Joyeux… Marlon Brando

Le formidable acteur américain Marlon Brando est le héros du 446è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’empêcha pas la réussite.

Marlon Brando, légende du cinéma

Marlon Brando est un acteur et réalisateur américain né le 3 avril 1924 à Omaha (Nebraska) et mort le 1er juillet 2004 à Los Angeles (Californie).

C’est l’un des plus célèbres acteurs américains et l’un des plus influents du XXe siècle, classé par l’American Film Institute « quatrième acteur de légende du cinéma américain ». Étoile hollywoodienne et sex-symbol éternel à l’instar de Marilyn Monroe, Greta Garbo, Louise Brooks ou James Dean, il est aussi connu pour son implication dans le combat pour les droits civiques aux États-Unis, notamment pour la reconnaissance des droits des Afro-Américains et des Amérindiens.

Star des années 1950, il connaît un long passage à vide au cours de la décennie suivante avant de renouer avec le succès international en interprétant Vito Corleone dans « Le Parrain » de Francis Ford Coppola ; ce rôle lui vaut l’oscar du meilleur acteur en 1973 mais il refuse cette récompense. Il fait enfin une brève et marquante apparition en jouant le colonel Kurtz dans « Apocalypse Now » du même réalisateur en 1979.

Marlon Brando, acteur au comportement imprévisible, a influencé des acteurs de sa génération comme James Dean, Paul Newman, Steve McQueen et Robert Redford ainsi que les meilleurs acteurs de la génération suivante comme Al Pacino, Jack Nicholson, Robert De Niro, Dustin Hoffman ou encore James Caan.

Voici les détails les plus intéressants de sa vie.

Marlon Brando, rebelle bisexuel et géant d’Hollywood

C’était un dur au coeur tendre avec un visage d’une beauté à couper le souffle. Ado, il fut renvoyé de son lycée pour avoir roulé en moto dans les couloirs. Un jour, il s’était porté au secours d’un gamin maigrelet à lunettes que des brutes embêtaient et rouaient de coups dans la cour du lycée, l’avait relevé et pris sous son aile en lui disant, « Je suis ton nouveau meilleur ami. »

Une amitié particulière

C’est ainsi que débuta une relation amicale improbable et fusionnelle avec le futur acteur Wally Cox qui allait durer toute leur vie.

Après la mort de Wally Cox, Brando conserva ses cendres dans un coffre, car il voulait que ses propres cendres soient mêlées à celles de Wally quand viendrait le moment. Et en 2004, la famille de Brando accéda à cette volonté. L’Associated Press reporta : « Les cendres de Wally Cox, un ami de Brando décédé en 1973, ont aussi été dispersées sur le désert de la Vallée de la mort au cours de la cérémonie de dispersion des cendres de Brando. »

Brando aimait tant Wally Cox qu’il avait conservé les cendres de son ami pendant plus de 30 ans au cours desquels, lorsqu’il se sentait seul, il dînait avec l’urne de Cox et discutait avec lui en imitant parfaitement sa voix.

Le monde connaissait le goût de Brando pour les femmes à la beauté exotique et à la peau basanée (il en épousa deux), pourtant il révéla un jour n’avoir jamais été heureux avec une femme, précisant : « Si Wally avait été une femme, je l’aurais épousé et nous aurions été heureux jusqu’à la fin des temps. »

Wally Cox était la seule personne dont Brando accepte qu’elle le réprimande – et Cox ne se gênait pas pour le remettre à sa place.

Brando, bisexuel à forte libido

Contrairement à de nombreuses stars homo- ou bisexuelles (comme Cary Grant) qui nièrent toute leur vie leurs activités homosexuelles, Marlon Brando les reconnut sans vergogne. En 1976, il déclara lors d’une interview : « L’homosexualité est tellement à la mode qu’elle ne fait plus la une. Comme beaucoup d’hommes, j’ai eu des expériences homosexuelles et je n’en ai pas honte. Je n’ai jamais accordé grande attention à ce que les gens pensaient de moi. »

Brando aimait les deux sexes et était doté d’un appétit sexuel vorace. Il eut beaucoup d’amants hommes – notamment Burt Lancaster, Laurence Olivier, John Gielgud, Leonard Bernstein, Noël Coward, Clifford Odetts, Tyrone Power, James Dean, Rock Hudson et Montgomery Clift – par défi, les deux acteurs descendirent un jour en courant Wall Street (la célèbre rue où se trouve la Bourse de New York) entièrement nus.

