Joyeux… Marcel Jouhandeau

Pour fêter son 133è anniversaire, revoici mon article sur Marcel Jouhandeau, l’un des grands écrivains français du XXe siècle.

Marcel Jouhandeau, le diable de Chaminadour

Marcel Jouhandeau, né à Guéret (Creuse) le 26 juillet 1888 et mort à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) le 7 avril 1979 (âgé de 90 ans), est un écrivain français, connu également sous son pseudonyme Marcel Jouand.

C’est un auteur prolifique, sa production littéraire, généralement autobiographique, comportant quelque 120 ouvrages : contes, romans, essais et un très important Journal.

Voici les détails les plus intéressants de sa vie.

Biographie de Marcel Jouhandeau

Né dans une famille commerçante de Guéret, il grandit dans un monde de femmes, notamment sa grand-mère. Marcel Jouhandeau se tourne, dès ses jeunes années – sous l’influence d’une jeune femme sortie du Carmel de Limoges – vers un catholicisme mystique et outré et il envisage dans un premier temps d’entrer dans les ordres.

Le jeune Marcel change finalement d’avis et part pour Paris en 1908 où il étudie au Lycée Henri-IV, puis à la faculté des lettres de l’université de Paris, où il commence à écrire. Avant d’atteindre la notoriété, il devient professeur dans un collège de Passy à partir de 1912 (à 24 ans) (où il enseignera jusqu’en 1949).

Il éprouve très jeune ses premiers émois homosexuels qui sont vécus dans une culpabilité extrême, dans l’outrage de Dieu. Pour autant, ce sentiment de honte ne l’empêche pas de se livrer à de nombreux « passages à l’acte » et toute sa vie oscillera entre la célébration du corps masculin et le vécu mortifère de la sexualité au point qu’en 1914, dans un élan mystique, Marcel Jouhandeau brûle ses manuscrits et tente de se suicider. La crise passée, il se remet progressivement à l’écriture par le truchement de chroniques inspirées par sa ville natale de Guéret qu’il rebaptise « Chaminadour », l’occasion de premiers succès.

Durant la Première Guerre mondiale, il est, dans un premier temps, réformé, avant d’être affecté à l’arrière comme secrétaire à Guéret. Il publie en 1924 « Les Pincengrain », une chronique acerbe à peine déguisée des habitants de Guéret.

Les voyages sont pour lui l’occasion de se livrer aux amours masculines narrées dans « l’Amateur d’imprudences ».

Il se marie, à quarante ans, en 1929, avec une danseuse qu’il aime sincèrement., Élisabeth Toulemont, dite « Élise Caryathis », ex-maîtresse de Charles Dullin et familière de Jean Cocteau et de Max Jacob

Durant cette période, il entame une œuvre de moraliste chrétien (« De l’abjection ») avant de vivre une histoire d’amour avec un adolescent (« Chronique d’une passion »), qu’Élise accepte tout d’abord, puis dont elle devient jalouse, persécutant les deux amants. Ensuite, l’écrivain retombe dans les bras d’hommes plus mûrs, épisodes narrés dans « Eloge de la volupté ». Sa passion pour les hommes matures est exprimée dans deux livres posthumes « De l’abjection » et « Pages égarées », en termes crus, dans un style d’une franche obscénité.

Les disputes incessantes entre l’écrivain et son épouse sont relatées dans « Chroniques maritales ». Le couple adopte néanmoins une jeune fille, Céline, qui va accoucher d’un petit Marc.

En 1971, à la mort d’Élise, Marcel Jouhandeau finit ses jours auprès de ce dernier.

Jouhandeau restera comme un grand écrivain français du XXe siècle, même si son œuvre est jugée répétitive et inégale par certains critiques; on lui a aussi reproché son pamphlet antisémite « Le Péril Juif » et son voyage à Weimar, en 1941, sur l’invitation de Goebbels.

Babelio + Michel Larivière – résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Joyeux… Marcel Jouhandeau

  1. larrymuffin dit :

    Cet écrivain symbolise bien son époque et le drame de la pédophilie et la sexualité refoulée chez bien des catholiques avec toute les autres complications sociales du XXième siècle. Une vie vraiment trop compliquée.

  2. Claude Mercutio dit :

    Personnage répugnant. Calotin et gay, difficile à assumer. Cela ne m’aurait pas gêné mais son « Péril Juif » est ignoble …

    `

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s