Solution des plumes bleues

Mon énigme est …

Shirley MacLaine !!… avec …

Michael Caine !!!… et …

Herbert Lom !!!… dans …

« Un hold up extraordinaire », captivante comédie policière où sur la trame d’un film de cambriolage, le réalisateur Ronald Neame orchestre un savoureux chassé-croisé entre imaginaire et réalité… Un joyau de divertissement porté par l’espiègle Shirley MacLaine et l’élégant Michael Caine. arte.tv

Synopsis :

Une jeune femme marche dans les rues animées de Hong Kong sans prêter attention à la voiture qui la file discrètement et à son chauffeur, Harry Dean, un escroc notoire. Lorsqu’elle pénètre dans un cabaret, ce dernier lui emboîte le pas. Attablé avec Émile Fournier, fin connaisseur d’objets d’art, Harry patiente jusqu’à la fin du spectacle pour aborder la jeune danseuse, prénommée Nicole, à laquelle il propose de gagner facilement 5 000 dollars. Pour cela, elle doit accepter de devenir sa complice dans la réalisation d’un plan crapuleux….

… Celui-ci consiste à subtiliser à Dammuz, dans l’appartement de Shahbandar, l’homme le plus riche du monde, un buste de très grande valeur représentant une impératrice dont le visage évoque celui de la défunte épouse du milliardaire. Harry compte tirer parti de la stupéfiante ressemblance de Nicole avec l’épouse décédée, accentuée par un maquillage et une garde-robe ad hoc…

… Mais même les plans les plus élaborés ont leurs failles…

Mordante ironie :
« Allez-y, racontez la fin, mais s’il vous plaît, ne racontez pas le début ! » exhortait l’affiche du film lors de sa sortie en salles en 1966. Et pour cause, le réalisateur Ronald Neame, se jouant des conventions du film de genre, laisse croire au spectateur pendant près d’une demi-heure que le casse auquel il assiste se déroule réellement, alors qu’il ne s’agit que d’un projet que Harry dévoile à l’oreille de son comparse. Orchestrant ensuite le véritable hold-up, il donne alors au spectateur un temps d’avance sur le duo vedette, usant avec jubilation d’une mordante ironie dramatique. Dans un Moyen-Orient spectaculaire, « Un hold-up extraordinaire », trépidant divertissement, mais pas uniquement, surfe habilement sur la confusion entre imagination et illusion, falsification et réalité, donnant un nouveau souffle à un genre en vogue à l’époque. arte.tv

Critique dvdclassik :

Un polar aux remarquables qualités visuelles et au sens aigu de la narration, qui en font l’un des plus remarquables des nombreux « films de casse » produits durant les années 60.

Drôle et prenant, « Un hold-up extraordinaire » est un film qui remplit à merveille toutes les exigences du bon film de casse et se révélant être un excellent divertissement.

Cerise sur ce gâteau fort bien emballé, un casting haut de gamme, incarné en premier lieu par Michael Caine qui confirme ici tout son talent dans son rôle d’escroc classieux qui colle parfaitement à son image mi-élégante mi-canaille. Mais encore plus que le l’acteur anglais, c’est Shirley McLaine qui retient notre attention dans le rôle de Nicole. D’abord parce qu’elle est incroyablement séduisante, magnifiée par les très beaux costumes du film signés Jean-Louis. Ensuite parce qu’elle tient avec brio deux rôles en un seul film, la Nicole rêvée de la première partie, raide et muette, diamétralement opposée à la Nicole chaleureuse et volubile de la seconde.

Enfin et surtout car elle apporte une belle touche d’intelligence et de douceur au ton du film. C’est elle qui mène finalement l’action dans sa seconde partie, comblant les lacunes du plan de Michael Caine qui n’est parfait que dans ses rêves. Et c’est l’admiration de plus en plus amoureuse qu’elle porte à l’élégant escroc qui devient peu à peu le moteur du récit. Avec sa grâce, Shirley McLaine transforme quelque peu le film, lui offrant une couleur complémentaire en ajoutant sentiment et tendresse à une ambiance essentiellement orientée vers la comédie légère.

Rythmé, drôle et prenant, « Un hold-up extraordinaire » nous fait passer un excellent moment, avec élégance et efficacité. (…) Offrir un divertissement haut de gamme au spectateur reste une des plus belles vertus du cinéma, et le film de Ronald Neame s’y conforme parfaitement. Profitons-en. dvdclassik

Bien vu Larry et manU !

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Ciné/TV royal, Enigmes royales, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s