Joyeux… Peter Lawford

Le talentueux acteur américain (d’origine anglaise) Peter Lawford, qui joua des rôles importants dans de nombreux classiques du cinéma des années 1940 à 60, est le héros du 465è épisode de ma série sur les personnes extraordinaires dont l’homosexualité n’empêcha pas la réussite.

Peter Lawford : talent, show biz et politique

Peter Sydney Ernest Lawford est un acteur et producteur de cinéma d’origine britannique, né le 7 septembre 1923 à Londres (Royaume-Uni), d’un père Général d’Armée, et mort le 24 décembre 1984 à Los Angeles en Californie (États-Unis).

Il résida aux états-Unis toute sa vie adulte. Il est connu pour avoir été le beau-frère du Président John F. Kennedy et des sénateurs Robert F. Kennedy et Edward Kennedy.

Dans les années 1940, 50 et 60, Peter Lawford était un acteur célèbre qui joua les premiers rôles dans plusieurs films prestigieux et hautement acclamés, mais par la suite, il fut moins remarqué pour ses talents de comédien que pour ses activités en tant que VIP.

Voici un article détaillant les points les plus intéressants de sa vie.

Peter Lawford, gloire et déchéance d’un Golden Boy hollywoodien

Dans les années 60, Peter Lawford était connu comme étant le seul membre britannique du Rat Pack, bande d’artistes populaires composé de Frank Sinatra, Dean Martin, Sammy Davis Jr et Joey Bishop.

Dans la décennie précédente, il était entré dans la dynastie Kennedy, famille royale des états-Unis : marié en 1954 à Patricia Kennedy, sœur de John F. Kennedy, il joua un rôle important dans l’accession de JFK à la Maison Blanche en ralliant à la cause de son beau-frère de grandes vedettes hollywoodiennes, telles Frank Sinatra, lors de la campagne présidentielle de 1960.

L’industrie du spectacle le surnommait souvent « Mr Fix-it » (« Monsieur Arrange-tout ») car il savait comment combiner les intérêts du monde du showbiz et ceux des hommes politiques au pouvoir.

Express.co.uk – 27/12/2011 – Par Julia Kuttner

Peter Lawford restera dans l’Histoire des états-Unis comme l’homme qui présenta Marilyn Monroe au Président John F. Kennedy et car il est probablement la dernière personne qui parla à Marilyn avant sa mort.

Pourtant, après avoir tenu des rôles importants dans toute une série de grands films à succès des années d’or d’Hollywood, notamment « Le Portrait de Dorian Gray » ou « Ocean’s 11 », il décéda presque sans le sou à l’âge de 61 ans.

Aujourd’hui, 27 ans après sa mort, à l’occasion d’un reportage radio intitulé « Beau-frère Lawford » qui sera diffusé demain [28/12/2011], son fils aîné, Christopher Lawford, explique que son père lutta une grande partie de sa vie contre l’alcoolisme et l’addiction aux drogues et mourut presque ruiné car « l’argent ne dure pas longtemps à Hollywood et [car] petit garçon, il n’eut aucun modèle dont il aurait pu suivre l’exemple. »

Une enfance perturbée

Ce reportage a été réalisé avec pour ambition de dresser un portrait complet et sans tabou de la vedette de cinéma classique, surnommée « Brother-in-Lawford » (« Beau-frère Lawford ») par un Frank Sinatra jaloux.

Le reportage contient ainsi son lot de révélations choquantes sur l’enfance de Lawford : le futur acteur fut abusé sexuellement par sa nounou et un de ses oncles, un historique très lourd possiblement à l’origine de sa mort prématurée après des années d’alcoolisme et d’addiction à la drogue.

Dans le reportage, l’examen de sa sexualité est approfondi : on y apprend que sa mère l’habilla en fille et lui fit partager le lit conjugal jusqu’à l’âge de 12 ans, révélations qui augmentent le malaise.

Le documentaire révèle aussi que lorsque adulte, il demanda au patriarche Kennedy la permission d’épouser sa fille Patricia, celui-ci fit faire une enquête approfondie sur l’état de ses finances, son goût pour les prostituées et ses préférences sexuelles (on lui demanda s’il était homosexuel). A son énorme surprise, Kennedy senior lui déclara à l’issue : « Tu es mon genre de gars, tu peux épouser ma fille. »

Les contributeurs à ce reportage d’une heure, parmi lesquels l’actrice Stefanie Powers, le cinéaste Michael Winner, et l’écrivain-biographe James Spader, n’ont pas non plus omis les aspects les plus sombres de la vie adulte de Peter Lawford, qui trouvent probablement leurs racines dans ses difficiles premières années.

Début de vie chaotique

Né en 1923 à Londres, le futur Peter Lawford fut à sa naissance enregistré sur les registres de l’état civil comme « Peter Aylen » car sa mère (May) était alors mariée avec un colonel Ernest Aylen; mais elle avoua peu après au colonel Aylen que le bébé n’était pas de lui, ce qui provoqua leur divorce (…) ensuite, May épousa le vrai père de Peter, Sir Sydney Lawford, général d’armée et supérieur du colonel Aylen, mais le scandale arriva aux oreilles de la presse et fut publié dans les journaux, ce qui provoqua le départ de la famille Lawford d’Angleterre vers l’Amérique, afin de fuir la désapprobation nationale.

