Joyeux… Claudette Colbert

Claudette Colbert, formidable actrice américaine d’origine française, est l’héroïne du jour pour fêter son 117è anniversaire de naissance ; son homosexualité n’a pas empêché sa réussite.

Claudette Colbert est une actrice américaine d’origine française, née Émilie Chauchoin, le 13 septembre 1903 à Saint-Mandé (Val-de-Marne) et morte le 30 juillet 1996 à Speightstown à la Barbade à l’âge de 92 ans. En 1999, l’American Film Institute a classé Claudette Colbert à la douzième place de son classement des plus grandes actrices de l’histoire du cinéma américain (actrices de légende).

Claudette Colbert, légende d’Hollywood d’origine … française

Biographie sommaire

Claudette Colbert est née 5 rue Armand Carrel (aujourd’hui avenue du Général de Gaulle) à Saint-Mandé où ses parents, George Chauchoin (1867–1925) et Jeanne Marie Loew (1877–1970), tiennent une pâtisserie. Elle a trois ans lorsque ses parents émigrent à New York (États-Unis) en 1906 et parle déjà couramment français grâce à son père, et anglais car sa mère est née en Grande-Bretagne ainsi que son frère aîné.

Claudette Colbert est donc une enfant parfaitement bilingue, mais après quelques années aux USA, l’anglais étant devenu sa langue quotidienne, son français est teinté d’un léger accent américain.

Elle poursuit ses études à New York, notamment à la Washington Irving School où elle étudie le stylisme et les beaux-arts en projetant une carrière de styliste. Claudette Colbert s’inscrit également à la ligue des étudiants d’art dramatique de son collège, et en même temps travaille dans un magasin de mode, et donne parallèlement des leçons de français.

En 1923, un de ses élèves lui présente l’auteur de théâtre Anne Morrison qui la fait auditionner pour sa pièce. C’est ainsi qu’elle fait ses débuts à Broadway en 1924 dans la pièce « The Wild Wescotts ». Elle joue dans une dizaine de spectacles jusqu’en 1929, interprétant essentiellement des ingénues.

(…) En 1929, le studio Paramount la remarque et lui fait signer un contrat de sept ans. Dès lors Claudette Colbert tourne énormément (…) mais préfère se détacher peu à peu de Paramount pour travailler comme comédienne freelance. Au cours de son très longue et très riche carrière, elle a remporté l’Oscar de la Meilleure Actrice pour « New York – Miami » (1934) et a été nommée deux autres fois (sans gagner l’Oscar) pour « Mondes privés » (1935) et « Depuis ton départ » (1944). Parmi ses nombreux films remarquables, il y a « Cléopâtre » (1934), « Madame et ses flirts » (« The Palm Beach Story ») (1942), « Le huitième femme de Barbe-Bleue » (1938) ou encore « Sur la piste des Mohawks » (1939).

Grâce à son joli visage rond, ses grands yeux, ses manières aristocratique, son charme, et son talent versatile à la fois pour la comédie légère et le drame émouvant, Claudette Colbert fut l’une des actrices les mieux payées de l’industrie du cinéma des années 30 et 40 (et la star la mieux rémunérée en 1938 et 1942).

Elle joua dans plus de 60 films et eut comme partenaires les plus fréquents Fred MacMurray (sept films entre 1935 et 1949) et Fredric March sur quatre films (1930−33)

Quand arriva le début des années 50, Claudette Colbert était presque en retraite du grand écran, préférant jouer pour la télévision et sur scène, elle gagna une nomination aux « Tony Awards » (récompenses des métiers du théâtre) pour « The Marriage-Go-Round » en 1959. Ensuite sa carrière ralentit mais vécut une renaissance dans les années 1970 et en 1980 elle gagna un Sarah Siddons Award pour ses prestations sur scène à Chicago. A la télévision, elle apparut dans « The Two Mrs. Grenvilles » (1987), prestation qui lui valut un Golden Globe et une nomination aux Emmy Awards.

Vie personnelle et homosexualité

En 1998, deux ans après son décès, le magazine américain « National Enquirer » a révélé l’homosexualité de Claudette Colbert. Elle fut mariée deux fois (à l’acteur Norman Foster de 1928 à 1935 et au Dr Joel Presman de 1935 à 1968) mais vécut à peine avec ses maris et n’eut aucun enfant; elle aurait selon la rumeur connu une liaison homosexuelle avec Marlene Dietrich dans les années 30, et elle a eu (ouvertement) des relations très particulières avec au moins deux autres femmes…

il y eut Verna Hull, une très riche peintre et photographe rencontrée en 1958, avec qui elle se découvrit une passion commune pour l’art et qui devint sa meilleure amie, pendant neuf ans : elles peignaient ensemble, se promenaient ensemble, voyageaient ensemble et habitèrent même deux appartements voisins à New York… ensuite, lorsque Claudette Colbert acheta une maison à La Barbade, Verna Hull acheta la maison voisine. Malheureusement, leur amitié se brisa après une dispute entre les deux femmes qui éclata alors que le 2nd mari de Claudette Colbert, Joel Pressman (médecin et professeur en oto-rhinolaryngologie) était mourant – le Professeur Pressman mourut en février 1968 d’un cancer du foie.

A cause de son amitié pour Verna Hull, les rumeurs sur le lesbianisme de Claudette Colbert refirent surface, mais elle nia ces rumeurs et en fut offensée.

Malgré cela, Claudette Colbert eut bientôt une autre amie particulière, en la personne de Helen O’Hagan, chef du département « Relations professionnelles » de la chaîne de magasins de luxe « Saks Fifth Avenue ». Les deux femmes s’étaient rencontrés en 1961 sur le tournage du film « Parrish » et devinrent meilleures amies vers 1970 (…) Après la mort de son mari le Professeur Pressman, Claudette Colbert demanda à ses amis de traiter Helen O’Hagan comme ils avaient traité Pressman, « comme mon épouse »

Décédée en 1996 sans enfant, Claudette Colbert laissa une grande partie de sa fortune estimée à 3.5 millions de dollars (y compris son appartement de Manhattan et sa maison de la Barbade) à Helen O’Hagan, son amie et partenaire de longue date.

Postérité

En 1999, l’American Film Institute a classé Claudette Colbert 12è plus grand star féminine du cinéma classique hollywoodien. De plus, Claudette Colbert fait partie des très rares artistes français honorés par une étoile sur le Hollywood Walk of Fame à Los Angeles.

Purple Clover + wikipedia – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s