Joyeux… Louis XIII

Pour fêter son 421è anniversaire de naissance, revoici mon article sur Louis XIII roi … joyeux … de France (fils de Henri IV et père du roi soleil Louis XIV).

Louis XIII, roi de France bisexuel

Louis XIII de France, surnommé «Louis le Juste», né le 27 septembre 1601 au château de Fontainebleau et décédé le 14 mai 1643 au château neuf de Saint-Germain-en-Laye, est roi de France et de Navarre entre 1610 et 1643. Il est le fils de Henri IV et de Marie de Médicis, et le père de Louis XIV.

L’image de ce roi est inséparable de celle de son principal ministre, le cardinal de Richelieu. À la mort de son père Henri IV en 1610, Louis XIII monte sur le trône. Il n’a que 8 ans. Le pouvoir est alors assuré par sa mère Marie de Médicis, qui gouverne le royaume comme régente. La majorité du roi est proclamée en 1614, mais Marie déclare que Louis (à 12 ans) est « trop faible de corps et d’esprit » pour assumer les devoirs de sa charge ; elle l’écarte du Conseil et laisse gouverner ses favoris Concino Concini et Léonora Galigaï qui accaparent les plus hautes charges de l’État.

Traumatisé par la mort brutale d’un père qu’il chérissait, le petit roi n’a pas une enfance joyeuse. Tout d’abord, il ne trouve aucun substitut à l’amour paternel auprès de sa mère Marie de Médicis, qui le considère comme quantité négligeable. Louis se renferme assez vite sur lui-même, il a des troubles d’élocution et souffre peut-être d’un manque d’affection de sa mère.

C’est par un coup de force, le 24 avril 1617, que Louis XIII accède au pouvoir. Poussé par son favori de Luynes, il ordonne l’assassinat du favori de sa mère, Concino Concini et fait exécuter Léonora Galigaï sa femme, dame de compagnie de sa mère. Il exile Marie de Médicis à Blois et prend enfin sa place de roi.

Louis XIII remplace Concini par son propre favori, le duc de Luynes. La sexualité du Roi a été sujette à une attention particulière, eu égard aux relations très étroites qu’il entretient tout au long de sa vie avec divers hommes de son entourage, qui ont conduit certains historiens à penser que le roi aurait pu être bisexuel. Son rejet des vanités entraîne chez lui une grande méfiance des courtisans en général et, surtout, des femmes qu’il considère comme frivoles et vicieuses.

Toutefois, on connaît du roi deux liaisons féminines, toutes deux platoniques il est vrai : l’une avec Marie de Hautefort, future duchesse d’Halluin, l’autre avec Louise de La Fayette, avec laquelle il voulut se retirer à Versailles.

Homosexualité

Durant son règne, Louis XIII connut des liaisons émotionnelles fortes avec plusieurs hommes de son entourage. Les deux plus célèbres de ses « favoris » furent le duc de Luynes et le marquis de Cinq-Mars que le roi combla de bienfaits.

La nature exacte de ces relations est l’objet de réflexion de la part de certains contemporains et des historiens comme Chevallier et Petitfils. Sans avoir de preuves que ces relations aient été charnelles, la familiarité du roi avec ses favoris les a conduit à s’interroger sur une possible homosexualité ou bisexualité.

Pierre Chevallier, qui a par ailleurs douté de l’homosexualité d’Henri III, a mis en avant les tendances homosexuelles de Louis XIII ; il évoque le témoignage en octobre 1624, du Vénitien Morosini, qui définit le rôle de le Toiras, l’un des favoris de Louis XIII, «non pour les affaires de l’État mais pour la chasse et les inclinations particulières du roi».

Le sexologue Fritz Klein, spécialiste de l’étude de la bisexualité, voit ainsi le roi Louis XIII comme bisexuel. Parmi, ses autres favoris, on peut citer Blainville, Vendôme, le commandeur de Souvray, Montpuillan-la-Force, le marquis de Grimault et le duc de Saint-Simon.

Relation avec les femmes

Le roi ne trouve pas le bonheur dans son mariage avec Anne d’Autriche qu’il épousa en 1615 (à l’âge de 14 ans). Avant de lui donner deux enfants (le futur Louis XIV en 1638 et Philippe de France en 1640), Louis XIII a entretenu avec son épouse une relation tendue.

