Joyeux… Judy Holliday

La très talentueuse actrice américaine Judy Holliday, gagnante d’un Oscar de la Meilleure actrice dès sa première apparition sur grand écran, est l’héroïne du 419è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homo- ou bisexualité n’empêcha pas la réussite…

Judy Holliday, une des plus brillantes étoiles du Hollywood des années 50, partie trop tôt …

Judy Holliday est une actrice américaine, née le 21 juin 1921 à New York et morte le 7 juin 1965 (âgée de 43 ans) dans la même ville.

De son vrai nom Judith Tuvim, c’était l’enfant unique de Abe et Helen (née Gollomb) Tuvim (son père fut le directeur exécutif de la Fondation pour le Jewish National Fund of America de 1951 à 1958).

La future Judy Holliday commença sa carrière dès l’âge de 17 ans (1938) se produisant sous son nom de naissance, avec une troupe comportant 5 autres comédiens baptisée les Revuers dans des boîtes de nuit à New York et Los Angeles. Lorsque les Revuers se séparèrent en 1944, elle fut choisie pour jouer dans diverses pièces et comédies musicales à Broadway.

En 1946, elle obtint son premier grand succès public et reçut des critiques dithyrambiques lorsqu’elle interpréta Billie Dawn, une jeune femme écervelée, dans la pièce de théâtre « Comment l’esprit vient aux femmes » (« Born Yesterday ») ; Harry Cohn, le patron du studio Columbia lui offrit une chance de reprendre son rôle dans l’adaptation cinématographique de la pièce réalisée par George Cukor en 1950, après lui avoir fait passé un essai qui fut au départ utilisé comme référence pour évaluer les autres actrices en compétition pour ce rôle.

C’est finalement Judy qui fut choisie, et sa merveilleuse prestation lui valut un Golden Globe, et surtout l’Oscar de la meilleure actrice, battant les grandes Gloria Swanson, nominée pour « Boulevard du Crépuscule », Eleanor Parker pour « Femmes en cage », ainsi que Bette Davis et Anne Baxter, toutes deux nominées pour « Ève » (« All about Eve »).

En 1952, dans le cadre de la chasse aux sorcières, Judy Holliday fut contrainte de prouver qu’elle n’était pas sympathisante du Parti communiste … elle fut « innocentée » mais sa réputation en souffrit et si elle ne fut pas complétement blacklistée au cinéma, elle le fut à la radio et à la télévision pendant presque trois ans.

Dans la suite des années 50, elle joua en vedette dans une poignée de films, dont les comédies « It Should Happen to You » et « Phffft! » (toutes deux en 1954), qui se trouvent aussi être les deux premières apparitions sur grand écran du jeune Jack Lemmon.

En novembre 1956, Judy Holliday fit son grand retour à Broadway pour une comédie musicale intitulée « Un numéro du tonnerre » (« Bells are ringing ») écrite par ses amis (ex Revuers) Betty Comden et Adolph Green, et mise en scène par Jerome Robbins. Sa prestation lui valut le Tony Award de la Meilleur actrice dans un premier côle (comédie musicale), et encore des critiques élogieuses, comme celles du journaliste Brooks Atkinson dans le « New York Times » :

« La petite poupée sans cervelle que New York avait adoré il y a 10 ans dans « Born Yesterday » n’a pas changé. La voix haut perchée, le gloussement embarrassé, l’insolente naïveté, les charmantes fossettes et la démarche chaloupée, sont restées intactes pour notre plus grand plaisir … mais désormais, Melle Holliday les accompagne d’une malle remplie de numéros dansés-chantés … Sans perdre une once de sa personnalité innocente, elle chante des mélodies signées Jule Styne et danse sur des chorégraphies de Jerome Robbins et Bob Fosse, avec un enthousiasme triomphant. »

En 1960, elle reprit ce rôle dans l’adaptation sur grand écran de « Un numéro du tonnerre » dirigée par le grand cinéaste Vincente Minnelli, qui allait être sa dernière apparition sur grand écran.

Judy Holliday décéda le 7 juin 1965 d’un cancer du sein quelques jours avant son 44è anniversaire.

Postérité

Judy Holliday possède son étoile sur le Hollywood Walk of Fame au 6901, Hollywood Boulevard.

L’historien du cinéma Bernard Dick a bien cerné le talent particulier de l’actrice : « Le plus important aspect de la personnalité de la Judy Holliday comédienne, est peut-être la vulnérabilité qu’elle apporte dans ses interprétations, que ce soient dans les personnages de jeunes filles écervelées ou de femmes au foyer (…) sa capacité à passer du comique au sérieux est un de ses talents les plus remarquables ».

Selon le cinéaste George Cukor, elle possède « une profondeur émotionnelle, parfois étonnamment émouvante, qui peut vous toucher au coeur de manière inattendue » (…)

… Mais … Judy était-elle joyeux ?? …

Vie personnelle

Selon un livre intitulé ‘Undercover Girl’, paru en 2017 et retraçant la vie d’Angela Calomiris, informatrice du FBI à l’époque du McCarthysme, Judy Holliday n’était pas 100% hétérosexuelle : jeune adulte, elle serait passée par une phase lesbienne où elle vécut une relation homosexuelle avec une femme flic new-yorkaise … elle connut possiblement une autre relation lesbienne avec sa collègue actrice Katherine Hepburn, avant de « découvrir » les hommes et de se marier en 1948 (à 27 ans) avec le clarinettiste David Oppenheim à qui elle donna un fils prénommé Jonathan.

Le couple divorça en 1958 et Judy Holliday entama la même année une longue liaison avec le musicien jazz Gerry Mulligan, qui ne se termina qu’avec le décès de Judy … Gerry Mulligan arrêta sa carrière pour prendre soin d’elle lorsque, après avoir gagné sa bataille contre le cancer du sein en 1960, l’actrice fit une rechute trois ans plus tard … finalement Judy Holliday décéda le 7 juin 1965 (deux semaines avant son 44è anniversaire) avec Gerry à ses côtés.

wikipedia + The Advocate – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux… Judy Holliday

  1. da-AL dit :

    fascinating & well done!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s