Désirant équilibrer son menu, il mit aussi dans son lit des stars féminines comme Marilyn Monroe, Marlene Dietrich, Rita Hayworth, Shelley Winters, Ava Gardner, Gloria Vanderbilt, Hedy Lamarr, Tallulah Bankhead, Ingrid Bergman, Edith Piaf, Doris Duke (la femme la plus riche du monde à l’époque) et Grace Kelly.

Marlon Brando talent exceptionnel

C’est à l’âge de 23 ans que Brando avait accédé au statut de star en incarnant sur scène Stanley Kowalski dans « Un tramway nommé désir » pièce de Tennessee Williams (1947). Lorsqu’il reprit le rôle dans l’adaptation cinéma de la pièce en 1951, avec Vivien Leigh dans le rôle de Blanche DuBois, il fut nommé à l’Oscar du meilleur acteur.

Dans sa jeunesse, Brando était une vedette au talent électrifiant et à la beauté dévastatrice. Il émanait de lui une puissance virile, une sensualité animale et une colère contenue qui révolutionnèrent la façon dont les stars jouaient la comédie et les habitudes vestimentaires des jeunes hommes. Pour créer son personnage rebelle, James Dean s’inspira ainsi entièrement de Brando qu’il admirait.

Le blue jean moule-burnes de Brando et ses T-shirts près du corps devinrent des standards de la mode dans les années 50 où il était le roi des sex-symbols.

Mais bien sûr Brando était bien plus qu’un jeune homme sexy et rebelle. Acteur au talent exceptionnel, il remporta deux Oscars, pour « Sur les quais » puis pour « Le Parrain ». Grâce à l’étendue de son talent, il fit une carrière si brillante à Hollywood que dans les années 2000, l’American Film Institute le classa 4è plus grand acteur de cinéma de l’Histoire, et le magazine Time le fit figurer dans sa liste des célébrités les plus importantes du 20è siècle.

Marlon Brando défenseur des opprimés

Brando était généreux et se battit énergiquement toute sa vie pour la justice sociale, en particulier pour les droits des noirs américains et des indiens d’Amérique. Révolté par les atrocités commises par les nazis contre les juifs, le jeune Marlon joua en 1946 dans la pièce sioniste de Ben Hecht, « A Flag is Born » et il soutint la création de l’état d’Israël.

Lorsqu’il apprit dans un journal que l’ex star hollywoodienne Veronica Lake était tombée en situation précaire, travaillant comme serveuse dans un bar de Manhattan, il demanda à son comptable de lui envoyer un chèque de 1000 $ (elle ne l’encaissa jamais, par fierté, mais le fit encadrer et l’accrocha sur un mur de son salon pour le montrer à ses amis homosexuels).

Marlon Brando amoureux de Tahiti et francophone

A l’occasion du tournage des « Révoltés du Bounty » au début des années 60, il découvrit la Polynésie française, en tomba amoureux et y acheta un atoll (composé de 12 îles). Il épousa l’actrice française (tahitienne) Tarita, qui jouait la femme qu’il aime dans le film, et apprit à parler couramment le français, langue maternelle de Tarita; il répondait généralement en français lorsqu’il était interrogé par des journalistes français

(…)

Dernières années de Marlon Brando

Vers la fin de sa vie, Marlon Brando admit : « Bien que j’ai cherché, je n’ai jamais trouvé ce que je voulais, ni sur l’écran, ni en dehors. J’ai vécu une vie turbulente et glamour – mais qui ne m’a en rien comblé. »

Lorsqu’il décéda en 2004 âgé de 80 ans, il était obèse, pesant plus de 140 kg et souffrait de diabète, fibrose pulmonaire, insuffisance cardiaque, et troubles de la vision (…) à des milliers de lieues du jeune homme sexy et en pleine santé qui avait conquis Hollywood et mis dans son lit quelques unes des plus belles femmes (et hommes) du monde.

Postérité de Marlon Brando

Marlon Brando restera dans l’Histoire comme un des acteurs les plus brillants, caractériels et excentriques du XXè siècle.

Gay influence + wikipedia – traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s