Joyeux… D. H. Lawrence

Le grand écrivain britannique D. H. Lawrence (« L’Amant de lady Chatterley ») est le héros du 460è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homo- ou bisexualité n’empêcha pas la réussite.

D. H. Lawrence, grand et controversé romancier britannique

David Herbert Lawrence, plus connu comme D. H. Lawrence, (11 septembre 1885 à Eastwood au Royaume-Uni – 2 mars 1930 à Vence en France) est un très important et très controversé écrivain britannique du XXè siècle. Auteur de nouvelles, romans, poèmes, pièces de théâtre, essais, livres de voyage, peintures, critiques littéraires, traductions et lettres, il est célèbre notamment pour son roman « L’Amant de lady Chatterley ».

Son oeuvre, considérée dans son ensemble, constitue une réflexion approfondie sur les effets déshumanisants de la modernité et l’industrialisation. Lawrence y expose leurs conséquences sur la santé mentale et la vitalité, la spontanéité, la sexualité et le comportement instinctif de l’homme.

A cause de ses opinions dérangeantes, Lawrence se fit de nombreux ennemis et en conséquence, il souffrit de persécution officielle et de censure, et son oeuvre créative fut dénaturée, pendant toute la seconde partie
de sa vie, période où il s’exila volontairement en ce qu’il appelait lui-même un « pélerinage sauvage ».

Lorsque survint sa mort, il avait, aux yeux du public, une réputation de pornographe ayant gâché ses considérables talents. Mais le grand écrivain E. M. Forster, dans sa notice nécrologique de Lawrence, alla à l’encontre de cette réputation populaire, le décrivant comme le « meilleur romancier de fiction de notre temps. »

Plus tard, F. R. Leavis, critique littéraire et professeur respecté à l’Université de Cambridge, loua à la fois l’intégrité artistique et morale de Lawrence, estimant beaucoup de l’oeuvre de Lawrence comme faisant partie intégrante de la « grande tradition » du roman anglais. Aujourd’hui, D.H. Lawrence est considéré comme un penseur visionnaire et un représentant essentiel du modernisme en littérature anglo-saxonne.

Homosexualité

Lawrence était un non-conformiste pour son époque dans sa façon ouverte et formellement audacieuse d’aborder tous les sujets sexuels, en particulier l’homosexualité. Peut-être qu’aucun autre écrivain moderne de cette importance ne fut aussi continuellement obsédé par le désir homosexuel, un thème qui imprègne continuellement l’oeuvre de Lawrence.

Sa meilleure exploration de l’homosexualité se trouve dans son roman « Women in Love » (« Femmes amoureuses »)(1920) où Lawrence et sa femme Frieda se retrouvent en les personnages de Rupert Birkin et Ursula Brangwen, dans cette histoire basée en partie sur la relation mouvementée entre l’écrivain lui-même avec la romancière Katherine Mansfield et le mari de celle-ci, un critique littéraire nommé John Middleton-Murray (Gudrun et Gerald dans le roman)

Ce fut pendant l’écriture de « Women in Love » que Lawrence, frustré de ne pouvoir établir une lien plus étroit avec John Middleton-Murray, connut une relation homosexuelle manifeste avec un fermier cornouaillais nommé William Henry Hocking dans la ville de Tregerthen.

Cette liaison fut de courte durée mais c’était l’aboutissement d’une très longue lutte de l’écrivain contre ses sentiments homosexuels. ‘J’aimerais bien savoir pourquoi presque tout homme approchant la grandeur a des tendances homosexuelles, qu’il l’admette ou pas’ écrivit-il à un ami en 1913. Il avoua à une autre de ses connaissances : ‘Je crois que j’ai connu ce qui se rapproche le plus de l’amour parfait avec un mineur lorsque j’avais 16 ans.’

Pourtant, l’incapacité pour D. H. Lawrence d’approfondir ses relations homosexuelles avec, aussi bien le critique John Middleton-Murray que le fermier William Henry Hocking, généra ses oeuvres les plus franches sur le désir homosexuel, une plongée intense de cinq ans sur le sujet avec, outre « Women in Love » et « Aaron’s Rod » (1922), le traité « Goats and Compasses » (1917) – qu’il détruisit – de plus il auto-censura son prologue à « Women In Love ».

Lawrence, D. H. (1885-1930) [GLBTQ Encyclopedia]

No limit boy + wikipedia – traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux… D. H. Lawrence

  1. clodoweg dit :

    Je me souviens avec émotion de la scène du film « Women in love » où l’on voit les deux acteurs principaux lutter nus devant une cheminée.
    Je ne m’attendais pas à voir ça, j’allais juste voit tous les films de Ken Russel.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s