La vie conjugale de Louis XIII est alternée de plusieurs phases. Son épouse Anne est délaissée lors de la nuit de noces ; le jeune Louis XIII éprouve « de la honte et une haute crainte », selon les mots d’Héroard, à aller voir la reine, contrairement à beaucoup de ses prédécesseurs. Son jeune âge peut justifier ses appréhensions. Il faut attendre 1619 (le roi a alors 18 ans) pour que le mariage soit vraiment consommé et 19 ans plus tard pour qu’elle lui donne un premier enfant.

L’indifférence voire la méfiance que le roi éprouvait pour elle, ont conduit les historiens à s’interroger sur sa sexualité.

Selon certains d’entre eux, le Roi aurait pu avoir des « tendances homosexuelles », mais il n’existe pas de preuve qu’il se soit engagé dans des relations charnelles avec ses favoris masculins. Les deux plus célèbres sont le duc de Luynes, et le marquis de Cinq-Mars.

Louis XIII et le duc de Luynes

D’autres historiens pensent que Louis XIII eut bien des relations sexuelles avec ses favoris, notamment avec le duc de Luynes. Selon Michel Larivière :

Le petit Louis XIII âgé de 9 ans en 1610 lorsque son père Henri IV fut assassiné « trouve en Charles de Luynes, 32 ans, le père qui lui manquait. L’affection de ce père de substitution va se transformer en amour. En 1617, la chambre de Luynes au Louvre est reliée à celle du roi par un escalier secret. Jean Héroard le médecin du roi, note dans son Journal : « Le Roi avait l’habitude de se relever pour aller dans le lit de M. de Luynes où ils s’amusaient tous deux, sans dormir, jusqu’à quatre heures du matin. »

C’est le roi (14 ans) qui va dans le lit de Luynes, alors âgé de 37 ans et résolument hétérosexuel. On peut penser que les sentiment amoureux du roi se sont exprimés par des caresses mutuelles (…) ardemment désirées par le plus jeune et finalement acceptées par l’adulte. Louis enivré par cette découverte du plaisir éprouve une reconnaissance sans bornes à son initiateur (…) et le fait duc (…)


Après le décès de Luynes en 1621, Louis XIII eut d’autres favoris parmi lesquels le marquis de Cinq-Mars dont il était éperdument amoureux.

wikipedia

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | 2 commentaires

Joyeux… Ryan Beatty

Pour fêter ses 27 ans, revoici mon article sur le chanteur américain prodige Ryan Beatty.

Ryan Beatty

Ryan Kevin Beatty est un chanteur américain né le 25 septembre 1995 à Clovis (Californie) qui vit actuellement à Los Angeles.

Depuis l’âge de 15 ans (2011) il chante des reprises de chansons pop qu’il poste sur son chaîne YouTube. Ces vidéos ont du succès, notamment « Marry You » sa reprise d’un tube de Bruno Mars, vue 6 millions de fois.

Ryan Beatty a sorti son premier single « Every Little Thing » en novembre 2011 classé No. 89 dans le classement pop iTunes.

Il sortit ensuite son premier EP « Because of You », disponible exclusivement sur iTunes, le 24 juillet 2012. Dans les 24 heures suivant sa sortie, « Because of You » se classa No. 1 dans le classement des albums pop et No. 7 dans le Top Albums (aux Etats-Unis).

Ryan Beatty passa l’été 2013 en première partie de la tournée « Paradise Tour » de Cody Simpson.

Il est aussi célèbre pour sa chanson « Hey LA » que les américains ont entendu sur une campagne nationale « It can wait » (« cela peut attendre ») d’AT & T avertissant du danger d’envoyer des SMS au volant, campagne dont il était un des visages.

Son premier album « Boy in Jeans » est sorti le 20 juillet 2018.

Homosexualité

Beatty a révélé son homosexualité en juin 2016 à l’âge de 20 ans, trois semaines après la fusillade d’Orlando en postant sur son compte Instagram la photo d’un ballon « Gay Power » avec la légende suivante : « je suis fier d’être un homosexuel déchaîné. Cela m’a pris 20 ans suffoquant dans le placard pour me sentir assez à l’aise pour le dire, mais maintenant je peux enfin respirer. Je l’ai fait ! »

wikipedia – résumé et traduit de l’anglais par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Joyeux… George Gershwin (?)

