Joyeux… Christopher Reeve

D’innombrables prodiges du monde du spectacle, sportifs exceptionnels, rois, capitaines d’industrie, scientifiques, politiciens, chefs cuisiniers et autres héros – sont gays ou bisexuels…

… J’ai décidé de raconter leurs histoires afin de montrer aux personnes qui ont été brimées à cause de leur orientation sexuelle qu’il y a des gays admirables dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Aujourd’hui je vous propose un article sur le très beau et talentueux acteur américain Christopher Reeve, le premier et possiblement le meilleur Superman de l’histoire du cinéma, mais pas uniquement…

Christopher Reeve… super homme et super acteur

Christopher D’Olier Reeve, dit Christopher Reeve, est un acteur, réalisateur, producteur et scénariste américain, né le 25 septembre 1952 à New York et mort le 10 octobre 2004 à Mount Kisco. Il restera dans l’histoire du cinéma pour ses rôles de Superman entre 1978 et 1987 et du milliardaire américain Jack Lewis dans « Les Vestiges du jour » (1993).

Il devient tétraplégique à la suite d’un accident d’équitation en 1995. Son combat pour l’amélioration de vie des personnes tétraplégiques, via la Fondation Christopher et Dana Reeve, est par la suite devenu exemplaire.

Biographie

Christopher D’Olier Reeve est né le 25 septembre 1952 à New York d’une mère journaliste et d’un père enseignant et poète. Son grand-père, vétéran de la Première Guerre mondiale a été le premier commandant de l’American Legion. Alors qu’il a 4 ans, ses parents divorcent. Sa mère déménage dans le New-Jersey avec Christopher et son frère Benjamin. Après avoir obtenu son diplôme du lycée (bac), il étudie à l’université de Cornell; en parallèle à ses études, il commence sa carrière d’acteur, dès le lycée.

Débuts

En été 1968, passionné de théâtre et déjà très doué, le jeune Christopher, alors âgé de quinze ans, entre dans la troupe du Williamstown Theatre Festival du Massachusetts. Il signe un contrat quelques années plus tard avec la troupe du San Diego Shakespeare Festival pour des rôles prestigieux comme celui du roi Édouard dans « Richard III ».

À sa sortie de Cornell (1972), il est l’un des deux étudiants sélectionnés, avec Robin Williams, pour entrer à la prestigieuse Juilliard School of Performing Arts de New York, où il suit les cours de John Houseman. Il séjourne aussi à Glasgow, puis à Paris pour approfondir son métier de comédien.

À la même époque, il est auditionné puis choisi, pour la pièce « A Matter of Gravity », aux côtés de la grande actrice de cinéma Katharine Hepburn (1974) (dont il joue le petit-fils)

En 1974 et 1975, il enchaine avec plusieurs pièces de théâtre à succès aux États-Unis. À cause du rythme très physique des pièces, il s’alimente mal, souffre de fatigue et de malnutrition mais le succès est toujours au rendez-vous.

En plus de monter sur les planches, Christopher poursuit ses études; afin de payer sa 2è année à la Juilliard School, il passe une audition pour un rôle dans une série TV (de CBS), « Love of Life », audition qu’il remporte : il va jouer le fourbe et bigame Ben Harper de 1974 à 1976, contre-emploi qui va le faire remarquer dans la capitale du cinéma.

Hollywood lui offre bientôt un petit rôle dans le film catastrophe « Sauvez le Neptune » (« Gray Lady Down ») de David Greene (1978).

Superman

Parmi deux cents acteurs auditionnés, dont les célèbres James Brolin, Christopher Walken ou Nick Nolte et Jon Voight, Christopher Reeve obtient en 1977 le rôle de Superman, production colossale réalisée par Richard Donner d’après le personnage créé par Jerry Siegel et Joe Shuster. Très mince, le jeune homme de vingt-quatre ans refuse de porter un costume en faux-muscles et préfère suivre un entraînement sportif intensif avec le culturiste David Prowse, connu pour son rôle de Dark Vador dans les « Star Wars ». Il se construit alors une solide musculature et gagne vingt kilos.

« Superman » sort dans les salles en 1978 et devient rapidement un succès colossal, rapportant plus de 300 000 000 de dollars. Sa présence, son charisme mais également sa douceur et sa vulnérabilité dans les rôles de l’« Homme d’Acier » et de son alter-ego Clark Kent font de l’acteur une star internationale acclamée par les critiques, et lui vaut le prix du Meilleur Espoir aux Oscars du cinéma britannique (BAFTA). Il utilise alors sa célébrité et sa fortune pour des causes charitables, visitant notamment des hôpitaux pour enfants.

