Joyeux… Jules César

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur Jules César, le plus mythique général et homme politique romain…

Jules César, le premier grand homme, était … bisexuel

Biographie sommaire

Jules César (latin : Caius Iulius Caesar IV à sa naissance, Imperator Iulius Caesar Divus après sa mort) est un général, homme politique et écrivain romain, né à Rome le 12 ou le 13 juillet 100 av. J.-C. et mort le 15 mars 44 av. J.-C. dans la même ville.

Son destin exceptionnel marqua le monde romain et l’histoire universelle : ambitieux et brillant, il s’appuya sur le courant réformateur et démagogue pour son ascension politique ; stratège et tacticien habile, il repoussa les frontières romaines jusqu’au Rhin et à l’océan Atlantique en conquérant la Gaule, puis utilisa ses légions pour s’emparer du pouvoir.

Il se fit nommer dictateur à vie, et fut assassiné peu après par une conspiration de sénateurs. Il fut divinisé et son fils adoptif Octave, vainqueur de Marc Antoine, acheva la réforme de la République romaine, qui laissa place au principat et à l’Empire romain.

Homosexualité et réputation amoureuse

Suétone, biographe de César, rapporte que le grand homme aurait eu dans sa jeunesse des relations sexuelles passives avec le roi de Bithynie, Nicomède IV.

Cette histoire suivit César sa vie durant. Reprise par Cicéron, Caius Memmius et d’autres de ses adversaires politiques, elle lui valut les surnoms de « reine de Bithynie », « planche intérieure de la litière royale » ou encore « étable de Nicomède ». Lors de son triomphe à Rome, après les campagnes en Gaule, ses soldats chantaient encore : « César a soumis les Gaules, Nicomède a soumis César ». Lui-même, selon l’historien Dion Cassius, rejetait l’accusation, jusqu’à la nier sous serment.

Deux poèmes de Catulle laissent entendre que César et Mamurra, son ingénieur, auraient été amants ; toutefois leur auteur, nous dit Suétone, s’en est par la suite excusé. Quant à l’allégation, émise par Marc Antoine, selon laquelle Octave aurait obtenu d’être adopté par César au prix de faveurs sexuelles, elle relève pour le même Suétone de la catégorie des « bruits infâmes ».

César eut surtout de nombreuses conquêtes féminines, particulièrement dans les rangs de la haute société romaine : outre Servilia, qui était folle amoureuse de lui, il eut pour maîtresses Postumia, femme de Servius Sulpicius, Lollia, femme d’Aulus Gabinius, et Tertulla, femme de Marcus Crassus ; et possiblement Mucia, la femme de Pompée, et Tertia, la propre fille de Servilia. Ce penchant de César pour les amours illicites est lui aussi chanté en vers par ses soldats lors de ses entrées triomphales (rappelant que la calvitie dont il souffrait était un symbole de virilité) :

« Citoyens, surveillez vos femmes : nous amenons un adultère chauve.
[il a] forniqué en Gaule avec l’or emprunté à Rome. »

La formule qui le proclame « mari de toutes les femmes et femme de tous les maris », rassemble les deux imputations de « sodomite » et d’ « adultère ». Cette formule, lue avec le regard d’aujourd’hui, explique pour une bonne part la présence de César dans les recensements de « bisexuels célèbres », mais elle n’avait pas le même sens pour ses contemporains.

En effet, la société romaine ne réprouvait pas qu’un citoyen ait des partenaires sexuels des deux sexes ; en revanche, pour les romains, un homme libre ne pouvait être qu’actif, sauf dans le cadre d’une relation pédérastique. Sénèque résume cela en cette phrase : « s’il est normal pour un jeune homme d’être passif dans la relation, la passivité sexuelle chez un homme libre est un crime (…)’

Un comportement sexuel passif chez un homme libre était ainsi le signe d’une soumission ou d’une infériorité indignes de son statut : une infamie qui, dans le cas de César, était contrebalancée par la réputation de virilité tirée de ses conquêtes, tant féminines que militaires.

Cependant les deux allégations symétriques renvoient au fond à la dénonciation d’une même hypersexualité, incontrôlée et dégradante.

Amours illustres

César entretint des relations particulières avec plusieurs femmes célèbres, dont Servilia, la mère du [sénateur romain] Brutus, dont la passion pour lui était publiquement connue à Rome et qu’il semblait lui-même tout spécialement apprécier. Il offrit divers présents et avantages à sa bien-aimée, dont une perle d’une valeur de six millions de sesterces.

César eut aussi des relations amoureuses avec Eunoé, femme de Bogud, roi de Maurétanie. C’est cependant sa liaison avec Cléopâtre VII qui est restée la plus célèbre. Suétone rapporte comment il remonta le Nil avec la reine égyptienne et la fit venir à Rome où il la combla d’honneurs et de présents.

wikipedia + se coucher moins bête

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publicités

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s