Joyeux… Marie-Louise Habets

L’infirmière et ex religieuse belge Marie-Louise Habets, dont la vie a été retracée dans le film « “The Nun’s Story » avec Audrey Hepburn dans le rôle-titre, d’après un livre à succès de l’écrivain américaine Kathryn Hulme, est l’héroïne du 385è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’empêcha pas la réussite.

Marie-Louise Habets …

Jeunesse

Née en 1905 dans la petite ville de Egem (Belgique), Marie-Louise Habets entend l’appel de Dieu adolescente ce qui la décide à devenir nonne. A l’âge de 21 ans, elle rejoint la ville de Ghent et « Les Soeurs de la Charité de Jésus et Marie », groupe de religieuses vivant cloîtré dans un couvent où elles s’occupent des malades et des pauvres. Elle y prend le nom Soeur Xaverine et y reçoit une formation d’infirmière.

En 1933, Soeur Xaverine est envoyée au Congo Belge où elle travaille valeureusement dans un hôpital pendant six ans.

« Out of Africa »

Mais en 1939, elle attrape la tuberculose et doit retourner en Belgique, dans le couvent de Bruxelles des « Soeurs de la Charité de Jésus et Marie ». Le pays n’est plus comme lorsqu’elle l’a quitté. Elle est témoin de l’invasion de la Belgique par les nazis et de la mort de son père tué par des soldats allemands.

Soeur Xaverine s’engage dans la Résistance Belge mais réalise que cette action, motivée par la haine de ce que les nazis ont fait à sa famille, n’est pas cohérente avec sa foi chétienne. Elle écrit donc au Saint Siège demandant d’être dispensée de ses voeux religieux, dispense qui finit par lui être accordée et le 16 août 1944, Marie-Louise dit adieu au couvent et aux Soeurs de la Charité.

Infirmière de guerre

Elle rejoint une unité de premiers soins basé à Anvers, qui donna notamment une aide médicale aux soldats blessés pendant la Bataille de la Bulge. A partir d’octobre 1944, Anvers est lourdement bombardée sur une durée de six mois, tuant 3000 habitants et en blessant 7000.

C’est un période atroce pour Marie-Louise et ses collègues infirmières. Elle a témoigné avoir pataugé dans le sang pendant des jours et des jours, ramassant des bras, des jambes et même des têtes, dans les maisons bombardées.

Après la Guerre, Marie-Louise s’engage dans la « United Nations Relief and Rehabilitation Administration » (UNRRA) pour soigner et prendre soin des millions de réfugiés se trouvant encore en Allemagne.

Dans un camp de formation de la UNRAA du Nord de la France, Marie-Louise rencontre une américaine nommée Kathryn Hulme avec qui elle noue une amitié qui va durer leurs vies entières.

Marie-Louise est affectée à l’équipe No. 1050 de la UNRAA, composée de belges, français, canadiens et américains. Cette équipe est envoyée à Wildflecken dans le Nord-Est de la Bavière, où il est estimé qu’environ 2 000 personnes déplacées d’origine polonaise vivent dans des conditions difficiles.

L’équipe met 12 jours pour traverser l’Allemagne en ruines. Lorsqu’ils arrivent à Wildflecken, ils découvrent une situation bien pire que ce à quoi ils s’attendaient : 20 000 réfugiés sont entassées dans 60 hangars sur une montagne boisée. Les membres de l’équipe 1050 doivent se retrousser les manches et commencer l’énorme tâche de vêtir, nourrir et soigner les réfugiés.

En 1948, la UNRAA a été remplacée par l’Organisation Internationale des Réfugiés (IRO) et dans cette nouvelle organisation, Marie-Louise est promu infirmière en chef et transférée à Würzburg pour superviser le sort de 65 000 réfugiés.

