Joyeux… Carl Lewis (?)

Carl Lewis, un des plus grands champions de l’Histoire de l’athlétisme, est le héros du 424è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homo- ou bisexualité n’empêcha pas la réussite…

Carl Lewis, le plus grand sportif du XXè siècle

Frederick Carlton Lewis dit Carl Lewis, né à Birmingham (Alabama) le 1er juillet 1961, est un ancien athlète américain qui a remporté dix médailles olympiques dont neuf en or ainsi que dix médailles aux championnats du monde d’athlétisme dont huit en or.

Sa carrière, plusieurs fois interrompue, a duré de 1979 à 1996, année durant laquelle il a conquis son dernier titre olympique, partageant avec Paavo Nurmi dans les années 1920, le rang de sportif le plus titré aux Jeux olympiques en athlétisme. Il a ensuite orienté sa carrière vers le métier d’acteur (…)

Lewis est un sprinter et un sauteur qui a marqué durablement sa discipline. Régulièrement inscrit en première place du classement mondial de 1980 au début des années 1990 sur les épreuves de 100 m, de 200 m et de saut en longueur, l’athlète a amélioré à plusieurs reprises les records du monde du 100 mètres, du relais 4 × 100 m et du saut en longueur.

En 1982, 1983 et 1984, il est élu « athlète de l’année » par le magazine américain « Track & Field News ». Sa série de soixante-cinq victoires consécutives en dix ans de saut en longueur constitue l’une des performances les plus remarquables de l’histoire de l’athlétisme.

En 1984 à Los Angeles, il devient le deuxième athlète de l’Histoire à remporter les médailles d’or olympiques du 100 m, du 200 m, du relais 4 × 100 m et du saut en longueur, 48 ans après Jesse Owens.

Ses extraordinaires performances lui valent de nombreuses distinctions : il est ainsi élu « sportif du siècle » par le Comité international olympique (CIO) et « olympien du siècle » par le magazine sportif américain « Sports Illustrated ».

De plus, Lewis joue un rôle significatif dans la professionnalisation de l’athlétisme permettant aux athlètes de faire des carrières plus longues et plus lucratives. wikipedia

… Mais …

… Carl Lewis est-il joyeux ?? …

Postérité, personnalité et homosexualité (?) de Carl Lewis

David Jean Felix – 24 juin 2020

Le corps d’1m88, tout en longueur [de Carl Lewis] et son visage poupon ont marqué l’histoire pour deux raisons.

D’abord par ses performances athlétiques uniques. Champion du monde du saut en longueur et du relais 4×100, il est surtout le champion mondial du 100 m, qu’il est le premier à parcourir en moins de 10 secondes. Champion Olympique à de multiples reprises pour les mêmes disciplines, il sera nommé athlète du siècle par le comité Olympique.

La seconde raison de sa popularité sera sa personnalité. Fier comme un paon, égoïste et prétentieux, sont les qualificatifs qui lui sont souvent associés. Des qualificatifs qui lui coûteront beaucoup en termes de popularité mais qui ne parviendront pourtant jamais à ternir l’argument principal de sa notoriété. Un argument aussi important que sa vitesse sur la piste : son corps.

Est-ce son sourire juvénile, ou bien ses petits shorts échancrés, peut-être sa façon de se tenir debout, de courir, de s’élancer, bref de poser ? Est-ce le mélange de tout ça qui alimenteront les rumeurs d’homosexualité de l’athlète ? Des rumeurs à la fois jamais démenties, et parfois entretenues par l’absence de réactions ou les réactions évasives de Lewis lui-même.

Ce qui est sûr, c’est que Carl Lewis a une élégance naturelle, une “attitude” comme disent les américains. Un look fait pour les couvertures de magazine de sport, mais aussi de mode, de santé, et évidement, la presse people et ses ragots.

En plus d’être un sportif, Lewis est un corps, et son corps est une star. Aucun athlète noir avant lui n’aura autant utilisé son corps pour vendre. Des publicités pour vendre des voitures, des pneus, donc un corps noir synonyme de puissance et de performance. Un corps noir synonyme aussi de santé, pour une marque de céréales. Des publicités pour vendre du déodorant également, ou des pompes, ou des fringues…

Carl Lewis en Marilyn Monroe de la vente est un corps synonyme de désir, une source d’identification et un déclencheur d’achat. En résumé, un champion, un corps noir, un beau gosse et une attitude. Avec Ben Johnson ou Usain Bolt, on sait qu’il y a eu un après Carl Lewis. Je doute cependant qu’il y ait eu un jour un avant.

article complet « Black is beautiful » à lire chez David Jean Felix

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Joyeux… Carl Lewis (?)

  1. Merci d’avoir repris une partie de mon article. C’est super gentil

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s