En 1980, 1983 et 1987 sortent « Superman 2 », « Superman 3 » et « Superman 4 ». La qualité diminue de film en film mais le succès de Christopher Reeve est toujours au rendez-vous. Grâce à l’interprétation de Christopher Reeve et à la musique du compositeur John Williams, la saga entre définitivement dans la culture populaire nord-américaine.

Après Superman

Christopher revient au théâtre dans le rôle d’un vétéran du Viêt Nam infirme de la pièce à succès « Fifth of July ».

Puis en 1980, il joue avec Jane Seymour dans « Quelque part dans le temps » (« Somewhere in Time ») réalisé par le cinéaste Français Jeannot Szwarc.

Passionné d’aviation, il a son brevet de pilote, ce qui lui permet d’être engagé par George Miller pour jouer dans le film d’action « Vol d’enfer » (« The Aviator »).

Il joue ensuite le rôle d’un jeune homme gay, partageant la vedette avec Michael Caine, dans le film criminel « Piège mortel » (« Deathtrap ») de Sidney Lumet en 1982 …

… Puis il enchaîne un ou deux films tous les ans pour le cinéma, ainsi qu’une dizaine de téléfilms et 150 pièces de théâtre, jusqu’à son accident d’équitation en 1995

Sur le grand écran, il est surtout remarqué dans deux très grands films réalisés par James Ivory (cinéaste ouvertement gay) : « Les bostoniennes » et « Les vestiges du jour ».

(…)

En 1995 sort « Le Village des damnés » (« Village of the Damned ») film fantastique réalisé par John Carpenter, son dernier film avant l’accident de cheval qui le terrasse en mai 1995 le laissant paralysé depuis les épaules jusqu’en bas.

Après son accident, Christopher Reeve refait une apparition comme acteur à la télévision en 1998 pour un remake de « Fenêtre sur cour » (« Rear Window ») d’Alfred Hitchcock (reprenant le rôle de James Stewart) et fait quelques apparitions en 2003 et 2004 dans la série télévisée « Smallville » dans le rôle du docteur Virgil Swann aux côtés du jeune Tom Welling, qui incarne à son tour le personnage de Superman pour la nouvelle génération d’adolescents.

Vie privée et bisexualité

Alors qu’il est en 1979 à Londres sur le tournage de « Superman 2 », Christopher Reeve, alors âgé de 26 ans, avoue à sa mère souffrir de solitude (sentimentale) … solitude qu’il rompt très vite, puisqu’il fait peu après la connaissance de sa première compagne, Gae Exton, dans la cafétéria des studios Pinewood. Après avoir donné naissance à deux enfants, Matthew (1979) et Alexandra (1983), le couple se sépare en 1987.

La même année, Christopher part au Chili manifester son soutien aux 77 artistes menacés de peine de mort par le régime de Pinochet. Il s’engage de plus en plus dans des actions militantes, notamment en faveur de l’environnement, et soutient plusieurs associations comme Amnesty International. Il se remarie en 1992 avec la chanteuse Dana Morosini et se met à l’équitation et à la navigation maritime. Son épouse lui donne un fils baptisé William Elliot « Will » Reeve en juin 1992.

La liaison homosexuelle de Superman

Christopher Reeve, considéré comme l’un des pères de famille les plus exemplaires d’Hollywood a eu, dans sa jeunesse, une relation homosexuelle passionnée avec la star de porno gay Cal Culver (nom de « scène » : Casey Donovan) selon un livre « Hollywood Babylon Strikes Again » sorti en juillet 2010 qui fit la une de nombreux journaux au états-Unis et en Angleterre.

Dans ce livre, se trouve une interview que Cal Culver a donné avant sa mort en 1987. L’acteur porno raconte qu’il a rencontré Christopher Reeve, alors qu’il essayait de devenir un acteur « conventionnel », à une audition pour un pièce de théâtre à New York en 1972 :

« Christopher était un amant formidable et je pense que c’est moi qui l’ai libéré sexuellement. Je ne crois pas qu’il était gay mais (à 19 ans) il semblait avoir envie de tout expérimenter au moins une fois. Il était curieux d’esprit. »

La relation entre les deux hommes aurait duré deux mois et Christopher aurait quitté Cal Culver après avoir appris qu’il faisait du porno.

wikipedia + New Zealand Herald – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux… Christopher Reeve

  1. Nic dit :

    Ah ! Superman et Christopher Reeves, de vieux souvenirs d’enfance…
    Et, à quand un « Joyeux… Roijoyeux » ? 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s