Joyeux… Henry James

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le grand écrivain américain Henry James.

Henry James, géant de la littérature américaine

Henry James, né le 15 avril 1843 à New York et mort le 28 février 1916 à Londres, est un écrivain américain, considéré comme l’un des plus grands romanciers de langue anglaise.

Figure majeure du réalisme littéraire du XIXe siècle, Henry James est considéré comme un maître de la nouvelle et du roman pour le grand raffinement de son écriture. On le connaît surtout pour une série de romans importants dans lesquels il décrit la rencontre de l’Amérique avec l’Europe, notamment « Les Ambassadeurs, » « Les Ailes de la colombe » ou « Portrait de femme. »

Ses intrigues traitent de relations personnelles et de l’exercice du pouvoir qu’elles impliquent, ainsi que d’autres questions morales. En adoptant le point de vue d’un personnage central de l’histoire, il explore les phénomènes de conscience et de perception. Le style de ses œuvres tardives l’ont fait comparer à un peintre impressionniste.

Henry James voulait convaincre les écrivains britanniques et américains de présenter leur vision du monde avec la même liberté que les auteurs français. Son usage imaginatif du point de vue narratif, du monologue intérieur et du narrateur mensonger dans ses propres nouvelles et romans apporta une nouvelle profondeur et un regain d’intérêt à la fiction réaliste, et préfigure les œuvres modernes du XXe siècle.

Outre son imposante œuvre de fiction, cet auteur prolifique produisit également de nombreux articles, des livres de biographie, d’autobiographie et de critique littéraire, mais aussi des pièces de théâtre et des carnets de voyage.

Homosexualité

Henry James ne s’est jamais marié. Il se présentait comme un célibataire endurci et rejetait régulièrement toute suggestion de mariage. Après sa mort, des critiques s’interrogèrent sur les raisons de son célibat. Dans ses écrits sur la famille James, le fameux critique littéraire F. W. Dupee émit l’hypothèse qu’il était amoureux de sa cousine Mary (« Minnie ») Temple, mais qu’une peur névrotique de la sexualité l’aurait empêché d’admettre ses sentiments : « Les problèmes de santé d’Henry James […] étaient les symptômes de la peur ou du dégoût que lui inspirait l’acte sexuel. »

(…) Au fur et à mesure de la mise au jour des archives, dont les journaux intimes de contemporains et des centaines de lettres sentimentales et, parfois, érotiques, écrites par Henry James à des hommes plus jeunes que lui, la figure du célibataire névrosé laisse la place à celle de l’homosexuel honteux.

Les lettres de Henry James au sculpteur expatrié Hendrik Christian Andersen ont fait l’objet d’une attention particulière. James rencontre le jeune artiste de 27 ans à Rome en 1899, alors que lui-même a 56 ans, et il lui écrit des lettres particulièrement enflammées :

Je te tiens, très cher garçon, dans mon amour le plus profond et en espère autant pour moi ; dans chaque battement de ton âme. »

Les lettres à Andersen sont parfois quasi érotiques : Laisse-moi placer, mon cher garçon, mon bras autour de toi, que tu ressentes la pulsation de notre brillant avenir et de ton admirable don. »

James écrit à son ami homosexuel Howard Sturgis [romancier spécialisé dans les histoires d’amour entre hommes] : « Je répète, sans secret, que j’aurais pu vivre avec toi. Au lieu de quoi je ne peux qu’essayer de vivre sans toi », et dans ses nombreuses lettres à d’autres jeunes hommes gay de ses amis, Henry James se déclare leur « amant ».

Beaucoup de ses amis proches sont homosexuels ou bisexuels. Après une longue visite à Howard Sturgis, il évoque leur « joyeux petit congrès à deux ». Dans sa correspondance avec [le romancier anglais] Hugh Walpole, il joue sur les mots à propos de leur relation, se voyant lui-même comme un « éléphant » qui « te tripote, de tellement bonne grâce » et enchaîne à propos de sa « vieille trompe qui te veut du bien » (…) Ses lettres, discrètement reproduites, à l’avocat Walter Berry ont longtemps été appréciées pour leur érotisme légèrement voilé.

