Joyeux… Dr Richard Isay

Le Dr Richard Isay, formidable médecin et activiste gay américain, est le héros du 464è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’empêcha pas la réussite.

Dr Richard Isay, psychiatre-héros de l’Amérique Gay

Richard A. Isay (13 décembre 1934 – 28 juin 2012) était un psychiatre, psychanalyste, auteur et activiste gay américain. Il fut aussi professeur de psychiatrie au Weill Cornell Medical College et membre du corps professoral de l’Université Columbia. Il est un des premiers psychanalystes de renom à avoir considéré l’homosexualité sous un jour positif.

Voici les points les plus intéressants de sa vie.

L’Histoire retiendra le Dr Richard A. Isay (1934-2012) comme un illustre psychiatre et défenseur infatigable des droits des homosexuels qui harcela le monde des professionnels de la psychiatrie pour que l’homosexualité ne soit plus considérée comme une maladie.

 

Marié à une femme qui lui donna deux garçons (David et Josh), le Dr Isay n’accepta son homosexualité qu’à l’âge de 40 ans. Lorsqu’il décéda à 78 ans, il était marié à un autre homme, Gordon Harrell, artiste de profession et de 20 ans son cadet.


Le Dr Richar Isay et son fils David Isay

Le Dr Isay, éminent professeur à la prestigieuse faculté de médecine Weill Cornell (New York), écrivit de plus des livres comme « L’engagement et la guérison : les hommes gay et le besoin d’amour romantique » (2006), « Devenir gay » (1997) ou « être homosexuel » (1989).

Perturbé par sa propre sexualité, il passa 10 ans en psychothérapie, au bout desquels il accepta enfin être homosexuel.

Bien que toujours dans le placard pendant quelque temps, il aida ses patients gay à accepter leur orientation sexuelle, plutôt que de leur conseiller de se faire « soigner ». Il publia des articles expliquant que l’homosexualité n’était ni une maladie ni un retard du développement.

Malheureusement, lorsque le Dr Isay reconnaissait être homosexuel lors de congrès professionnels, il était rejeté par ses collègues, qui lui suggéraient d’aller se faire soigner et cessaient de lui envoyer des patients.

Le combat d’une vie

Néanmoins, après un combat de 15 ans, le Dr Isay fit triompher le postulat selon lequel le corps médical (lorsqu’il affirmait que l’homosexualité était une maladie) se basait sur une idéologie (des préjugés) et non sur des preuves.

Bien que l’Association de Psychiatrie Américaine arrêta de classer l’homosexualité dans les maladies dès 1973, beaucoup des membres de l’Association Américaine de Psychanalyse (la plus ancienne et la plus influente des organisations professionnelles de psychanalystes) continua longtemps à la considérer comme une tare.

En 1992, Isay menaça de poursuivre cette vénérable Association en justice, les forçant finalement à ne plus faire de discriminations sur les psychanalystes homosexuels lors de leur formation, de leur recrutement et dans leur promotion. Son entêtement finit par payer bien plus que ce qu’il en attendait lorsqu’en 1997, l’Association, dans un spectaculaire retournement, devint la première organisation nationale de santé mentale à soutenir le mariage gay.

Au cours de son illustre parcours professionnel, le Dr Isay fut de plus vice-président de l’Association Nationale de santé gay et lesbienne, et membre dirigeant de l’institut Hetrick-Martin, importante organisation à but non lucratif basée à New York se consacrant à répondre aux besoins des jeunes LGBT de 13 à 24 ans et de leurs familles.

Décès et postérité

Steven Sampson, un patient du Dr Isay qui devint ensuite un de ses amis, déclara après le décès du médecin : « Richard était une sorte d’homme-passerelle, il servait de passerelle entre deux mondes qui ne communiquent pas toujours. Il était marié avec des enfants, et pourtant il était gay; de plus, il a connu une relation engagée de longue durée avec un homme, dans un milieu où les relations de longue durée sont rares. »

Tobias Picker, le compositeur de musique classique et ex patient de Isay, écrivit : « Richard disait que la peur de la mort vient du sentiment de ne pas se sentir aimé. Lui se savait profondément aimé, de son mari, Gordon, et de sa famille (…) Il se savait aussi beaucoup apprécié de ses patients. Il y a peu, il m’a confié qu’il n’avait pas peur de la mort — qu’en fait, il n’y pensait jamais » ajoutant : « Pour ceux d’entre vous qui ne le connaissaient pas, les oeuvres écrites de Richard Isay nous laissent un héritage d’amour qui ne s’éteindra pas »

Les deux fils du Dr Isay ont indiqué que le personnage littéraire préféré de leur père était Ferdinand le taureau (personnage du livre pour enfants de Munro Leaf), une bête paisible qui préférait les fleurs aux combats. Richard Isay lui-même, bien que célèbre pour les combats qu’il mena et remporta, était lui-même une « paisible animal. »

Un homme extraordinaire qui laissait derrière lui, au moment de son décès, en plus de son ex-épouse, ses deux fils, un frère et quatre petits-enfants, dont l’un servit de témoin lors de son mariage avec avec son compagnon Gordon Harrell (…) mariage qui eut lieu dans le séjour de la maison de Josh, un des fils du fameux médecin.

Le Dr Isay repose dans le cimetière historique Green-Wood situé à New York dans le quartier de Brooklyn, auprès d’autres hommes gay admirables comme Leonard Bernstein, Fred Ebb (de Kander & Ebb), Louis Moreau Gottschalk et Paul Jabara

Gay influence – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s