Ils s’installèrent tout d’abord à Palm Beach en Floride. Mais en 1939, la guerre éclata et ils ne furent plus en mesure d’importer leurs biens de Grande-Bretagne. L’argent vint à manquer et ils habitèrent dans une cabane. Plus tard, ils déménagèrent pour la Côte Ouest, où la mère de Peter Lawford se fit appeler « Lady May » bien déterminée à lancer la carrière hollywoodienne de son garçon.

Peter fut rapidement remarqué et choisi pour jouer dans des films de grand prestige : il était très grand (1.83 m) et très beau avec une diction excellente, une classe et une élégance naturelles. Mais en coulisses, tout n’était pas aussi rose. « Mon papa n’avait pas bien été armé pour affronter la vie » explique Christopher Lawford, « on m’a dit que ma grand-mère l’a habillé en fille et l’a traité comme une fille jusqu’à ses 11 ou 12 ans, et être traité ainsi ne doit faire de bien à personne … il ne savait pas vraiment comment être un papa. Il voulait être mon ami mais personne ne lui avait appris comment être un bon papa. »

Talent gâché

Christopher Lawford, âgé aujourd’hui de 55 ans, débuta (comme son illustre père) sa vie professionnelle en tant qu’acteur, mais à présent [2011] il travaille comme ambassadeur des Nations Unies aidant les personnes accros à la drogue à surmonter leurs démons, après avoir lui-même gagné sa bataille contre ses addictions.

Il explique que son père « était une grande star de cinéma et il aurait pu devenir encore plus grand mais ce n’est pas arrivé, en grande partie car il était alcoolique. Il avait un talent énorme mais ses problèmes d’addiction ont empêché sa progression puis précipité sa chute. » Dans les années 60, on offrit à Peter Lawford le rôle de James Bond mais il le refusa (…) et ce fut Sean Connery qui en hérita (…)

Dans les hautes sphères du showbiz et de la politique

Peter Lawford était un ami de Marilyn Monroe et c’est lui qui la présenta à JFK et l’invita à chanter son sulfureux « happy Birthday » lors du 45è anniversaire de Kennedy (…)

Lorsque son père joua dans le film « Ocean’s 11 », le petit Christopher Lawford fut amené sur le tournage et rencontra Frank Sinatra, Dean Martin and co; à la maison, il lui arrivait de chanter avec Judy Garland et danser avec Marilyn Monroe : « Marilyn m’a appris à danser le twist mais quand on a 6 ans, ça ne nous fait pas grand chose – on ne se rend compte que c’est extraordinaire que plus tard, quand on le raconte à des gens. »

Pour ce qui concerne Frank Sinatra, Peter Lawford avait fait sa connaissance sur le tournage du film « It happened In Brooklyn » où ils nouèrent une amitié durable mais volatile. Ainsi, lorsque Sinatra, après son divorce d’Ava Gardner, apprit que Peter Lawford avait dîné avec elle, il refusa de parler à Lawford pendant 7 ans…

Plus tard, lorsque Lawford n’arriva pas à convaincre le Président JFK de séjourner dans la maison que Sinatra possédait à Palm Springs – selon JFK, elle ne convenait pas car un patron de la mafia l’avait utilisé quelques jours auparavant – Sinatra coupa encore les ponts, et ne recontacta Lawford que lorsqu’il eut besoin de l’intervention du FBI pour libérer son fils kidnappé (…)

Dernières années, décès et postérité

Après la mort de JFK en 1963, le réseau de Peter Lawford s’effondra et sa chute s’amorça. Les médecins l’avertirent que s’il n’arrêtait pas de boire, il risquait de mourir prématurément mais il ne décéda que 20 ans plus tard, le soir de Noël 1984.

Alors que son carrière était sur le déclin, Peter Lawford continua à vivre comme l’homme fortuné qu’il n’était plus, se réservant des chambres dans les meilleurs hôtels et achetant des bijoux luxueux pour ses femmes (après son divorce de Patricia Kennedy en 1966, il épousa 3 autres femmes), mais souvent il n’honorait pas les factures et était poursuivi en justice pour impayés.

Son actrice et amie Stefanie Powers conclue : « Sa déchéance a été assez rude. Sur la fin, il avait des difficultés financières et relationnelles. Il était devenu si faible et si maigre. Alors que c’est un homme qui avait toujours été très calme, très posé, jamais capricieux. Il avait un charme, une élégance et un talent incomparables. Et c’est ce qu’il a apporté à chacun de ses rôles. »

Mais…

… Peter Lawford était-il joyeux ?? …

Vie privée

Peter Lawford eut pour première épouse Patricia Kennedy, sœur cadette de John F. Kennedy de 1954 à 1966; le couple eut quatre enfants : Christopher (1955-2018), Sydney (née en 1956), Victoria (née en 1958) et Robin (née en 1961).

Ensuite, il épousa Mary Rowan (m. 1971; div. 1975)​, Deborah Gould (m. 1976; div. 1977)​ et enfin Patricia Seaton (m. 1984) quelques mois avant son décès.

Il était ouvertement bisexuel.

Cet aspect de sa vie intime est bien connu de l’industrie du spectacle car il a vécu des liaisons homosexuelles avec des célébrités : notamment, l’animateur, monument de la télévision américaine, Merv Griffin, ainsi que les acteurs Van Johnson et Sal Mineo

De plus, il a été arrêté dans un bar / bordel gay en compagnie de l’acteur Richard Boone.

D’autre part, c’est à cause (notamment) de sa bisexualité que Joe Kennedy, le patriarche du clan Kennedy, ne voulait initialement pas que sa fille Patricia épouse Peter Lawford.

Express.co.uk + wikipedia talk : Peter Lawford – résumé et traduit par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s