Grimace du lundi

Colton Haynes

Publié dans Carnet royal | 2 commentaires

Lady Gaga… bientôt

Lady Gaga, Reine de la Pop de notre époque, est-elle joyeux ?? …

… La réponse bientôt sur … roijoyeux !!!

Publié dans Carnet royal | 1 commentaire

Solution du scrabble

Mon énigme est …

Joan Fontaine !! … dans …

« Soupçons » (« Suspiscion »), très beau drame d’Alfred Hitchock

Analyse Allen John’s attic

On peut difficilement faire plus hitchcockien que ce film merveilleux, l’un des chefs d’oeuvre du metteur en scène. Il se fait plaisir, avec une adaptation d’un livre, dont il a confié la mise en oeuvre (scénario) à son épouse Alma, assistée de Joan Harrison; le roman « Before the fact », de Francis Iles, avait presque tout pour intéresser Hitchcock: une intrigue classique située dans le Sud de l’Angleterre, une narration à la première personne par une femme qui allait être la victime d’un meurtre, et le découvrait progressivement.

(…) Hitchcock est supposé avoir regretté toute sa vie avoir « trahi » son idée initiale en changeant le personnage de Johnny Aysgarth qui dans son film devient innocent de tout crime. On ne croit pas une seule seconde à cette hypothèse: d’une idée amusante dans le roman, Hitchcock passe à une étude noire sur l’âme humaine, doublée d’un regard impressionnant sur la psychologie d’une femme qui a toute sa vie réprimé sa sexualité, et éprouve les plus grandes difficultés à y faire face…

Johnny Aysgarth, meurtrier potentiel et play-boy invétéré, ce sera donc Cary Grant, pour le premier de quatre rôles en or pour Hitchcock. Et face à lui, déjà sollicitée par Hitchcock pour « Rebecca », on retrouve la jeune Joan Fontaine dans ce qui est peut-être son meilleur rôle…

Lina, une jeune femme très comme il faut d’une famille respectable, rencontre le flamboyant Johnny Aysgarth, un play-boy aux manières déplaisantes… dont elle tombe amoureuse de suite. Sans trop attendre, et bien sûr contre l’avis des parents de la jeune femme, ils se marient, et commencent à vivre une vie de luxe, avant que Lina ne se rende compte que son mari n’a en réalité pas un sou… Et si son comportement irresponsable et insouciant ne l’inquiète pas trop, elle réalise assez vite que le tempérament de Johnny ne s’accommode ni d’un travail à plein temps, ni de plaies d’argent. Lorsque il se lance en compagnie d’un ami dans une affaire un peu louche, et que cet ami meurt d’une façon étrange, se peut-il que Johnny ait provoqué sa mort pour mettre la main sur ses parts? Et quand viendrait donc son tour à elle ? (…)

La séquence la plus célèbre de ce film est bien sur celle du verre de lait, durant laquelle Lina, qui s’est apparemment résignée à l’hypothèse que son mari veuille l’empoisonner, va se coucher pendant que Johnny va lui chercher un verre de lait. La maison dans laquelle la plupart des scènes se passent est un endroit très lumineux, mais qui sait devenir inquiétant à l’occasion. Cette scène est fabuleuse pour la science des ombres et de la lumière du metteur en scène, et bien sur une idée simple, mais géniale: une source de lumière cachée à l’intérieur du verre de lait, et il nous est impossible de regarder autre chose… Tout le film brille d’une mise en scène assurée, sans aucun effet gratuit, qui joue sur les impressions, le non-dit, et utilise toutes les ressources du décor, et de l’intrigue…

Ce film magnifiquement construit, qui voit Hitchcock faire semblant de retourner en Grande-Bretagne, reconstruite en Californie (les matte paintings étaient nécessaires pour transformer le ciel radieux en univers nuageux…) est une oeuvre parfaitement maîtrisée, qui aboutit à une superbe étude du soupçon chez une personne autrement parfaitement sensée. Et nous, spectateurs, n’avons-nous pas eu les mêmes soupçons? Et n’en reste-t-il pas un peu au moment ou le mot fin apparaît? Ce film noir, élégant, est un plaisir sans cesse renouvelé, dans lequel on retrouve deux acteurs au sommet de leur art, et en prime la superbe musique de Franz Waxman.