Pour fêter son 124è anniversaire de naissance, revoici mon article sur George Gershwin, considéré comme le meilleur compositeur de l’Histoire de la musique américaine.

George Gershwin, le plus grand des compositeurs de l’Amérique

George Gershwin est un compositeur et chef d’orchestre américain, né Jacob Gershowitz le 26 septembre 1898 à Brooklyn (New York) et mort le 11 juillet 1937 à Los Angeles (Californie).

Né à New York, dans une famille juive prolétarienne originaire de Saint-Pétersbourg, George Gershwin fait ses débuts comme pianiste d’orchestre à Broadway. Son frère, Israël dit « Ira », parolier, écrit la plupart des textes de ses chansons que s’arrachent bientôt Al Jolson, Fred Astaire, Ginger Rogers ou le producteur Florenz Ziegfeld.

Créateur du jazz symphonique, Gershwin fait triompher ses comédies musicales. À New York, le 7 mars 1928, il rencontre Maurice Ravel. À Vienne, il se lie d’amitié avec Alban Berg.

Véritable star, côtoyant des femmes célèbres de son époque (Paulette Goddard, Simone Simon), ami d’Arnold Schönberg, il est appelé par Hollywood où il s’intalle pour composer des partitions cinématographiques ou des chansons populaires. Bon nombre de ses œuvres sont devenues de grands standards de jazz grâce notamment à Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Herbie Hancock et de nombreux autres chanteurs ou acteurs.

Il meurt à 38 ans d’une tumeur cérébrale.

Postérité

George Gershwin restera dans l’histoire de la musique pour avoir écrit notamment, des oeuvres comme le Concerto pour piano en fa (1925), la symphonie « Un Américain à Paris » (1928), la comédie musicale « Girl Crazy » (1930), l’opéra « Porgy and Bess » (et sa berceuse, « Summertime » (1934) et bien sûr, son chef d’oeuvre mêlant classique et jazz « Rhapsody in Blue » (1924)

… « Rhapsody in Blue », devenu l’un des éléments constitutifs et représentatifs de la musique américaine : en 1979, ce morceau fut utilisé dans le film « Manhattan » de Woody Allen et en 1984, il fut joué à l’ouverture des Jeux Olympiques d’été à Los Angeles où quatre-vingt-quatre pianistes exécutèrent la partie solo, chacun sur un piano blanc différent.

Vie privée

Extrait du livre Sing Out ! :

Est-ce que George Gershwin était gay ? La Rhapsody était-elle joyeux ?

Gershwin est considéré par beaucoup comme le plus grand compositeur américain de tous les temps, mais sa sexualité reste un sujet tabou. Ses divers biographes expliquent le fait qu’il ne se soit jamais marié en prétendant qu’il était trop occupé et ne vécut pas assez longtemps (39 ans) et ressortent toujours les mêmes photos parlant avec enthousiasme de ses relations supposées avec des actrices célèbres comme la bisexuelle Paulette Goddard – mais après tout, c’est ce que les hommes célèbres faisaient et font toujours à Hollywood, se montrer avec des belles femmes.

George Gershwin idolatrait son homologue gay Maurice Ravel et avait l’intention de se rendre à Paris pour recevoir son enseignement mais Ravel lui répondit avec sagesse – ou pudeur – qu’il ne devrait pas, sinon « tu vas arrêter d’écrire du bon Gershwin et te mettre à écrire du mauvais Ravel. »

Le grand compositeur américain Ned Rorem (lauréat du Prix Pulitzer) s’est perspicacement demandé : « C’est amusant de réfléchir sur les sous-entendus [gay] dans des paroles comme « J’aimerais graver mes initiales avec mes dents sur le cou d’un marin » ou « tous les sexes du Maine au Texas », écrites par Ira Gershwin, et dans quelle mesure elles lui ont été inspirées par son frère. »

De plus George Gershwin n’eut jamais de compagne régulière comme en ont les hétérosexuels typiques … par contre il était très proche de son masseur et avant même d’en avoir besoin, il engagea un bel infirmier qui vivait à domicile avec lui.

wikipedia + Sing Out ! – résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire

Grimace du lundi

… Ingrid Bergman

Publié dans Ciné/TV royal | Tagué , | Laisser un commentaire

Joyeux… Pedro Almodóvar

Pour fêter ses 73 ans, revoici mon article sur le grand cinéaste espagnol Pedro Almodóvar.