Cependant la reproduction de lettres ne prouve et ne modifie en rien la personnalité de l’auteur en quête de sentiments élevés et de justice ayant tout le long de ses romans un véritable sens de l’éthique ; on lui pardonnera ainsi la poésie voluptueuse de sa correspondance à ses amis de toutes origines (…)

Postérité

Les formidables oeuvres d’Henry James resteront dans l’histoire pour elles-mêmes, et grâce à leurs adaptations au cinéma, dont voici les plus connues :

  • 1947 : « Moments perdus » (« The Lost Moment »), film américain réalisé par Martin Gabel, adaptation de la nouvelle « Les Papiers d’Aspern », avec Susan Hayward et Robert Cummings.
  • 1949 : « L’Héritière » (« The Heiress »), film américain réalisé par William Wyler, adaptation du roman « Washington Square ». Le film remporte quatre Oscars, dont celui de la meilleure actrice pour Olivia de Havilland dans le rôle de Catherine Sloper.

  • 1961 : « Les Innocents » (« The Innocents »), film britannique réalisé par Jack Clayton, adaptation de la nouvelle fantastique « Le Tour d’écrou » (sur un scénario de Truman Capote)
  • 1971 : « Le Corrupteur » (« The Nightcomers »), film britannique réalisé par Michael Winner, adaptation de la nouvelle « Le Tour d’écrou », avec Marlon Brando
  • 1974 : « Daisy Miller », film américain réalisé par Peter Bogdanovich, adaptation de la nouvelle éponyme, avec Cybill Shepherd
  • 1978 : « La Chambre verte », film français réalisé par François Truffaut, scénario écrit d’après les nouvelles « L’Autel des morts », « La Bête dans la jungle » et « Les Amis des amis »
  • 1981 : « Les Ailes de la colombe », film français réalisé par Benoît Jacquot, adaptation du roman éponyme, avec Isabelle Huppert, Dominique Sanda et Michele Placido
  • 1996 : « Portrait de femme » (« The Portrait of a Lady »), film américano-britannique réalisé par Jane Campion, adaptation du roman éponyme, avec Nicole Kidman dans le rôle-titre

  • 1997 : « Washington Square », film américain réalisé par Agnieszka Holland, nouvelle adaptation du roman « Washington Square », avec Jennifer Jason Leigh
  • 1997 : « Les Ailes de la colombe » (« The Wings of the Dove »), film américano-britannique réalisé par Iain Softley, adaptation du roman éponyme, avec Helena Bonham Carter, nommée à l’Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Kate Croy
  • 2012 : « What Maisie Knew » film américain réalisé par Scott McGehee et David Siegel, adaptation du roman éponyme, avec Alexander Skarsgård, Julianne Moore et Steve Coogan

Trois des romans de Henry James ont été adaptés par la compagnie Merchant-Ivory Productions de Ismail Merchant et James Ivory :

  • « Les Européens » (« The Europeans ») réalisé par James Ivory, adaptation du roman éponyme, avec Lee Remick, Robin Ellis et Wesley Addy
  • 1984 : « Les Bostoniennes » (« The Bostonians »), réalisé par James Ivory, adaptation du roman éponyme, avec Madeleine Potter, Vanessa Redgrave et Christopher Reeves
  • 2000 : « La Coupe d’or » (« The Golden Bowl »), réalisé par James Ivory, adaptation du roman éponyme, avec Uma Thurman, Jeremy Northam et Kate Beckinsale

wikipedia

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Joyeux… Henry James

  1. Solène Vosse dit :

    J’aime beaucoup Henry James. Un géant de la littérature anglo-saxonne Alors merci, un grand merci pour ton article. Bien fait et complet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s