Autour du film

La plus grande différence entre le roman « Before the fact » et le film, c’est leurs fins… Dans le roman, Johnnie sert à son épouse malade un verre qu’elle sait empoisonné mais qu’elle avale quand même… Dans le film, on ne sait pas si le verre de lait est empoisonné ou pas, mais elle pense qu’il l’est ; on voit qu’elle n’y a pas touché de toute la nuit et elle décide dès son réveil de quitter son mari et revenir chez sa mère … mais celui-ci insiste pour l’y conduire …

… Une autre fin fut tournée, mais pas utilisée, où Lina écrit à sa mère que Johnny est dangereux et veut l’empoisonner pour empocher l’argent de son assurance vie, et alors même qu’elle est en train d’écrire, il entre avec le verre de lait. Elle termine sa lettre, la met sous enveloppe timbrée et demande à son mari de la poster, puis elle boit le lait … dans la scène qui suit, Johnny quitte la maison et met cette lettre qui va le perdre à la Poste…

Dans le livre Hitchcock/Truffaut, Hitchcock a précisé à François Truffaut que dans la lettre, Lina explique à sa mère qu’elle sait que Johnnie est en train de la tuer mais qu’elle l’aime trop pour lui résister.

Hitchcock apparait à la 47è minute, postant une lettre dans le village où vivent Johnny et Lina.

Lina surnommée « Monkey Face » dans la version originale et « Ouistiti » dans la version française est jouée par Joan Fontaine, qui venait de tourner dans le film « Rebecca » (1940) du même Hitchcock.

Le terme « monkey face » employé par Johnny est traduit par « ouistiti » dans la version française. Cette traduction est incorrecte, l’expression anglaise étant plus proche de « petite coquine », « petite espiègle » et la traduction littérale étant « face de singe ».

Joan Fontaine remporta deux prix de la meilleure actrice pour son rôle d’épouse soupçonneuse : en 1941, le New York Film Critics Circle Award, puis l’Oscar de la meilleure actrice en 1942 (unique statuette remportée pour ce film également nommé pour la meilleure musique, Franz Waxman, et le Meilleur Film)

Joan Fontaine est (étonament) la seule actrice de l’histoire du cinéma à avoir gagné un Oscar pour un film d’Alfred Hitchock… Elle forme avec sa soeur Olivia de Havilland les seules personnes d’une même fratrie à avoir chacun gagné un Oscar de meilleur acteur dans un premier rôle.

Bien vu Nina et manU !

Publié dans Ciné/TV royal, Enigmes royales | Tagué , , | 2 commentaires

Silent Sunday #4

Publié dans Carnet royal | 17 commentaires

Gâteau du dimanche (120)

Pour mon cher ami Tauche et son mari, je réalise presque chaque semaine des gâteaux à la fois sains et gourmands et j’ai décidé de vous faire profiter, joyeux visiteurs, de mes plus belles réussites…

En cette première semaine de septembre, les températures ont bien fraîchi alors j’ai décidé de faire des petits gâteaux rustiques aux saveurs automnales inspirés du blog « je cuisine sans gluten » où j’ai remplacé les pommes et les figues par d’autres fruits plus colorés, j’ai obtenu des joyeux …

Muffins rustiques ananas pruneaux mangue

Ingrédients : (moule rond de diamètre 20 cm) (6 personnes) (ou 6 muffins de 6 cm de diamètre)

  • 3 œufs entiers
  • 100 g de rapadura (au lieu de 140 g de sucre blanc)
  • 70 g d’huile d’olive (ou 120 g de beurre fondu pour ceux qui le tolèrent)
  • 1/2 cuillère à café de bicarbonate (au lieu de levure chimique)
  • 40 g de noix de coco râpée + 35 g de farine de sarrasin (au lieu de 75 g de farine de sarrasin qui font un gâteau trop dur)
  • 75 g de farine de riz
  • 20 pruneaux (au lieu de 2 pommes) grossièrement coupés en dés (de 0.5 cm – 0.9 cm) (trempés (facultatif) dans un verre de rhum)
  • des dés d’ananas (0.5 cm) (ou 10 figues sèches)
  • (facultatif) une poignée de bouts de mangues séchées
  • 3 cuillères à café de cannelle

Préparation :

  • Préchauffer le four à 150°C (Th 5).
  • Mélanger les œufs entiers avec le rapadura. Ajouter l’huile puis la cannelle, le bicarbonate, la noix de coco râpée et les farines. Mélanger.
  • Ajouter les fruits.
  • Mélanger le tout.
  • Verser dans les moules à muffins(graissés à l’huile d’olive si pas en silicone).
  • Cuire 25-30 minutes à 150°C. La pointe du couteau doit ressortir sèche (sinon prolonger la cuisson de 10 minutes ou plus si besoin).

Verdict de Tauche et son mari :

… une goumandise fruitée et parfumée au coeur tendre et très gourmand, bravo bravo chef !! …

Revenez pour des nouveaux gâteaux joyeux prochainement sur Roijoyeux !!

Publié dans Carnet royal | Tagué , | 11 commentaires