Joyeux… Dave (chanteur)

Le chanteur néerlandais Dave, qui fut une grande vedette de la chanson dans les années 1970 en France, est le héros du 563è épisode de ma série sur les personnes non-hétérosexuelles qui ont extraordinairement réussi.

Dave, chanteur populaire

Dave, nom de scène de Wouter Otto Levenbach, est un chanteur néerlandais né le 4 mai 1944 à Amsterdam d’un père professeur d’anglais et d’une mère danseuse classique. Il commence sa carrière en 1963 et connaît le succès dans les années 1970 avec des chansons francophones comme « Vanina » ou « Du côté de chez Swann ».

Il se consacre plus nettement ces dernières années à la présentation ou à l’animation d’émissions de télévision, principalement en France.

Voici les détails les plus intéressants de sa vie.

Dave, le blondinet venu du froid

David Jean Félix le 13 octobre 2021

En 1969, Wouter Otto Levenbach dit Dave est un chanteur néerlandais qui représente son pays à l’Eurovision avec le titre « Niets Gaat Zo Snel » (« Rien ne va aussi vite »). Il finira troisième sur dix candidats. L’année d’avant, le jeune homme d’Amsterdam avait signé chez Eddie Barclay, surnommé dans le milieu musical français “L’empereur du microsillon”.

En 1971, il monte sur les planches du Théâtre de la Porte-Saint-Martin pour l’adaptation en français de la comédie musicale américaine de Broadway « Godspell ». En 1974, à la fin des représentations et du succès du show, Dave s’est fait un nom dans le milieu du spectacle.

La même année, il s’installe au sommet des hit-parades de l’époque. « Dansez Maintenant », « Trop beau » (reprise de « Sugar Baby Love ») et « Mon Cœur est Malade » se vendent à 700.000 exemplaires, « Vanina » dépasse le million. Ces chansons ont deux points communs : d’abord, elles sont aussi sirupeuses et agréablement évaporées que « Chanson populaire » et « Toi et moi contre le monde entier » de Cloclo la même année, ensuite ce sont toutes des adaptations lointaines et très approximatives de standards anglo-saxons.

(…)

Dave, un blondinet qui en cache un autre

Derrière le jeune néerlandais devenu idole à mèches blondes et collier de coquillages ras du cou se cache un autre blondinet qui se charge des paroles : Patrick Loiseau. Car si Dave ne chante jusque-là que des reprises, deux choses sortent du lot : une vraie voix, celle de Dave, et des textes plutôt soignés, ceux de son futur compagnon.

C’est justement cette alchimie qui débouchera sur le tube « Du côté de chez Swann ». Sur une musique originale de Michel Cywie, le texte de Patrick Loiseau reprend tous les clichés de l’amour adolescent en se référant aux deux premiers tomes de l’œuvre de Marcel Proust. La chanson sort en 1975 et elle devient d’emblée un succès. Elle ne ressemble pourtant à aucune autre chanson française de la même époque qui sont pour la plupart très codifiées et suivent des règles bien établies de versification.

Ici, on a affaire à des vers libres d’à peu près 10 à 14 syllabes, assez proches de l’alexandrin qui en compte 12. Pas mal pour un chanteur à minettes dont le public cible reste davantage les amateurs de chansons à la mode et facile à chanter que de littérature classique. Un public qui est sensible à la mélodie et à la mélancolie du morceau et certainement nettement moins à l’intertextualité des paroles.

Car la chanson reste ambivalente, comme en poésie. On ignore qui se cache derrière le « je » lyrique. Le temps est le thème principal de la chanson et cette dernière aurait très bien pu s’intituler « À la recherche du temps perdu », dont elle constitue une paraphrase musicale simplifiée. D’ailleurs plusieurs expressions connues telle “à l’ombre d’une fille en fleurs” font surgir l’univers de Proust. Une chanson pleine de surprises donc, la plus grande étant que le nom même de Proust n’apparaît jamais.

Pour en résumer la teneur, Dave nous incite en fait à “faire un tour du côté de”, à passer de l’autre côté du miroir pour y trouver un autre modèle de pensée, de sentiment, peut-être une autre vision du monde. Comme si le chanteur s’avançait masqué derrière le texte-paravent de Proust.

Si en 1977, Dave compte parmi les chanteurs à minettes les plus populaires, il est désormais évident que sous ses mèches blondes se cache un chanteur à texte et derrière lui un parolier hors pair, capable de formuler et de faire passer des messages complexes sur des musiques en phase avec les aspirations populaires de ces années-là.

Des messages ambigus un peu plus érudits que « Le téléphone pleure » par exemple. Notamment avec « Lettre à Hélène » en 1978 sur l’amour à distance, où Hélène peut être remplacée par tous les prénoms que vous voudrez. Ou mieux, « Fais-moi l’amour (cette nuit, c’est toi qui m’aimes) » en face B de la chanson inspirée par l’univers de Proust. En voici quelques paroles signées Patrick Loiseau :

Fais-moi l’amour
Et deviens ma souveraine
Et je serai tout entier à toi
Cette nuit, c’est toi qui mènes la danse
Cette nuit, tu vas m’apprendre
Ce que je croyais connaître
Toutes les folies
Qui font paraître
La nuit plus claire
Et plus jolie

(…)

article entier à lire chez David Jean Félix

Homosexualité de Dave

Si dans les années 1970, l’homosexualité était encore un sujet délicat, le chanteur a très bien compris [qu’au XXIè siècle] la manière la plus efficace de faire évoluer les mentalités est d’être toujours fidèle à soi-même et de prendre la chose avec le plus de naturel possible.

Après avoir tourné une publicité pour les fromages de Hollande dans laquelle il appuie sur le jeu de mots : « il parait que Dave n’aime pas les dames » / « Dave aime l’Edam » et après avoir fait une apparition remarquée dans le film « Poltergay » en 2006, Dave a accepté de jouer (…) dans le clip des Fatal Picards consacré au coming-out.

Dès 1974 et son tube « Trop beau » (…), c’est son compagnon (et futur mari) Patrick Loiseau qui travaille à ses côtés comme auteur (parolier). Dave le révèle dans son livre publié en 2003 : « Soit dit en passant… mes années paillettes » (…)

Dave avait rencontré Patrick Loiseau en 1971 lors d’une soirée. Loiseau était alors âgé de 22 ans. Avant d’être le compagnon de Dave, le jeune Patrick Loiseau avait été celui de l’acteur américain Anthony Perkins.

wikipedia + Encyclopédé

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

A propos roijoyeux

... Soyons... Joyeux !!!
Cet article, publié dans Carnet royal, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Joyeux… Dave (chanteur)

  1. ibonoco dit :

    Merci d’avoir mis à l’honneur Dave, un chanteur venu des années 69 jusqu’à aujourd’hui. Il a marqué la variété française avec de grands tubes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s