature provocatrice peut être explorée à posteriori en parcourant l’oeuvre artistique qu’il a laissée.

Jeunesse

Fassbinder naquit dans une riche famille bavaroise en 1946. Son père était médecin et sa mère traductrice travaillait à la maison. Pour être tranquille dans ses travaux, elle envoyait souvent son fils au cinéma, une habitude qui donna naissance à sa passion pour le 7ème art. Plus tard, il a raconté qu’il voyait un film presque tous les jours et parfois jusqu’à trois ou quatre dans la même journée.

A l’âge de 15 ans, Fassbinder avoua avec insolence son homosexualité, peu après quoi il quitta le lycée pour travailler. Il étudia le théâtre dans le milieu des années 60 au « Fridl-Leonhard Studio » de Munich puis rejoignit le « Action Theater » en 1967. Contrairement aux autres grands cinéastes du Nouveau Cinéma Allemand (Schlöndorff, Herzog and Wenders) qui débutèrent directement en réalisant des films, Fassbinder acquit auparavant un important bagage théâtral très évident dans son oeuvre cinématographique.

De plus, il apprit grâce au théâtre à gérer toutes les phases de production, de l’écriture au jeu d’acteur jusqu’à la mise en scène et la gestion du théâtre. Cette polyvalence lui servit plus tard dans ses films où, en plus des responsabilités mentionnées ci-dessus, Fassbinder servit de compositeur musical, concepteur de décors, directeur de la photo, producteur et monteur. [Son énergie était si considérable qu’il apparut en tant qu’acteur dans 30 projets dirigés par d’autres réalisateurs].

Dans ses années théâtre, il fonda de plus une compagnie dont faisait partie ses deux femmes, divers amants et maîtresses, ansi que sa mère. Sa capacité à faire presque n’importe quel métier lui permit de produire ses premiers films rapidement et sur des budgets très bas.

Fassbinder réalisateur de cinéma

Malgré sa versatilité et son talent, le succès cinématographique ne vint pas immédiatement à Fassbinder. Son premier long-métrage, film de gangsters qu’il réalisa à 23 ans, intitulé « L’amour est plus froid que la mort » (1969) fut sifflé au Festival de Berlin. Son film suivant, « Le bouc » (1969 également) fut un succès critique mineur; il a pour héros Jorgos, un migrant grec, qui doit affronter une voisinage violemment xénophobe lorsqu’il s’installe dans un quartier habité uniquement par des allemands. Ce genre de satire sociale, avec des personnages exclus incapables d’échapper aux forces de l’oppression est une constante dans la riche oeuvre de Fassbinder (…)

Il obtient son premier succès en Allemagne avec « Le marchand des quatre saisons » (1972). Ce portrait émouvant d’un vendeur de rue brisé par une trahison et sa propre futilité fut sélectionné à la Mostra de Venise 1972 et est considéré comme un chef d’oeuvre, comme l’est « Tous les autres s’appellent Ali » (1973) (« Fear Eats the Soul »), son premier succès international, inspiré par « Tout ce que le ciel permet » flamboyant mélodrame du cinéaste Douglas Sirk, qui était l’idole de Fassbinder.

À partir de 1972, ses films évoluent : ils deviennent plus professionnels, personnels et étoffés. Il est désormais acclamé par la critique à chaque festival de Berlin, mais reste ignoré par les jurys successifs jusqu’à son avant-dernier film, « Le Secret de Veronika Voss », qui reçoit l’Ours d’or en 1982.

Dans les années 1970, il crée des personnages féminins mythiques qui comptent parmi les plus fascinants du cinéma d’après-guerre et dont les films éponymes sont passés à la postérité : Maria Braun, Effi Briest et Lale Andersen, toutes trois incarnées par Hanna Schygulla, mais aussi Lola, jouée par Barbara Sukowa, ou encore Petra von Kant, incarnée par Margit Carstensen.

À travers ces portraits de femmes, Fassbinder brosse un tableau vaste et sans concession de la société allemande, des heures sombres du nazisme au « miracle économique ». Il évoque en effet l’intolérance, le racisme affiché ou refoulé, les illusions perdues, les bassesses, la vilenie et les compromissions d’un pays pressé d’enterrer un passé tragique pour s’adonner aux joies du libéralisme économique.

A cause du public désormais de plus en plus nombreux allant voir ses films, certains critiques affirment que Fassbinder est tombé dans le cinéma commercial avec ses films à gros budget comme « Despair » (1978), « Lili Marleen » (1981) and « Lola, une femme allemande » (1981) (…)

Son plus grand succès est « Le mariage de Maria Braun » (1978) (« The Marriage of Maria Braun »), racontant l’ascension et la chute d’une jeune allemande dans les années d’après la 2nde Guerre Mondiale. Parmi ses autres films notables, il y a « Les larmes amères de Petra von Kant » (1972), « Le droit du plus fort » (1975), « Le rôti de Satan » (1976) et « Querelle » (1982) qui ont tous des sujets homosexuels et souvent à limite de la pornographie.

Décès

Sa mort illustre parfaitement l’homme et sa légende, travailleur sans relâche à un rythme effréné. Il meurt à Munich le 10 juin 1982 d’une rupture d’anévrisme (consécutive à une overdose de cocaïne et de somnifères) à seulement trente-sept ans, alors qu’il travaille au montage de son dernier film, « Querelle », adapté d’un roman de Jean Genet, et qu’il prépare un film sur Rosa Luxemburg, finalement réalisé en 1987 par Margarethe von Trotta.

wikipedia + IMDb – traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s