Joyeux… Roddy McDowall

L’acteur Roddy McDowall est le héros du 455è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’empêcha pas la réussite.

Roddy McDowall, l’enfant prodige du cinéma américain

Roddy McDowall, né Roderick Andrew Anthony Jude McDowall le 17 septembre 1928 à Herne Hill (Angleterre) et mort le 3 octobre 1998 à Studio City aux États-Unis (Californie), est un acteur, réalisateur et photographe américain d’origine anglaise.

Jeunesse

Après avoir gagné un prix du meilleur acteur pour sa prestation dans une pièce de théâtre montée par son école, le petit Roddy McDowall commença sa carrière au cinéma en Angleterre dès l’âge de 9 ans dans un film policier intitulé « Murder in the Family » (1938). Il joua dans pas moins de 16 films anglais avant que sa famille ne soit évacuée vers les états-Unis en 1940 pendant la Bataille d’Angleterre.

Roddy arriva à Hollywood alors que Darryl F. Zanuck, patron du studio 20th Century Fox, était à la recherche du « nouveau Freddie Bartholomew » (Freddie Bartholomew était alors l’enfant-acteur le plus célèbre du cinéma américain).

Roddy McDowall auditionna et fut choisi pour jouer le rôle du juvénile héros du film « Qu’elle était verte ma vallée » (1941) réalisé par John Ford, rôle lui valut des critiques très élogieuses, et un contrat avec le studio Fox.

Fox le fit jouer dans « Fidèle Lassie » (1943) qui marquait les débuts d’une très jeune (et alors inconnue) Elizabeth Taylor. Les deux enfants acteurs devinrent des amis très proches pour la vie…

Roddy apparut ensuite dans une série de films prestigieux qui renforcèrent son statut d’enfant star d’Hollywood : « Les Blanches Falaises de Douvre » (1944), « Les Clés du royaume » (1944), « Jupiter, fils de Flicka » (1945), « Féerie à Mexico » (1946)

(…)

Age adulte

Le premier rôle en tant qu’adulte de Roddy McDowall fut Malcolm dans l’adaptation cinéma de « Macbeth » par le génial cinéaste Orson Welles (1948).

Ce film fut un échec et dans les années 50, McDowall joua peu au cinéma, préférant travailler à la télévision et au théâtre. Il monta sur les planches de Broadway pour (notamment) les pièces « No Time For Sergeants » (1955); « Compulsion » (1957), aux côtés de son homologue (ex enfant acteur) Dean Stockwell, et la comédie musicale signée Lerner et Loewe « Camelot » (1960) où il chanta le rôle de Mordred.

La même année, il remporta un Tony Award pour sa prestation dans la pièce « The Fighting Cock », bien qu’elle n’ait tenu l’affiche que très brièvement.

Ensuite il retourna sur grand écran, dans « Le Jour le plus long » (1962) … Et il passa presque toute l’année 1962 dans la peau d’Octave, dans le monumental péplum « Cléopâtre » avec dans le rôle-titre Elizabeth Taylor, son amie de longue date.

Roddy McDowall photographe

En plus de son don de comédien, McDowall était un photographe accompli, talentueux et original, et ses photos de Liz Taylor et d’autres célébrités étaient fréquemment publiées dans les grands magazines de l’époque. Il fut un temps l’éditeur photo du magazine « Harper’s Bazaar » et publia en 1966 « Double Exposure », le premier d’une série de livres contenant ses photos extraordinaires.

« La planète des singes » et suite de carrière

Aujourd’hui, Roddy McDowall reste surtout connu pour le rôles de Cornelius dans « La planète des singes » (1968), celui de Caesar, fils de Cornelius et Zira, dans les suites cinématographiques, et celui de Galen dans la série du même nom.

Il est apparu également dans d’autres productions cinéma à succès telles que « L’Aventure du Poséidon » (1972) aux côtés de Gene Hackman ou encore dans « Meurtre au soleil » (1982) d’après Agatha Christie.

Il a aussi joué à la télévision, dans bon nombre de séries comme « Les envahisseurs », « Batman », « Columbo » et « Code Quantum », travaillant occasionnellement sur scène, jusqu’à son décès en 1998 d’un cancer du poumon.

… Mais …

… Roddy McDowall était-il joyeux ?? …

Homosexualité

Roddy McDowall ne fit jamais de déclaration publique concernant son orientation sexuelle de son vivant, mais les historiens et l’industrie du cinéma savent qu’il était un homosexuel discret.

Il partagea ainsi un temps la vie de son collègue acteur Montgomery Clift et aurait tenté de suicider après leur rupture.

De plus, il utilisait souvent les services de Scotty Bowers, le Madame masculin du monde hollywoodien, qui se souvient dans ses mémoires que « [Roddy] était très pointilleux et difficile à contenter (…) il m’appelait souvent et chaque fois, je lui trouvais un jeune homme qui, pensais-je, serait le parfait partenaire pour lui… mais il revenait toujours en me disant, ‘tu sais Scotty, il était très bien mais…’ et il me sortait une longue liste de tout ce qu’il n’avait pas aimé dans le gars : trop mince, trop gros, trop jeune, pas assez jeune, trop bronzé, trop poilu, trop doux… »

« (…) De plus, [Roddy McDowall] était accro au nitrate d’amyle (« poppers ») qu’on trouvait à l’époque en pharmacie sous forme d’ampoules. Il cassait les ampoules et reniflait leur contenu afin d’accroitre ses sensations et son plaisir sexuels. Scotty Bowers, qui avait lui-même des relations sexuelles avec McDowall, a vu qu’avant l’acte, l’acteur sniffait toujours du popper… mais comme il ne voulait pas être vu en train d’en acheter, il envoyait Scotty Bowers en prendre pour lui à la pharmacie… Les deux hommes passèrent ainsi des « nuits formidables de sexe intense » au Château Marmont. »

Le journaliste Stephen Rutledge a aussi été témoin de l’homosexualité de Roddy McDowall : il l’a rencontré dans les années 70 dans une orgie masculine pleine d’hommes nus et de cocaïne (…) où le journaliste fut surpris qu’il soit si « généreusement doté » car dans ses films, il jouait toujours des personnages efféminés.

WOW + wikipedia – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Joyeux… Roddy McDowall

  1. Sylvie dit :

    Un des premiers acteurs de mon enfance qui joue de plus dans plusieurs de mes films favoris dont La planète de songes et Vampire, vous avez dit Vampire, et dont je prends grand plaisir à voir au détour d’un Columbo ou d’un Arabesque 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s