Joyeux… Alexander Hamilton

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le formidable Alexander Hamilton, un des Pères Fondateurs des Etats-Unis d’Amérique.

Alexander Hamilton, grand homme d’Etat et militaire américain

Alexander Hamilton, né le 11 janvier 1757 à Charlestown sur l’île de Niévès (Antilles) et mort le 12 juillet 1804 à New York (des suites d’un duel dit duel Hamilton-Burr avec le colonel Aaron Burr), est un grand homme politique, financier, intellectuel et officier militaire américain.

Son père, James Hamilton, est un marchand écossais de St Christophe (Antilles) et sa mère, Rachel Faucette, née sur l’île de Niévès, est une descendante de huguenots français. À la suite de la banqueroute de son père, et de la mort de sa mère en 1768, le jeune Alexander, doit, à onze ans, se préoccuper de son existence matérielle et devient employé dans la maison de comptes de Nicholas Cruger, expert comptable.

À la suite d’un voyage, ce même Cruger laisse le tout jeune Hamilton seul responsable des affaires. La correspondance qu’il nous reste de cette époque atteste d’une étonnante maturité chez le jeune garçon (…) entouré d’amis qui l’encouragent à la lecture et aux études intellectuelles. Il parle couramment le français, chose rare dans les colonies anglaises, mais très commune dans les Antilles, et qui lui sera très utile dans sa future carrière (…)

En 1772, il a 15 ans lorsqu’il rejoint ses amis new-yorkais pour compléter son éducation à New York. Il entre au King’s College (aujourd’hui appelé université Columbia) de New York en 1774. Ses études furent cependant interrompues par la guerre d’indépendance des États-Unis (1775 – 1883).

Pendant cette guerre, il organise une compagnie d’artillerie qui montrera sa bravoure lors des affrontements de 1776 autour de New York. Il entre sous le commandement de George Washington en mars 1777 avec le grade de lieutenant-colonel à seulement 20 ans.

Il sera pendant quatre ans son secrétaire personnel et son aide de camp. Mais son ambition de gloire militaire le rend impatient et il saisit la moindre réprimande administrée par Washington comme excuse pour quitter son état-major (février 1781). Il mène une colonne américaine à la victoire lors de la bataille de Yorktown en octobre 1781, bataille décisive qui signe la défaite certaine de la Grande-Bretagne.

Hamilton grand homme d’Etat

Alexander Hamilton fut le premier et plus influent Secrétaire du Trésor de l’histoire des Etats-Unis. En poste sous le Président George Washington, Hamilton avait beaucoup d’influence sur le reste du gouvernement et la formation de la politique gouvernmentale, y compris la politique étrangère. Avançant l’utilisation de la puissance fédérale pour moderniser la nation, il convainquit le Congrès d’interpréter largement la Constitution pour passer des lois audacieuses. Elles comprirent la création d’une dette nationale, la garantie fédérale des dettes des États, la création d’une banque nationale publique et un système de taxes à travers des tarifs sur les importations et une taxe sur le whisky qui paierait le tout.

(…)

Les historiens voient Hamilton comme le Père Fondateur qui défendit le plus efficacement le principe d’un gouvernement fort, centralisé et fédéral, et une interprétation élastique de la constitution. Il soutint l’idée d’une défense nationale forte, des finances nationales solides basées sur une dette nationale liant le gouvernement national aux hommes riches du pays, et un système bancaire fort.

Vie privée et homosexualité

Selon Max Cavitch, professeur d’anglais à l’université de Pennsylvanie, Alexander Hamilton était bisexuel : il écrivit notamment dans sa jeunesse des lettres d’amour enflammées à son ami John Laurens. Son biographe Ron Chernow va également dans ce sens, décrivant ces relations comme un « amour d’adolescence. »

Si ses lettres au marquis de Lafayette et à John Laurens emploient les conventions littéraires sentimentales de la fin du dix-huitième siècle et font allusion à l’histoire et à la mythologie grecques, son biographe Gregory D. Massey rejette toutes les spéculations quant à une relation homosexuelle Laurens-Hamilton comme non fondée. Gregory Massey décrit l’amitié des deux hommes comme une camaraderie purement platonique et replace les termes intimes employés dans le contexte de la correspondance fleurie de l’époque.

Hamilton se marie en 1780 avec Elizabeth, fille du général Philip Schuyler, s’alliant ainsi à une des familles les plus riches et distinguées de New York. Sa femme lui donnera huit enfants.

Pourtant, beaucoup d’historiens pensent que Hamilton était bisexuel ; il était de notoriété publique qu’il avait des relations sexuelles aussi bien avec des hommes qu’avec des femmes… Selon certains experts, George Washington, premier Président des USA (de 1789 à 1797) eut probablement une relation intime avec Hamilton lorsque celui-ci était son aide de camp pendant la Guerre d’Indépendance. Les relations très chaleureuses entre les deux hommes devinrent glaciales lorsque Hamilton se maria en 1780, mais cela n’empêcha pas Washington de le nommer Secrétaire du Trésor (le premier Secrétaire du Trésor de l’histoire des Etats-Unis) lorsqu’il fut élu Président en 1789.

Postérité de Hamilton

Populaire au moment de la guerre de Sécession, son portrait figure sur les billets de plusieurs valeurs de l’époque. Aujourd’hui, son visage n’apparaît plus que sur les billets de 10 dollars.

De nombreuses villes des États-Unis ont été nommées en son hommage.

« Hamilton » (comédie musicale racontant sa vie), se joue à Broadway depuis 2015.

James Madison, Président des Etats-Unis de 1809 à 1817, déclarait en 1831 que Hamilton possédait des capacités intellectuelles de premier ordre, et des qualités morales d’intégrité et d’honneur à un degré captivant. Talleyrand disait de lui qu’il avait la capacité de deviner sans raisonner (…) et déclarait qu’il avait « deviné l’Europe. »

Hamilton fonda le Parti Fédéraliste (…) et était l’auteur le plus éminent de « The Federalist Papers », recueil d’articles publié entre 1787 et 1788 et l’interprétation la plus importante jamais écrite sur la Constitution des Etats-Unis.

wikipedia – résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s