Joyeux… Debbie Reynolds

La star hollywoodienne Debbie Reynolds est l’héroïne du 329è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’a pas empêché la réussite…

Debbie Reynolds, légende du grand écran…

Debbie Reynolds, née Mary Frances Reynolds le 1er avril 1932 à El Paso (Texas) et morte le 28 décembre 2016 à Los Angeles (Californie), était une actrice, chanteuse/danseuse, femme d’affaires et historienne du cinéma.

Son père, Raymond Francis Reynolds, était charpentier employé à la compagnie de chemin de fer Southern Pacific Railroad et sa mère Maxine Reynolds (née Harmon) était femme au foyer.

A l’âge de 16 ans (1948), Debbie gagna un concours de beauté et fut engagée le lendemain par des chercheurs de talent qui lancèrent peu après sa carrière au cinéma. Elle fit sa première apparition sur grand écran dans la comédie musicale « Three Little Words » (1950) un rôle remarqué qui lui valut d’être nommée pour le Golden Globe du meilleur espoir.

Debbie ne savait pas danser lorsqu’elle fut choisie en 1951 pour être la vedette aux côtés de Gene Kelly de « Chantons sous la pluie » (1952). Mais pas encore âgée de 20 ans, elle apprit très vite. Une douzaine d’années plus tard, elle était devenue une légende, (principalement) grâce à ses rôles de jeunes femmes sages et lisses mais pleines d’entrain et très joyeuses, dans de superbes comédies musicales. Elle utilisa aussi ses dons de danseuse sur scène à Broadway et dans des spectacles de cabaret.

Elle était âgée de 31 ans en 1963 lorsqu’elle joua le rôle-titre du film musical « La Reine du Colorado » (« The Unsinkable Molly Brown »), l’histoire, inspirée de faits réels, d’une pauvre jeune fille des montagnes qui devient une richissime philanthrope et survit au naufrage du Titanic en 1912; ce rôle lui valut une nomination à l’Oscar de la Meilleure actrice (1964).

Dans la vraie vie, Debbie Reynolds avait survécu à la perte du chanteur/acteur Eddie Fisher, son premier mari, qui la quitta en 1959 pour Elizabeth Taylor, après que celle-ci ait tragiquement perdu son mari Mike Todd dans un accident d’avion.

L’année d’après (1960), Debbie épousa Harry Karl, riche magnat d’une grande entreprise de fabrication de chaussures, mais celui-ci perdit au jeu une grande partie de sa fortune à lui, et celle de sa femme, et ils divorcèrent en 1973. Debbie fut donc obligée de continuer à travailler, pour le cinéma et sur scène. Ironiquement, elle fut (jusqu’en 1997) propriétaire d’un casino à Las Vegas, où était exposé sa collection très réputée d’objets et costumes liés aux grands films du cinéma.

Avec Eddie Fisher, Debbie Reynolds eut deux enfants : le cinéaste Todd Fisher (né en 1958) et l’actrice Carrie Fisher (la princesse Leia de « Star Wars ») (née en 1956).

Debbie Reynolds décéda tragiquement d’un AVC le 28 décembre 2016, un jour après la mort de sa fille Carrie Fisher. Elle laisse derrière elle son fils Todd Fisher et sa petite-fille, la jeune actrice Billie Lourd.

Vie personnelle et homosexualité

Debbie Reynolds était célèbre pour ses rôles de jeunes femmes vertueuses à qui on aurait donné le Bon Dieu sans confession, et car dans la vraie vie, elle ne connut que des mariages catastrophiques… Mais des documents du FBI dévoilés en 2017 indiquent que la légende du grand écran aimait les femmes…

Sur ordre du Président des Etats-Unis Lyndon B. Johnson, des agents fédéraux espionnèrent l’insubmersible petite fiancée de l’Amérique et découvrirent qu’elle et son premier mari se trompaient l’un l’autre en participant chacun de leur côté à des ébats homosexuels.

Selon ces documents du FBI récemment rendus publics, les enquêteurs fédéraux découvrirent que « Fisher était homosexuel et Debbie Reynolds était une personne qui avait à la fois des relations sexuelles « normales » et des relations homosexuelles. »

Robert Osborne (ex acteur d’Hollywood, historien du cinéma, et animateur vedette de la chaîne « Turner Classic Movies ») a reporté que Debbie Reynolds a vécu une liaison amoureuse lesbienne avec Agnes Moorehead, l’une des stars de « Ma sorcière bienaimée »; les deux femmes s’étaient connues sur le tournage de la fresque historique « La Conquête de l’Ouest » en 1962 et entretinrent une relation romantique jusqu’à la mort d’Agnes Moorehead en 1974 (…)

Debbie Reynolds a nié avec véhémence avoir partagé le lit d’Agnes Moorehead, mais son propre fils Todd Fisher a confirmé la liaison homosexuelle de sa mère.

Debbie Reynolds elle-même s’est parfois trahi sur sa véritable préférence sexuelle à travers les années, avouant que ses trois mariages [hétérosexuels] s’étaient terminés à cause de ses manquements en matière de sexe : « J’aurais aimé être meilleure. Mais j’étais clairement nulle… Je n’étais pas une femme très sexuelle. »

imdb + wikipedia – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Joyeux… Debbie Reynolds

  1. Une homosexualité qui n’a pas empêché sa réussite mais qui n’a pas été libérée et qui n’a été vécu que cachée. C’est bien dommage.
    (sinon, looove Debbie !!) Merci pour l’article.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s