Joyeux… James Whale

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le grand cinéaste britannique James Whale.

James Whale, grand cinéaste … gay

James Whale, né le 22 juillet 1889 à Dudley (Angleterre) et mort le 29 mai 1957 à Los Angeles, est un réalisateur britannique qui restera dans l’histoire pour avoir mis en scène « Frankenstein » (1931), « Une soirée étrange » (1932), « L’Homme invisible » (1933) et « La Fiancée de Frankenstein » (1935) tous des classiques du film d’horreur.

James Whale a aussi réalisé des films dans d’autres genres, notamment la meilleure version cinéma de la comédie musicale « Show Boat » (1936)…

… Né dans une famille nombreuse en Angleterre, James Whale doit arrêter sa scolarité à l’âge de treize ans pour travailler. Jonglant avec les petits boulots, il se découvre vite un talent pour le dessin et la peinture et devient étudiant aux Beaux-Arts.

La Première Guerre mondiale éclate alors qu’il n’a pas 25 ans. Il s’engage dans l’armée britannique dont il devient officier. Capturé par l’armée allemande et emprisonné dans un camp, il y découvre le plaisir du théâtre amateur. Cette expérience est pour lui une révélation. À la fin de la guerre, il devient dessinateur humoristique dans la presse et entame une carrière de décorateur pour le théâtre, acteur et metteur en scène.

Il a 39 ans en 1928 lorsqu’il dirige une pièce intitulée « La fin du voyage » qui rencontre un tel succès en Angleterre qu’on lui propose de la monter à Broadway. New York accueille la pièce avec triomphe. Un succès qui va bientôt le conduire à Hollywood qui le réclame pour diriger des films.

Il passera à Hollywood le reste de sa vie, dont une grande partie avec son compagnon de longue date, le producteur David Lewis. Après avoir mis en scène la version cinéma de « La fin du voyage » (1930) son tout premier film en tant que cinéaste, avec le magnifique David Manners qu’il a « découvert » lors d’une soirée (gay ?) à Hollywood, James Whale dirige « Les anges de l’Enfer » (1930) pour le studio Paramount puis est engagé par Universal où il réalise une douzaine de films à succès entre 1931 et 1937, développant un style virtuose caractérisé par une caméra très mobile et l’influence du cinéma expressionniste allemand.

A l’apogée de sa carrière de cinéaste en 1937, James Whale dirige « Après » (1937), sur des jeunes allemands de retour de la 1ère Guerre Mondiale et leurs difficultés à se réinsérer dans la vie civile. L’interférence du studio, possiblement suite à des pressions de l’Allemagne nazie, entraine des modifications sur le film qui ne correspond plus à la vision que voulait en donner le cinéaste et devient un échec critique et commercial.

Une série de films au succès décevant suit (sauf « L’homme au masque de fer » en 1939) et bien qu’il dirigera un dernier court-métrage en 1950, sa carrière de cinéaste se termine dès 1941. Il continue alors à mettre en scène pour le théâtre, voyage et redécouvre sa passion pour l’art en particulier la peinture.

Ses investissements ont fait de lui un homme riche et il va vivre une retraite confortable jusqu’à un accident vasculaire cérébral en 1956 à la suite duquel il perdra sa vigueur, fera une dépression soignée aux électrochocs et souffrira tellement qu’il mettra fin à ses jours le 29 mai 1957 à l’âge de 68 ans en se noyant dans la piscine de sa villa de Los Angeles.

Homosexualité et vie personnelle

James Whale fut ouvertement gay pendant toute sa carrière dans le théâtre britannique puis à Hollywood, un fait très inhabituel dans les années 1920 et 1930. Lui et son amant David Lewis vécurent ensemble de (environ) 1930 à 1952 (*). Bien qu’il ne se vantait pas d’être homosexuel, il ne faisait non plus rien pour le cacher.

Comme l’a dit le cinéaste Curtis Harrington, ami et confident de James Whale : « Il ne le criait pas sous les toits et n’a jamais fait d’annonce publique. Mais oui, il était ouvertement gay. »

Bien que certains historiens du cinéma pensent que sa carrière hollywoodienne prit fin à cause de l’homophobie ambiante, et que Whale était parfois surnommmée « The Queen of Hollywood », Harrington a déclaré que « selon mon ressenti personnel, cela n’a eu aucun impact. »


James Whale avec Boris Karloff sur le tournage de « Frankenstein » un des chefs d’oeuvre du film fantastique

(*) La rupture de James whale et David Lewis survint en 1952. Whale avait décidé cette année là de visiter les musées d’Europe et lors de son passage à Paris, il rencontra dans un bar gay un serveur de 25 ans nommé Pierre Foegel dont il s’enticha et engagea comme chauffeur. De retour aux états-Unis en novembre 1952, il annonça à David Lewis qu’il avait l’intention d’y faire venir Pierre Foegel en début d’année suivante. Consterné, Lewis quitta leur maison et ainsi se termina leur liaison, après 23 ans; mais les deux hommes restèrent amis.

David Lewis acheta une maison et y fit creuser une piscine, ce qui donna l’idée à Whale de creuser sa propre piscine, bien qu’il n’y nageait jamais. Mais il y organisa des soirées de natation entre hommes et regardait les garçons y folâtrer… Pierre Foegel emménagea comme prévu avec James Whale début 1953 et vécut avec lui plusieurs mois avant de retourner en France; puis il revint aux Etats-Unis en 1954 s’installant définitivement dans la maison de James Whale qui le fit travailler comme gérant d’une station service dont il était propriétaire. Les deux hommes vécurent ensemble jusqu’au suicide de James Whale en 1957.

wikipediarésumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Joyeux… James Whale

  1. Isa Poitou dit :

    La fiancée de Frankenstein est un de mes films préférés :)!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s