Pedro Almodóvar, génie du cinéma espagnol

Pedro Almodóvar est un réalisateur de cinéma espagnol, né le 25 septembre 1949 à Calzada de Calatrava, petite ville de la province de Ciudad Real dans la région de La Mancha, en Espagne. Il est l’un des cinéastes emblématiques de la nouvelle vague espagnole et le cinéaste espagnol le plus admiré internationalement depuis Luis Buñuel.

Voici un résumé de sa vie et sa carrière.

Biographie express

Pedro Almodóvar Caballero est né le 24 septembre mais ses parents n’ont déclaré sa naissance que le lendemain.

Il est réalisateur mais aussi scénariste et producteur et fut autrefois comédien.

Ses films sont connus pour être mélodramatiques et pour leur humour insolent, leurs couleurs éclatantes, leurs décors glossy, ainsi que leur riches scénarios et les clins d’oeil à la culture populaire dont ils sont émaillés.

Le désir, la passion, la famille et l’identité sexuelle sont les sujets les plus fréquemment abordés dans son cinéma. Il est connu pour son travail avec des stars comme Antonio Banderas et Penelope Cruz.

Jeunesse

Vers 18 ans, il quitte sa famille pour s’installer seul à Madrid, sans argent et sans travail, mais avec un projet très concret : étudier le cinéma et en faire son métier. Il lui est impossible de s’inscrire à l’école officielle du cinéma puisque Franco vient juste de la fermer. Dans la mesure où il ne peut apprendre le langage cinématographique, Almodóvar décide d’en apprendre le fond en multipliant ses expériences artistiques personnelles dans différents domaines. Malgré la dictature, Madrid représente, pour un adolescent provincial, la culture, l’indépendance et la liberté.

Il survit grâce à divers petits métiers et s’achète sa première caméra super 8 après avoir décroché un emploi à Telefonica, la Compagnie nationale de téléphone d’Espagne. Il y travaille douze ans comme employé de bureau. Le matin, à la Compagnie de téléphone, il apprend à connaître la classe moyenne espagnole qui vit les débuts de la société de consommation, avec ses grands drames et ses petites misères. Le soir et la nuit, il écrit, fait du théâtre avec la compagnie indépendante Los Goliardos (où il rencontre les acteurs Félix Rotaeta et Carmen Maura) et tourne des films en super 8.

Il collabore à divers journaux (El País, Diario 16 et La Luna) et revues underground (Star, El Víbora et Vibraciones) et écrit des nouvelles dont certaines sont publiées. Au cours de sa jeunesse, il réalise aussi des romans-photos, et fait de plus partie d’une troupe de théâtre amateur et d’un groupe punk rock, Almodovar & McNamara, avant de commencer une carrière cinématographique qui sera particulièrement brillante.

Carrière cinématographique

Entre 1974 et 1979, Pedro Almodóvar réalise plusieurs courts métrages en amateur, remarqués dans le milieu du cinéma espagnol underground.

Son tout premier long métrage distribué en 1980, « Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier » se démarque déjà par sa liberté de ton, son goût pour les marginaux ainsi que pour les aléas sentimentaux et sexuels.

Bien que le jeune réalisateur soit beaucoup critiqué à ses débuts, le succès va croissant.

En 1986, il fonde avec son frère cadet, Agustín Almodóvar, la maison de production « El Deseo S.A. ». Celle-ci produira tous les films suivants écrits et dirigés par Pedro ainsi que des films de jeunes réalisateurs.

Ce sera au loufoque et bariolé « Femmes au bord de la crise de nerfs », récompensé par 5 Goyas du cinéma espagnol en 1989, qu’il devra sa notoriété internationale.

Ses premiers films s’inspirent, tout en les parodiant, du style des bandes dessinées, feuilletons télévisés, romans policiers, romans-photos, magazines people, romans de gare et autres objets de culture populaire. Mêlant le banal et le spectaculaire, ils poussent généralement le spectateur à voir au-delà des apparences dans des comédies de mœurs aux intrigues foisonnantes et déjantées mais toujours efficaces.