En route vers l’Amérique avec Kathryn Hulme

En 1950 alors que sa mission pour l’IRO touche à sa fin, Marie-Louise réfléchit à la suite à donner à sa vie. N’ayant aucune envie de retourner en sa Belgique natale, elle demande et obtient un visa pour les états-Unis, sponsorisée par sa bonne amie Kathryn Hulme.

Après une dernière visite à sa famille à Anvers, Marie-Louise embarque à Rotterdam pour les USA sur le paquebot ‘S Noordam » accompagnée de Kathryn. Les deux femmes arrivent à New York en février 1951.

Le couple s’installe dans un premier temps en Arizona, où Marie-Louise soigne des indiens Navajos dans un hôpital local. Ensuite les deux femmes déménagent pour la Californie.

The Nun’s Story

En 1956, Kathryn Hulme écrit un livre intitulé « The Nun’s Story », dont le personnage principal est un religieuse belge, Soeur Luke (née Gabrielle Van Der Mal), qui se rend au Congo belge pour y travailler dans un hôpital de campagne isolé, puis retourne en Europe en pleine Guerre Mondiale ; Soeur Luke se bat pour rester neutre, surtout que son père a été tué par des soldats allemands … finalement la religieuse est obligée de choisir entre sa foi chrétienne et sa vocation d’infirmière…

Cela vous rappelle quelque chose ? Bien sûr, car le personnage de Soeur Luke est basée sur Marie-Louise Habets, qui a raconté son histoire à son amie Kathryn.

Le livre devient un best-seller, qui se classe No. 1 dans le classement des meilleures ventes du « New York Times », si bien qu’Hollywood décide de l’adapter au cinéma avec Audrey Hepburn dans le rôle en titre. La célèbre actrice rencontre Marie-Louise pour approfondir sa connaissance de sa vie et son oeuvre en Afrique.

Le film sort en salles en 1959 avec succès. Audrey Hepburn est nommée à l’Oscar de la meilleure actrice pour son émouvante interprétation de Soeur Luke.

Marie-Louise infirmière d’Audrey Hepburn

En 1960, Audrey Hepburn est l’héroïne d’un western intitulé « The Unforgiven », mais au cours du tournage, elle est grièvement blessée lors d’une chute de cheval et ramenée en urgence par avion privé à sa maison de Beverly Hills. Pendant sa convalescence, elle a besoin des services d’une infirmière à domicile et fait appel à … Marie-Louise Habets, grâce à qui elle se rétablit et peut terminer le film.

A noter : Audrey Hepburn est, comme Marie-Louise, née en Belgique – le 4 mai 1929, au 48 Rue Keyenveld, dans la municipalité de Bruxelles.

Hawaii

Dans les années 60, Marie-Louise et Kathryn s’installèrent à Hawaii où elles passèrent le reste de leurs vies ensemble. Kathryn Hulme mourut en 1981 ; Marie-Louise Habets en 1986.

Une vie extraordinaire et … joyeuse

Marie-Louise a dû se retourner sur sa vie avec émerveillement. Lorsque jeune fille, elle rejoignit le couvent pour devenir nonne, elle n’imaginait sûrement pas comment sa vie allait tourner … qu’elle irait en Afrique travailler dans un hôpital de campagne. .. qu’elle voyagerait à travers l’Europe pour venir en aide à des réfugiés de guerre… qu’elle rencontrerait le véritable amour en un partenaire féminin avec laquelle elle s’installerait en Amérique… qu’elle aiderait une star de cinéma gravement blessée à se rétablir … Et que sa vie inspirerait un livre best-seller et un film nommé aux Oscars !! …

Discovering Belgium – traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Joyeux… Marie-Louise Habets

  1. brindille33 dit :

    J’ai vu les deux films avec Audrey Hepburn, une actrice dont je suis fan. Sœur
    Luke, je me souviens. Un sujet délicatement abordé pour l’époque. Cette histoire je ne la connaissais pas. Merci d’enrichir ma culture. 😊🙏

  2. da-AL dit :

    well done as always, roijoyeux 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s