L’omniprésente thématique sexuelle des œuvres du jeune Almodóvar dérange et son travail est jugé vulgaire. Mais il va tout de même s’imposer comme l’une des têtes de proue de la Movida espagnole, renaissance culturelle qui suivit la fin de l’Espagne franquiste.

Succès international

Almodóvar s’impose comme cinéaste de renommée internationale à la fin des années 1980 grâce à sa sombre comédie dramatique « Femmes au bord de la crise de nerfs (1988), qui reçoit une nomination à l’Oscar du Meilleur Film étranger, puis il engrange les succès avec des oeuvres comme « Attache-moi ! » (1990), une sombre comédie romantique et le mélodrame « Talons aiguilles » (1991).

« Talons aiguilles » (1991) semble marquer un tournant dans sa carrière : tout en gardant son habituelle structure narrative, d’une extrême densité, et préservant ses références à la culture populaire, le metteur en scène délaisse le kitsch et l’outrance pour explorer une difficile relation mère-fille et revisiter les codes du mélodrame.

Le thriller dramatico-romantique « En chair et en os » (1997) est un autre grand succès international public et critique pour Almodóvar, et ses deux films suivants « Tout sur ma mère » (1999) et « Parle avec elle » (2002), lui valent chacun un Oscar, respectivement l’Oscar du Meilleur Film étranger et l’Oscar du Meilleur Scénario Original.

Sur cette lancée, Almodóvar continue son chemin plein de réussite avec notamment le drame « Volver » (2006), le thriller romantique « Étreintes brisées » (2009), le thriller psychologique « La piel que habito » (« The Skin I Live In ») (2011), ainsi que les drames « Jiuleta » (2016) et « Douleur et Gloire » (2019), tous en compétition pour la Palme d’Or du Festival de Cannes.

Son prochain film « Madres paralelas » (2021) est un drame qui fera l’ouverture de la Mostra de Venise le 1er septembre 2021 et dont la sortie est prévue plus tard cette année.

Reconnaissance, prix et autres honneurs

Almodóvar est un des cinéastes espagnols ayant le plus de succès au niveau mondial, lui et ses films font l’objet d’un véritable culte et d’un intérêt planétaire à chaque nouvelle oeuvre qui sort en salles.

Il a gagné deux Oscars, cinq British Academy Awards, deux Emmy Awards, six European Film Awards, deux Golden Globes, neuf Goya Awards et quatre prix au Festival de Cannes.

En 1997, il a reçu la Légion d’Honneur du gouvernement français, suivie en 1999 par la Médaille d’Or du Mérite en Beaux-Arts du Ministère de la culture espagnol.

Depuis 2001, il est membre de l’Académie des Oscars (états-Unis).

En 2009, il a reçu, pour sa contribution au monde des arts, un diplôme doctoral honorifique de l’Université de Harvard et en 2016 le même titre honorifique de l’Université d’Oxford.

Il a aussi gagné un prix pour ses succès dans le cinéma mondial de l’Académie du cinéma européen (en 2013), a été Président du Jury du Festival de Cannes 2017, et en 2019 il a reçu le Lion d’Or d’Honneur au Festival de Venise.

Mais…

… Pedro Almodóvar est-il joyeux ?? …

Vie privée

Pedro Almodóvar est ouvertement gay. Depuis 2002, il est en couple avec l’acteur et photographe Fernando Iglesias et le fait souvent jouer dans ses films. Les deux hommes vivent à Madrid dans deux appartements séparés mais situés dans des quartiers voisins, Almodóvar le quartier Argüelles et Iglesias le quartier Malasaña.

Auparavant, Almodóvar habitait rue O’Donnell à l’Est de la ville de Madrid mais depuis 2007, il est installé dans un luxueux appartement de 3 millions d’euros sur l’avenue du Pintor Rosales, à l’Ouest de la ville.

wikipedia – traduit et résumé par roijoyeux

… Revenez pour de nouvelles enquêtes, prochainement sur roijoyeux !!! … Et vous pouvez lire l’histoire des autres héros joyeux ici

Publié dans Carnet royal | Tagué , , | Laisser un commentaire